Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Carême 2018 - évangile et méditation -

Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Carême 2018 - évangile et méditation -   Mer 14 Fév - 11:04


14 février 2018 - Mercredi des Cendres

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 6, 1-6.16-18)


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l'accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.
Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra.
Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret te le rendra. »


Méditation du pape Benoît XVI


Nous entamons aujourd'hui le temps liturgique du carême à travers lequel nous voulons prendre l'engagement de convertir notre cœur vers les horizons de la Grâce. En général, dans l'opinion commune, ce temps a parfois une connotation de tristesse, de grisaille de la vie. En réalité, il est un don précieux de Dieu, c'est un temps fort et dense de significations sur le chemin de l'Eglise, c'est l'itinéraire vers la Pâque du Seigneur.

Dans l'Evangile d'aujourd'hui, Jésus relit les trois oeuvres fondamentales de piété prévues par la loi de Moïse. L'aumône, la prière et le jeûne caractérisent le juif qui observe la loi. Au fil du temps, ces prescriptions avaient été érodées par la rouille du formalisme extérieur, ou encore, elles s'étaient transformées en un signe de supériorité. Jésus met en évidence dans ces trois œuvres de piété une tentation commune. Lorsque l'on accomplit quelque chose de bon, presque instinctivement naît le désir d'être estimé et admiré pour la bonne action, c'est-à-dire d'avoir une satisfaction. Et cela, d'une part, conduit au repli sur soi, et, de l'autre, à aller au dehors de soi, car l'on vit projeté vers ce que les autres pensent de nous et admirent en nous. En reproposant ces prescriptions, le Seigneur Jésus ne demande pas le respect formel d'une loi étrangère à l'homme, imposée par un législateur sévère comme un lourd fardeau, mais invite à redécouvrir ces trois œuvres de piété en les vivant de façon plus profonde, non pas par amour propre, mais par amour de Dieu, comme moyens sur le chemin de conversion à Lui. Aumône, prière et jeûne : tel est l'itinéraire de la pédagogie divine qui nous accompagne, non seulement au cours du carême, vers la rencontre avec le Seigneur Ressuscité ; un itinéraire qu'il faut parcourir sans ostentation, dans la certitude que le Père céleste sait lire et voir également dans le secret de notre cœur.

Commençons confiants et joyeux l'itinéraire du carême. Quarante jours nous séparent de Pâques ; ce temps "fort" de l'année liturgique est un temps propice qui nous est donné pour parvenir, avec un engagement accru, à notre conversion, pour intensifier l'écoute de la Parole de Dieu, la prière et la pénitence, en ouvrant le cœur à l'accueil docile de la volonté divine, en vue d'une pratique plus généreuse du sacrifice qui permet de porter toujours plus son aide au prochain dans le besoin : un itinéraire spirituel qui nous prépare à revivre le Mystère pascal.


http://10tr7.r.a.d.sendibm1.com/1kpxrvxcobeff.html

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Jeu 15 Fév - 10:13

jeudi 15 février


ÉVANGILE DU JOUR

(Lc 9, 22-25)
Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. Convertissez-vous, dit le Seigneur, car le royaume des Cieux est tout proche. Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. »Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? »


COMMENTAIRE

Il n’est pas rare lorsqu’on invite quelqu’un à réciter de mémoire la suite de « celui qui veut marcher à ma suite » qu’il oublie le renoncement à soi-même pour évoquer directement « qu’il prenne sa croix ». Faites le test avec votre entourage ! Renoncer à soi-même renvoie au mécanisme le plus profond de l’homme : vouloir se sauver. Notre double erreur est de croire que nous le ferons, et nous le ferons seul. L’amour du Christ sur la croix nous enseigne au contraire que c’est dans le don sans retour sur soi, que nous trouvons ce salut. Nous ne nous sauvons pas seul ! Et qu’un tel don ne peut nous être inspiré que par Dieu. Alors, prenons le temps aujourd’hui de contempler le Christ en croix et demandons-lui de nous inspirer le désir de ce don

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Jeu 15 Fév - 10:15

Un jour, dans un groupe d’enfants, je demandais s’ils savaient ce qu’est le Carême. Ce fut un grand silence…

Puis au bout d’un moment, il y en a un qui a dit : « Moi je sais, on ne mange pas de viande… » Et un autre ajoute : "On ne mange pas de bonbons."

Ce à qui j’ai répondu : "J’aimerais bien voir ça."

Et nous, qu'en pensons-nous ? Pour nous aider à la démarche du Carême, je vous propose une vidéo.


_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Ven 16 Fév - 10:00

vendredi 16 février


Les invités de la noce



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9, 14-15

En ce temps-là,
les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus
en disant :
« Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons,
tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit :
« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil
pendant le temps où l’Époux est avec eux ?
Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ;
alors ils jeûneront. »
© AELF


Méditation


Les disciples de Jean ainsi que les pharisiens avaient l'habitude de jeûner. Ils sont surpris de constater que ceux de Jésus ne suivent pas cette pratique. Et ils le disent. Mais Jésus leur répond que les invités de la noce n'ont pas à faire pénitence pendant que l'époux est avec eux.

L'époux en question c'est Jésus lui-même. Notre plus grande joie c'est d'être avec lui. Il ne demande qu'à nous combler de son amour. Avec lui, c'est l'époux de l'humanité qui est arrivé. Il ne convient pas d'être triste. C'est l'amour qui est premier. Le carême est un temps privilégié pour retrouver cette intimité avec lui.

" Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront." Depuis l'Ascension, Jésus n'est plus visible au regard des hommes. Nous attendons son retour glorieux. Le Carême prend alors une valeur nouvelle. Il nous permet de mieux accueillir les biens d'en haut, la vie de Dieu. Il nous donne aussi l'occasion de ressentir un peu la faim des plus démunis et de partager avec eux. À travers eux, c'est aussi le Seigneur qui est là.


http://www.levangiledujour.com/

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Sam 17 Fév - 11:36

Samedi 18 février


Bonne nouvelle pour les pécheurs


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5, 27-32

En ce temps-là,
Jésus sortit et remarqua un publicain
(c’est-à-dire un collecteur d’impôts)
du nom de Lévi
assis au bureau des impôts.
Il lui dit :
« Suis-moi. »
Abandonnant tout,
l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ;
il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens
attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient
en disant à ses disciples :
« Pourquoi mangez-vous et buvez-vous
avec les publicains et les pécheurs ? »
Jésus leur répondit :
« Ce ne sont pas les gens en bonne santé
qui ont besoin du médecin,
mais les malades.
Je ne suis pas venu appeler des justes
mais des pécheurs,
pour qu’ils se convertissent. » (AELF)


Méditation


Il lui manque quelqu'un à Jésus pour compléter le groupe de ses disciples. Et c'est à Lévi le publicain qu'il dit : "Suis-moi." Nous comprenons que les gens soient scandalisés. En effet, cet homme travaillait au profit des Romains qui occupaient le pays d'Israël. Il était tenu pour malhonnête et infréquentable.

Mais à l'appel de Jésus, Lévi se lève pour le suivre. Quelque chose d'unique et de fort s'est passé dans cette rencontre avec le collecteur d'impôts. Cet appel de Lévi est une bonne nouvelle pour nous. Chacun est appelé tel qu'il est ; Dieu nous offre de vivre une amitié personnelle avec lui. Les bien-pensants lui reprochent de se compromettre avec des gens mal famés. Pour eux c'est un scandale. Mais Jésus agit comme le médecin qui est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus.

Jésus ne demande pas aux pécheurs qui viennent à lui d'aller d'abord se purifier. Il les accueille tels qu'ils sont. S'il avait exigé d'eux qu'ils soient purs pour les accueillir, il aurait pu les attendre longtemps. Jésus reçoit les pécheurs sans rien demander d'abord. Sa grande priorité c'est de leur faire découvrir qu'ils sont aimés gratuitement, pour eux-mêmes. Alors, ils pourront apprendre à aimer en vérité et commencer à se convertir en vérité. Telle est la logique de Dieu. Elle est toujours valable pour nous aujourd'hui.

Cet évangile nous rejoint et nous interpelle dans ce que nous vivons. Il nous arrive de décréter que telle ou telle personne n'est pas fréquentable et qu'il vaut mieux se méfier. Nous l'enfonçons dans son passé et sa réputation et nous ne lui laissons aucune chance. Comme les scribes et les pharisiens, nous pouvons avoir des paroles dures. Si Jésus avait eu une telle attitude, il n'aurait jamais appelé Lévi. Ce dernier ne serait pas devenu ce grand apôtre (Matthieu) que nous connaissons et nous n'aurions pas bénéficié de son Évangile.

La Parole de Dieu de jour voudrait nous inviter à changer notre regard sur personnes que nous avons tendance à rejeter. Elles ont la première place dans son cœur. Nous-mêmes, nous n'oublions pas que nous sommes tous pécheurs. Nous aurons toujours besoin de la miséricorde de Dieu. Mais pour que cette miséricorde nous soit accordée, nous devons, nous aussi, l'accorder aux autres. "Soyez miséricordieux comme votre Père du ciel est miséricordieux" nous dit Jésus.

Ce Carême qui vient de commencer nous invite à nous reconnaître pécheurs devant le Seigneur. Nous accueillons sa Parole porteuse de vie. Nous sommes invités à communier à son Corps et son Sang. Nous faisons le plein de cet amour qui est en Dieu. Puis nous sommes envoyés pour en témoigner et l'offrir à tous ceux que nous rencontrons tout au long de la semaine. Que le Seigneur nous garde fidèles à cette mission !


http://www.levangiledujour.com/

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Sam 17 Fév - 20:06

EVANGILE – selon saint Marc 1, 12 – 15

En ce temps-là,
Jésus venait d’être baptisé
12 Aussitôt l’Esprit le pousse au désert
13 et, dans le désert,
il resta quarante jours,
tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages,
et les anges le servaient.
14 Après l’arrestation de Jean,
Jésus partit pour la Galilée
proclamer l’Evangile de Dieu ;
15 il disait : « Les temps sont accomplis :
le règne de Dieu est tout proche.
Convertissez-vous
et croyez à l’Evangile. »





LES TENTATIONS DE JESUS

Chaque année, le premier dimanche de Carême, nous lisons le récit des Tentations chez l’un des trois évangélistes synoptiques ; cette année, nous les lisons dans Saint Marc, c’est-à-dire dans la version la plus discrète possible : « Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt, l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages et les anges le servaient. »

Marc ne nous précise pas quelles tentations Jésus a dû affronter, mais la suite de son évangile nous permet de les deviner : ce sont toutes les fois où il a dû dire non ; parce que les pensées de Dieu ne sont pas celles des hommes, et que, homme lui-même, il était entouré d’hommes, il a dû faire sans cesse le choix de la fidélité à son Père.

L’épisode qui nous vient tout de suite à l’esprit, c’est ce qui s’est passé près de Césarée de Philippe : « En chemin, Jésus interrogeait ses disciples : Qui suis-je, au dire des hommes ? Ils lui dirent Jean le Baptiste ; pour d’autres, Elie ; pour d’autres, l’un des prophètes. Et lui leur demandait : Et vous, qui dites-vous que je suis ? Prenant la parole, Pierre lui répond : Tu es le Christ. Alors il leur commanda sévèrement de ne parler de lui à personne. » (Mc 8, 27-30).
Cette sévérité même est certainement déjà signe d’un combat intérieur. Et tout de suite après, Marc enchaîne « Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’Homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit mis à mort et que, trois jours après, il ressuscite. » (Ce qui, évidemment, cadrait mal avec le titre glorieux qui venait de lui être décerné par Pierre). Et vous connaissez la suite : « Pierre, le tirant à part, se mit à le réprimander. Mais lui, se retournant et voyant ses disciples, réprimanda Pierre ; il lui dit : Retire-toi ! Derrière moi, Satan, car tes vues ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes. » Il y a là, dans la bouche de Jésus l’aveu de ce qui fut la plus forte peut-être des tentations : celle d’échapper aux conséquences tragiques de l’annonce de l’évangile.

Tentation terriblement subtile : car elle s’accommode parfaitement bien d’un beau discours ; c’est au moment même où Pierre vient de faire la plus belle déclaration, le plus bel examen de théologie (!), qu’il est pour le Christ occasion de tentation.

Jusqu’à la dernière minute, à Gethsémani, il aura la tentation de reculer devant la souffrance : « Mon âme est triste à en mourir… Père, à toi tout est possible, écarte de moi cette coupe ! Pourtant, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ! » (Mc 14, 34-36) Il est bien clair ici que sa volonté doit faire effort pour s’accorder à celle de son Père
.
Jésus a eu certainement, on vient de le voir, la tentation de ne pas souffrir ; il a connu aussi celle de réussir ; là encore, son entourage l’y poussait ; le succès pouvait bien devenir un piège : « Tout le monde te cherche » (Mc 1, 37), lui disaient ses disciples à Capharnaüm ; je vous rappelle le contexte ; le matin du sabbat à la synagogue, d’abord, où il avait délivré un possédé, puis la journée au calme chez Simon et André, où il avait guéri la belle-mère de Pierre ; le soir tous les alentours étaient là, qui avec son malade, qui avec son possédé ; et il avait guéri de nombreux malades ; la nuit suivante, avant l’aube, il était sorti à l’écart pour prier ; déception à la maison quand le jour s’était levé : s’il était parti ?

« Tout le monde te cherche »… Il avait dû s’arracher : « Allons ailleurs dans les bourgs voisins, pour que j’y proclame aussi l’Evangile : car c’est pour cela que je suis sorti. » (Mc 1, 38). Pour cela et pas pour autre chose… Elle est là, la tentation : se laisser détourner de sa mission.
LE CHOIX DE LA FIDELITE

Cela a commencé très tôt, certainement, quand il a fallu affronter les moqueries de quelques proches ; toute vocation au service des autres impose des arrachements ; sa propre famille a parfois été un obstacle à sa mission : « Les gens de sa parenté vinrent pour s’emparer de lui. Car ils disaient il a perdu la tête » (Mc 3, 21).

Cette souffrance de l’incompréhension traduit une autre sorte de tentation, celle de convaincre par des actes spectaculaires : « Les Pharisiens vinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour lui tendre un piège, ils lui demandent un signe qui vienne du ciel. Poussant un profond soupir, Jésus dit : Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? En vérité, je vous le déclare, il ne sera pas donné de signe à cette génération… Et les quittant, il remonta dans la barque et il partit sur l’autre rive. » (Mc 8,11-12). Très certainement, quand Jésus décide brusquement de fausser compagnie à ses interlocuteurs du moment, que ce soient ses amis ou ses adversaires, c’est qu’il a un choix à faire.

Ce choix est celui de la fidélité à sa mission : qu’il soit le Messie, tout le monde y pense depuis le début ; mais le problème c’est qu’une fois encore, les pensées de Dieu ne sont pas les nôtres ; par exemple, on attendait, on espérait un Messie politiquement puissant, qui chasserait l’occupant romain et restaurerait la liberté politique d’Israël ; Jésus a dû sans cesse prêcher la seule grandeur de l’amour ; c’est pour cela qu’à plusieurs reprises, il impose le secret à ceux qui ont entrevu son mystère (que ce soit à la Transfiguration ou ailleurs) : il ne veut pas laisser son entourage s’engager sur une fausse piste.

On ne s’étonne pas non plus qu’il ait vécu paisiblement au désert pendant quarante jours (chiffre symbolique) au milieu des bêtes sauvages : car c’est bien ainsi que le prophète Isaïe avait défini l’harmonie qui règnera dans la création nouvelle : « Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau. » (Is 11). Marc nous dit ici : Jésus est l’homme véritablement libre par rapport à toutes les tentations, le premier-né de l’humanité nouvelle.



http://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/la-celebration-de-la-foi/le-dimanche-jour-du-seigneur/commentaires-de-marie-noelle-thabut/452645-commentaires-du-dimanche-18-fevrier/

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Dim 18 Fév - 19:24

Lundi 19 février
Texte de l'Évangile (Mt 25,31-46): «Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: ‘Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi’. Les justes lui répondront: ‘Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi?’. Et le roi leur répondra: ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites. 


»Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: ‘Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire; j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité’. Ils répondront aussi: ‘Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t'avons-nous pas assisté?. Et il leur répondra: ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites’. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle».





«Toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites»

Abbé Joaquim MONRÓS i Guitart
(Tarragona, Espagne)

Aujourd'hui on nous rappelle le jugement dernier, «lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges» (Mt 25,31), et on nous fait remarquer que donner à manger, donner à boire, habiller quelqu'un… deviennent tous des actes d'amour pour un chrétien, quand à travers elles il voit le Christ.


Saint Jean de la Croix nous dit: «Au soir de votre vie, vous serez examiné sur l'amour. Apprenez donc à aimer Dieu, comme il veut l'être et à vous détacher de vous-même». Ne pas faire quelque chose qu'on doit faire, en nous mettant au service des autres fils de Dieu, qui sont nos frères, revient à laisser le Christ sans ces détails d'amour dû: péchés d'omission.



Le Concile Vatican II, dans Gaudium et spes, en expliquant les exigences de la charité chrétienne, qui donne un sens au terme assistance social, nous dit: «De nos jours surtout, nous avons l'impérieux devoir de nous faire le prochain de n'importe quel homme et, s'il se présente à nous, de le servir activement: qu'il s'agisse de ce vieillard abandonné de tous, ou de ce travailleur étranger, méprisé sans raison, ou de cet exilé, ou de cet enfant né d'une union illégitime qui supporte injustement le poids d'une faute qu'il n'a pas commise, ou de cet affamé qui interpelle notre conscience en nous rappelant la parole du Seigneur: ‘Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait’ (Mt 25,40)».



Rappelons nous que le Christ vit à l'intérieur de chaque chrétien... et il nous dit: «Et moi, Je suis avec vous toujours jusqu'à la fin du monde» (Mt 28,20).



Le Concile de Latran IV, définit le jugement dernier comme vérité de foi «Il viendra à la fin des siècles juger les vivants et les morts, tant les réprouvés que les élus qui ressusciteront tous avec leurs propres corps, afin de recevoir, selon leurs mérites bons ou mauvais: les réprouvés, la peine éternelle avec le diable; les élus, la gloire éternelle avec Jésus-Christ».



Demandons à la Vierge Marie de nous aider pour que nous servions son Fils à travers nos frères.



http://evangeli.net/evangile/jour/2018-02-19

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 756
Age : 71
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   Mar 20 Fév - 21:44

Mercredi 21 février
Texte de l'Évangile (Lc 11,29-32): Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire: «Cette génération est une génération mauvaise: elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas».

COMMENTAIRE


«Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération»

Abbé Roger J. LANDRY
(Hyannis, Massachusetts, Etats-Unis)

Aujourd'hui Jésus nous indique que le signe qu'Il va donner à la “génération mauvaise” est lui-même comme le “signe de Jonas” (cf. Lc 11,30). De la même façon comme Jonas s'est laissé jeter par-dessus bord afin d'apaiser la tempête et sauver les vies des marins, Jésus s'est aussi laissé jeter par-dessus bord pour apaiser les tempêtes du péché qui menacent nos vies. Et comme Jonas a vécu trois jours dans le ventre de la baleine avant d'être recraché ensuite sur le rivage, Jésus a aussi vécu dans le ventre de la terre avant de marcher en dehors du tombeau vide.

Le signe que Jésus va donner aux “mauvais” de chaque génération c'est le signe de sa mort et de sa résurrection. Sa mort, librement acceptée, c'est le signe de l'incroyable amour de Dieu pour nous: Jésus donna sa vie pour sauver la nôtre. Sa résurrection parmi les morts c'est le signe de son divin pouvoir. C'est le signe le plus puissant et émouvant jamais donné.

Mais Jésus est encore le signe de Jonas dans un autre sens. Jonas était une icône et un agent de conversion. Dans sa prédication, «Dans quarante jours Ninive sera détruite» (Jon 3,4) les Ninivites païens décident de jeûner et de se repentir, car tout le monde, depuis le roi aux enfants et animaux se sont couverts de la toile de jute et des cendres. Pendant les quarante jours du Carême, nous avons quelqu'un “beaucoup plus grand que Jonas” (cf. Lc 11,32) qui prêche notre conversion —Jésus lui-même— conversion qui devrait être aussi consciencieuse.

«Car Jonas était un servent», Saint Jean Chrysostome écrit en la personne du Christ, «mais moi je suis le Maître; et lui a été recraché par la baleine, mais moi Je suis ressuscité de la mort; et lui proclamait la destruction, mais mois, je suis venu en prêchant la Bonne Nouvelle et le Royaume».

Il y a une semaine, le Mercredi des Cendres, nous nous sommes couverts de cendres et chacun a entendu les paroles de la première homélie de Jésus, «Repentez-vous et croyez dans l'Évangile» (cf. Mc 1,15). La question pour nous c'est: Avons-nous déjà répondu avec une conversion profonde comme les Ninivites et avons embrassé cet Évangile?
http://evangeli.net/evangile/jour/2018-02-21

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carême 2018 - évangile et méditation -   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carême 2018 - évangile et méditation -
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Évangile et Méditation du Mercredi 6 février 2008
» Évangile et Méditation du samedi 2 Février 2008
» Évangile et Méditation du Mercredi 30 janvier2008
» Évangile et Méditation du mardi 5 février 2008
» Évangile et Méditation du Mercredi 23 Janvier 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Echanges autour de la prière :: Rosaires, neuvaines, textes de prières, audios, vidéos...-
Sauter vers: