Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fiancailles spirituelles

Aller en bas 
AuteurMessage
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Fiancailles spirituelles   Sam 26 Juil - 19:48

Un petit mot pour savoir si les fiancailles spirituelles font encore partie de la nuit de l'esprit.
Saint Jean de la Croix quand il parle de son échelle mystique (dans la Nuit Obscure) semble montrer certaines ressemblances avec les fiancailles spirituelles.
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus même après fevrier 93 (qui selon Jean marque la fin de la nuit de l'esprit chez elle) semble encore passer par le creuset de la purification (cf oeuvres complètes, page 45, Cerf)... est-ce les fiancailles spirituelles?

unis par la prière

jean-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Lun 28 Juil - 21:54

Mon Dieu, mon Dieu!

Par définition la nuit est purification. Et par définition les fiançailles sont les fiançailles, c'est à dire que la purification de base est faite. Par définitions les Fiançailles marquent la fin de la nuit. Durant Fiançailles et par la suite (union etc), il y a toujours des purifications de surface (cfr Acte d'Offrande et MsB l'eau sur les ailes du petit oiseau), quotidiennes, mais la purification de fond est faite (et quand on tombe on rebondit autrement (bien mieux))! De plus, après l'Union, on garde son caractère, son tempérament, certaines premières réactions (bien que bien atténuées)! Mais ce n'est plus pareil.

Vous noterez dans vos lectures qu'il y a du monde qui mélange toujours les choses en voulant absolument dire qu'il y a toujours de la purification dans la vie, jusqu'au bout! Mais de quelle purifications parlons-nous? Il faut quand même savoir faire la différence entre une purification de fond (les habitudes du péché, la distance de Dieu, la difformité) et les purifications "en surface"! Si on ne fait pas cette différence, on se construit alors une tracé (itinéraire de vie spirituelle) à soi. De mon côté je préfère suivre saint Jean de la Croix, mais en nuance et précision bien sûr.

Il faut donc savoir lire les textes, les personnes, pour ne pas se mélanger les pinceaux! Il y a des choses qui se ressemblent!! Toutes les souffrances, si on les lit racontées, se ressemblent! Mais il faut savoir si celui ou celle qui parle de souffrance parle de lui-même au présent, parle d'expérience (de son passé) ou parle à une autre personne d'une expérience qu'il a eue de par le passé mais il n'y est plus etc…

Ta question de "l'échelle mystique" ne m'est pas claire, si tu peux la préciser stp. Tu veux parler des 10 degrés de l'amour? Ou de l'échelle cachée? Il peut bien parler, en passant, dans la Nuit Obscure d'une chose qui touche des étapes qui viennent après! Donc oui, il peut très bien parler des fiançailles. Notons autre chose: les mêmes vers peuvent être lus à différents niveaux, il le dit lui-même et notons aussi que "Montée" et "Nuit" utilisent un seul et même poème et qu'il n'a pas été totalement commenté! Il s'est arrêté au niveau de la purification! Cependant le poème semble bien sûr parler d'union (fiançailles et mariage). De plus, n'oublions pas que quand il écrit, il est déjà arrivé!!! Ça se voit dans le poème!!

Pour la question sur TEJ, je ne vois pas en quoi (si on lit avec attention non pas les citations extraites de leur contexte, mais tous les passages) la page 45 indique que TEJ est encore dans le creuset! Il n'y a rien à ma connaissance qui l'indique! Si tu en es persuadé, j'aimerais que cela soit plus étayé! Et cela va sans dire que nous abordons dans un Forum des sujets très poussés, ce qui très est bien, mais ceci suppose non pas approche "de première lecture", mais une étude minutieuse (chose il est vrai que peu font). Que cela ne nous empêche pas de discuter de choses spirituelles (c'est si rare, alors continuons).

Comme je l'avais dit auparavant, je le redis: je n'ai pas fait toute l'étude chez Thérèse de son cheminement. J'ai simplement déjà noté avec attention des passages (des virages, des césures, etcc) assez clairs et parlants. Il ne faudra pas avoir des positions rigides, c'est trop tôt pour l'état actuel des recherches, et surtout pour les méthodologies utilisées.

Revenons sur les raisons qui m'ont fait dire que la purification (nuit) a eu lieu durant ces fameuses années (de 88 à début 93 (ou fin 92)): les raisons sont externes et internes. Je m'explique: il y a un passage où elle-même décrit la chose après coup, et il y a toutes les lettres qui témoignent de la chose quand elle a lieu.

Voici un passage écrit vers la fin du MsA. Sachant qu'elle remet le MsA fini le 20 janvier 1896, il y a de fortes chance d'être fin 95 début 96. voilà ce qu'elle dit, parlant de ce qu'elle a vécu, depuis son entrée au Carmel:

"Jésus me fit comprendre que c'était par la croix qu'Il voulait me donner des âmes et mon attrait pour la souffrance grandit à mesure que la souffrance augmentait. Pendant 5 années cette voie fut la mienne; mais à l'extérieur, rien ne traduisait ma souffrance d'autant plus douloureuse que j'étais seule à la connaître. Ah! quelle surprise à la fin du monde nous aurons en lisant l'histoire des âmes!... Qu'il y aura de personnes étonnées en voyant la voie par laquelle la mienne a été conduite !..." (MsA 69v°-70r°)

Quand on lit tout le passage (la partie qui précède), on comprend que ces 5 années doivent commencer par le début de sa vie religieuse. Ce qui donne probablement les années qui s'étendent d'Avril 88 à début 93, qui coïncident réellement avec ce qu'on peut lire dans ses lettres (qui, je le répète, doivent être lue, analysées, sous la lumière de l'enseignement de Jean de la Croix)! Il y a des passages durant cette époque où elle parle de l'enfer, de l'absence du Christ (elle la délicatesse de dire qu' "il se tait")… ceci ressemble bien à la nuit de l'esprit. Et ceci est précédé par la purification qu'elle aura dans sa relation avec son Père. Donc purification de l'affectivité, de l'âme.)

On doit aborder la question avec prudence, et sérieux. Il faut analyser les textes qu'elle écrit et savoir "soupeser" ce qu'elle dit: si elle parle à une personne qui souffre, elle parlera de la souffrance, mais ceci ne veut pas dire que c'est elle qui souffre! Donc il faut faire un travail minutieux pour ne pas faire dire aux textes ce qu'ils ne disent pas!

Je conclu en reprenant la question de la souffrance: il y a différentes manières de souffrir. Au départ on souffre plutôt à cause de la raison fondamentale de toute souffrance: être loin de Dieu, ne pas être purifié, ne pas être uni à Dieu. Tout le reste, à côté passe, ou passera. Si on est bien engagé dans la marche et la conversion quotidienne, Dieu met la Main, et il procède à une purification profonde (nuit de l'esprit). Le résultat de cette purification est de donner une paix profonde qui tapisse le fond de l'âme, et qui permet à Dieu d'avoir plus de liberté pour "mouvoir" l'être humain (bien sûr non comme un robot, mais par synergie, par docilité amoureuse).
Ce genre de souffrance est fini pour les fiançailles et pour la suite.

Ceci veut-il dire qu'il n'y aura plus de souffrance? Même personnelle? Oh que non! Regardons sainte Thérèse de Jésus ce qu'elle dit dans les 7ièmes Demeures (je cite de mémoire): savez-vous pourquoi le Seigneur donne tant de grâces? C'est pour nous donner des forces pour souffrir plus (lire: endurer plus les difficultés) etc… regardez ceux qui lui ont été les plus proches, saint Paul, Madeleine et surtout sa sainte Mère etc…

Donc on voit bien qu'il n'y a pas de contradiction entre avoir d'un côté l'esprit uni à Dieu et avoir, dans l'âme et le corps des guerres (non pas dues aux imperfections personnelles, mais dues à cause du travail et labeur pour le Règne de Dieu. Elle fait un travail génial dans les 7ièmes demeures (qui sont un petit chef d'œuvre à elles seules) pour montrer comment d'un côté l'esprit est uni à Dieu et comment l'âme et le corps pâtissent pour le service du Seigneur.
Mais rien à comparer à la Paix profonde!!! Et à la Présence de Dieu au fond, qui soutient et donne la force etc…

Tout ça pour dire: la souffrance existe, et peut être rencontrée, mais comment analyser un passage de manière juste et nuancée? Voilà la grande question!
Jésus souffre, Marie souffre, cela veut dire quoi? Etc…

Relisons bien la page 45 des œuvres complètes (page qui n'est pas de Thérèse), et notons les citations qui parlent de souffrance d'où elles proviennent (quelles lettres) et relisons les lettres, le contexte et de quoi il s'agit, on notera qu'il n'est pas question de purification!!

En Marie
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Lun 28 Juil - 23:38

Thank you!
Tu vois je suis un peu feinéant alors j'attends que tu me donnes la réponse:compress: !
Bon je vais relire tout cela
Merci encore.

Unis par la prière

Jean-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Lun 28 Juil - 23:39

au fait pour l'échelle, je parlais bien des 10 degrés de l'amour
Revenir en haut Aller en bas
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Ven 1 Aoû - 15:27

Bon j'ai relu les lettres de TEJ!
C'est vrai que la césure se laisse apercervoir... mais encore faut-il avoir l'oeil du lynx pour l'avoir remarqué!

Une nouvelle question.
TEJ dit qu'elle a eu un "vol d'eprit" en 1889 alors que pour elle les fiancailles spirituelles se célèbrent en 93...
il n'y donc pas forcèment de lien direct entre les deux?
(cf strophe 14,1 du cantique spirituel).

Pareil pour Thérèse d'Avila qui dans le livre de sa Vie, dans le même chapitre (20) où elle parle des ravissements (qu'elle a vécus) , dit qu'après le vol d'esprit se vit une épreuve bien semblable à celle de la nuit de l'esprit.

Vient ensuite une peine qu'il n'est en notre pouvoir ni d'appeler, ni d'enlever de l'âme quand elle s'en est emparée. Je voudrais bien faire connaître cette peine si douloureuse, Mais je crois que je n'y arriverai pas; j'en dirai néanmoins quelque chose, si je le puis. Auparavant je dois faire observer ceci: cet état est postérieur de beaucoup à toutes les visions et révélations dont je ferai le récit, postérieur aussi à cette époque où Notre Seigneur me donnait d'ordinaire dans l'oraison des faveurs et des délices si grandes. Il est vrai, il daigne encore de temps en temps me les prodiguer; mais l'état le plus ordinaire de mon âme, c'est d'éprouver cette peine dont je vais traiter. Elle est tantôt plus intense et tantôt moins; je parlerai ici de sa plus grande intensité.

Je rapporterai plus loin les transports impétueux que je ressentais lorsqu'il plut à Dieu de m'envoyer des ravissements (cf. chap. 29); mais je tiens à dire ici qu'entre la souffrance que me causaient ces transports, et la peine dont je traite maintenant, il n'y a pas, à mon avis, moins de différence qu'entre une chose très corporelle et une très spirituelle. Je ne crois pas faire là une exagération. En effet, si l'âme souffre dans ces transports c'est en compagnie du corps, qui partage sa souffrance; d'ailleurs, elle est bien loin de se voir dans cette extrémité d'abandon où la réduit la peine dont je parle. Ainsi que je l'ai dit, nous ne sommes pour rien dans cette peine: souvent, à l'improviste, un désir naît en l'âme, on ne sait comment, et ce désir, en un instant, la pénètre tout entière, lui causant une telle douleur qu'elle s'élève bien au-dessus d'elle-même et de tout le créé. Dieu la met dans un si profond désert, qu'elle ne pourrait, en faisant les plus grands efforts, trouver sur la terre une seule créature qui lui tînt compagnie; d'ailleurs, quand elle le pourrait elle ne le voudrait pas, elle n'aspire qu'à mourir dans cette solitude. C'est en vain qu'on lui parlerait et qu'elle se ferait la dernière violence pour répondre; rien ne peut enlever son esprit à cette solitude. Quoique Dieu me semble alors très éloigné de l'âme, souvent néanmoins il lui découvre ses grandeurs d'une manière si extraordinaire, qu'elle dépasse toutes nos conceptions. Aussi les termes manquent pour l'exprimer, et il faut, selon moi, l'avoir éprouvé pour être capable de le concevoir et de le croire. Cette communication n'a pas pour but de consoler l'âme, mais de lui montrer à combien juste titre elle s'afflige de se voir absente d'un bien qui renferme en soi tous les biens. Par cette vue, l'âme sent croître et sa soif de Dieu et la rigueur de sa solitude. Elle est en proie à une peine si délicate et si pénétrante, elle se sent dans un tel désert, qu'elle peut à la lettre dire avec David: “Je veille et je me plains comme un passereau solitaire sur le toit”. (Psaume 102, 8 )


Vie, Chapitre 20

En Marie

Jean-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Ven 1 Aoû - 19:58

1- Où trouvez-vous que le "vol de l'esprit" a lieu en 89 (voir le texte ci-dessous, ce n'est pas dit)??

2- Elle signale une grâce Mariale en 89:
Pendant Matines.
Elle me parla de ses oraions d'autrefois, le soir pendant le silence d'été, et me dit avoir compris alors par expérience ce que c'est qu'un « vol d'esprit ».
Elle me parla d'une autre grâce de ce genre reçue dans la grotte de Ste Madeleine, au mois de juillet 1889, grâce qui fut suivie de plusieurs jours de « quiétude ».
... Il y avait comme un voile jeté pour moi sur toutes les choses de la terre. J'étais entièrement cachée sous le voile de la Sainte Vierge. En ce temps là, on m'avait chargée du réfectoire et je me rappelle que je faisais les choses comme ne les faisant pas, c'était comme si on m'avait prêté un corps. Je suis restée ainsi pendant une semaine entière.
(Carnet Jaune 11 juillet §2)

3- La période de purification qui porte vers les Fiançailles est toute pleine de grâces d'une grande puissance. Les extases, les ravissements, les vols etc... sont toutes des choses qui ont lieu durant cette phase! Car, avec l'Union à Dieu, l'esprit "sort" de manière définitive et stable et ne cause plus à l'âme ces "déchirements" que sont les extases et autre. Les extases cessent après (lors) de l'Union.
Ne sous-estimons pas une seconde les phénomènes puissants et les grandes grâces qui se reçoivent durant la purification!
Mon conseil: il ne faut pas "regarder" un être humain dans ce qu'il vit après les fiançailles! Car le plus dur et le plus grand est fait. Ce qui est à voir, à imiter et à vivre c'est durant la purification. La période de purification est Fondamentale et simplement: décisive. Sans elle, rien ne se fera. Elle est ce chemin étroit, cette porte étroite... qui mène à la vie.
A mon sens, il nous faudrait plus être experts de cette période que de beaucoup d'autres choses. Car elle est comme un examen de passage!
Et le plus gros du travail se fait, et une infinité de grâces sont reçues durant cette période. Elle n'est pas toute que "noire"! Lisez le chapitre 10 du livre II de la Nuit Obscure. C'est l'Amour qui fait avancer... c'est la passion d'amour qui fait vaincre toutes ces épreuves. C'est ce qui explique peut-être que TJ ne mentionne pas la Nuit comme le fait saint Jean de la Croix, elle est plus portée par le moteur (l'amour, la passion amoureuse pour le Christ) qui l'attire vers le Christ. Notez aussi que dans le Cantique Spirituel, la Nuit n'est pas exprimée comme dans la Nuit, justement car le fil conducteur du Cantique spirituel est l'Amour qui croît dans la future épouse.
Jean


Dernière édition par Jean le Sam 2 Aoû - 5:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Sam 2 Aoû - 4:14

jean-baptiste a écrit:
Bon j'ai relu les lettres de TEJ!
C'est vrai que la césure se laisse apercevoir... mais encore faut-il avoir l'oeil du lynx pour l'avoir remarqué!
Tu veux dire qu'en lisant ses lettres tu as pu percevoir la césure chez TEJ entre une époque "difficile" de profonde purification, de semblant d'absence du Christ (elle aura la délicatesse de dire non pas qu'il est absent, mais qu' "il dort" (délicatesse de l'Epouse)) et une époque plus paisible, la césure étant vers la fin 92, début 93? Si c'est cela je trouve que c'est bien. Et bien sûr on apprend des autres, c'est ainsi que le Dépôt passe d'une génération à l'autre.

Cela dit, comme tu le signales, il faut avoir les yeux pour le voir! En parlant du lynx, Very Happy ce qu'il faudrait dire c'est que: plus on s'imprègne et on approfondit l'enseignement de saint Jean de la Croix sur la Nuit Obscure, plus on se rend compte de sa "logique" intérieure. Souvenons-nous aussi que Montée du Carmel et Nuit Obscure, sont dans le projet de saint Jean de la Croix, un même livre. Et il explique le sens de la purification et sa nécessité, dans l'esprit de l'Evangile aussi dans la Montée du Carmel.
A partir de la prise de conscience de l'importance de cette purification, de son sens, on se pose la question: est-ce possible qu'une telle purification ne soit pas mentionnée dans l'Evangile? Ce qui frappe beaucoup c'est que saint Jean de la Croix dit que la Nuit est mentionnée dans une foule d'endroits dans la Bible. Ce qui frappe c'est notre aveuglement, nous ne sommes pas capables de voir ce qu'il voit!! Ou encore, disons la chose autrement: on aimerait voir ce qu'il voit, on se pose la question: "comment arriver à voir ce qu'il voit?!!"
C'est cela qui frappe quand on fréquente les "chrétiens profonds" comme Jean de la Croix (pour ne pas dire les "mystiques"): ils voient des choses qu'on ne voit pas!

Mais, lentement, plus on devient familier de ce monde, plus on demande, plus on cherche, plus on frappe à la porte, plus on avance, plus on commence à s'accoutumer, à mieux voir.... etc. Et plus on trouve, plus on cherche encore (st Aug.), car chaque trouvaille est le point de départ pour une autre recherche, un autre émerveillement! On va de commencements en commencements (st Grégoire de Nysse).

C'est à partir de cette réalité que je me suis dit: si c'est dans la Bible, si c'est clair comme le jour comme saint Jean de la Croix le dit, ça doit être devant nous et on ne le voit pas!
Est né alors le désir de trouver la "nuit" (la purification) dans l'Evangile pour mieux en comprendre le contenu, et le comprendre en "langage biblique", "pour tous". Pourquoi se compliquer la vie, il faut bien que ça soit dans les livres principaux (les 4 Evangiles), si c'est si important.
Et c'est bien dans l'Evangile... sauf qu'on n'a pas l'habitude de la voir ainsi.

Il ne s'agit pas d'imposer une idée préconçue sur l'Evangile ou sur la Bible. Bien sûr que non!

Je suis content que tu sois arrivé à mieux voir la césure. C'est comme le jeune médecin ou l'infirmière qui apprend à trouver la veine, pour faire ses premières piqures... ça s'apprend...

Dans un numéro spécial d'une grande revue scientifique américaine, ils y présentaient des études qui montraient la réticence du cerceau à noter les changements (entre deux images identiques dont une a une ou deux choses modifiées). Si l'oeil voit, le cerveau génère la "perception", ce qui est une toute autre chose. Et l'auteur d'un des articles disait que le cerveau avait tendance à préférer la perception de la continuité à celle de "noter le changement". C'est frappant de voir combien on a des mécanismes en nous qui ne veulent pas voir. Ce qui frappe par la suite, est qu'une fois le changement noté, une fois la nouveauté perçue, on arrive ensuite à la noter avec plus de facilité, car on la "reconnait".
Eh oui.... un autre avait dit: "ils ont des yeux pour voir mais ne voient pas"! La perception n'est pas la vision. La vision c'est l'oeil, la perception c'est le cerveau. Ceci n'est bien sûr qu'un fait "naturel", mais je le prend comme exemple frappant pour mieux comprendre la question de la perception de la foi! C'est ce que dira l'eunuque Ethiopien à Philippe: "comment pourrais-je [comprendre ce que je lis], si personne ne me guide?" (Ac 8,31), d'où la nécessité d'expliquer: "quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé. Mais comment l'invoquer sans d'abord croire en lui? Et comment croire sans d'abord l'entendre? Et comment entendre sans prédicateur? Et comment prêcher sans être d'abord envoyé?" (Rm 10,13-15)
jean-baptiste a écrit:
Bon j'ai relu les lettres de TEJ!
C'est vrai que la césure se laisse apercevoir... mais encore faut-il avoir l'oeil du lynx pour l'avoir remarqué!
Ceci est donc une grande bonne nouvelle , car certains grands théologiens ont prétendu que la fameuse épreuve des 18 derniers mois de TEJ était la Nuit!!! (ceci voudrait dire que la plus grande sainte des temps modernes, donnée en exemple à tous par sa Voie commune, n'avait même pas passé la Nuit! Mon Dieu... qu'est-ce qu'on peut dire comme âneries parfois! ça sert à quoi d'être théologien alors?)
L'étude est importante, et aussi la transmission d'une Tradition vivante de travail théologique sérieux et de méthodologie de travail est tout aussi importante. Alors, que Dieu nous envoie une bande de bons jeunes Lynx...

Bon j'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Sam 2 Aoû - 4:59

jean-baptiste a écrit:
... mais encore faut-il avoir l'oeil du lynx...!
Dans la mythologie grecque, Idas et Lyncée sont les fils d'Apharée, roi de Messénie. Les deux frères étaient inséparables et tous deux prirent part à la chasse de Calydon et à l'expédition des Argonautes. Lyncée était pilote du navire Argo. La vue de Lyncée était si perçante qu'il pouvait voir à grande distance et même à travers la terre. Ses yeux traversent les murailles et pénétrait les nuages noirs du ciel. "Non possis oculo quantum contendere Lynceus..."
Par transfert paronymique, les anciens grecs attribuaient déjà au lynx (λύγξ lugs) les capacités merveilleuses de l’Argonaute Lyncée ((Λυγκεός Lugkeos), dont le regard traversait les nuages, qui pouvait voir jusqu’au fond de la mer et même à travers les rochers. Ce rapprochement est passé au latin puis au français.

Réintroduit en France (en particulier dans le Jura et les Vosges) et protégé par la convention internationale de Berne de 1979, le Lynx est un peut-être le représentant de la faune jurassienne le plus impressionant que vous serez amené à rencontrer si vous vous aventurez en dehors des sentiers battus.
Rare, impressionnant, majeusteux et... timide, le lynx fuira le plus souvent avant que vous n'ayez le temps d'apercevoir le bout de sa courte queue.
Oubliez le cliché du félin carnivore sans peur et sans pitié : le lynx est un animal discret, craintif et aux moeurs nocturnes. Excellent chasseur malgré tout, il se nourrit principalement de gibiers (chevreuils, lapins, rongeurs...) qu'il chasse habituellement la nuit. Son territoire, bien que variable d'une race à l'autre, reste relativement vaste.
Le lynx d'Eurasie ou lynx commun est l'espèce qui fut réintroduite en Europe et dont le territoire s'étend en France des Vosges au Jura en passant le Doubs ou les Alpes. Il est également présent dans certaines régions d'Allemagne, de Suisse, d'Italie, ou encore d'Europe Centrale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Dim 3 Aoû - 15:56

Pas mal, le lynx! c'est bizarre que jean de la croix n'en ai pas parlé dans ses poêmes Very Happy
Pour la grâce mariale de 89, c'est vrai que je n'avais pas très bien lu!
Bon je me relance à la tâche pour voir la nuit de l'esprit dans les Evangiles. Faudrait que tu commentes le tableau que tu avais envoyé il y a quelques temps!
Merci beaucoup pour la réponse (à relire),
en Marie
Jen-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Dim 3 Aoû - 22:47

jean-baptiste a écrit:
Bon je me relance à la tâche pour voir la nuit de l'esprit dans les Evangiles. Faudrait que tu commentes le tableau que tu avais envoyé il y a quelques temps!
C'est bien, tu ne perds pas le nord! tu t'en souviens! le commenter requiert de faire un Cours.
Je pourrais en dire quand même au moins brièvement deux mots... ok.
Faudra aller sur le fil de la Nuit, pas ici.
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
jean-baptiste



Nombre de messages : 101
Date d'inscription : 23/05/2008

MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   Lun 4 Aoû - 15:31

avec grand plaisir!
Unis par la prière

Jean-Baptiste
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiancailles spirituelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiancailles spirituelles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les paraboles, passerelles et ouvertures spirituelles...
» Les nuits spirituelles.
» poeme les armes spirituelles du chrétien
» Les Rois Mages et les trois voies spirituelles
» Retraites spirituelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Vie spirituelle :: Apprendre à prier-
Sauter vers: