Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 24ème dimanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 24ème dimanche   Sam 15 Sep - 21:03

Voici l'homélie d'un prêtre ami avec son accord :

Pardonner ! Facile à dire mais l’accomplir n’est pas sans exigences et sans difficultés.

Exigence vis à vis de Dieu. Dans l’Evangile Jésus nous dit : « Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, notre Père céleste vous pardonnera aussi » (Mt. 6, 14).
Exigence aussi pour la construction d’un monde de paix et de fraternité ; pour bâtir une humanité unie, et déjà dans l’Eglise, Corps du Christ, dont les membres sont appelés à l’unité.

Les difficultés ! Elles s’étalent facilement. Qui, parmi les hommes, devant de graves dommages subis, devant médisances ou calomnies, en face de crimes touchant sa famille, en face de la haine, de comportements mensongers, ne serait pas tenté de refuser tout pardon, quelquefois poussé à se venger ?

Eliminons en premier quelques idées. Pardonner ne veut pas dire oublier. Notre mémoire ne peut pas oublier les fautes graves à notre égard. Pardonner ne signifie pas « passer l’éponge » sur le mal commis comme s’il n’avait pas existé. Le mal reste le mal et qui le commet en est blessé plus ou moins gravement. Pardonner c’est continuer à vouloir du bien au pécheur, quelque soit sa faute, mais ce qui réclame de sa part, regret de la faute commise, conversion de cœur, réparation si possible, nouvelle attitude de vie.

Abordons, sur ce sujet, la Parole de Dieu de ce jour.
En première lecture de l’Exode Dieu lui-même est en cause. Il s’est choisi une famille, un peuple, l’a délivré de l’esclavage des Egyptiens, lui a donné des lois pour se conduire dans l’amour et la fraternité. Ce peuple l’abandonne, se tourne vers des idoles muettes, adore un veau d’or, se pervertit dans la débauche. A Moïse qui lui est resté fidèle il annonce son projet de détruire ce peuple ingrat. Sur une prière de Moïse en faveur de ce peuple pécheur, Dieu va renoncer à son projet d’anéantissement.
Sachons que Moïse est déjà une annonce du Messie, de Jésus, envoyé par le Père pour pardonner, et, pour nous, le devoir d’intercéder en faveur des pécheurs.

En deuxième lecture l’apôtre St Paul reconnaît avoir péché gravement lui qui persécutait les premiers chrétiens. Par Jésus découvert il a été pardonné. Maintenant il proclame que « le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs ». Reconnaissant en Jésus le Sauveur du monde il a changé de vie et est devenu l’apôtre des païens.

Dans l’Evangile que veut enseigner Jésus face à ceux qui lui reprochent de faire bon accueil aux pécheurs et de manger avec eux ?
Simplement, avec la joie d’une brebis perdue et retrouvée, ramenée sur les épaules, comme avec celle d’une femme qui retrouve une pièce d’argent égarée après une grande recherche, la joie même de Dieu lorsqu’il retrouve, après des égarements, le pécheur qui se convertit. C’st l’enfant qu’il n’a jamais cessé d’aimer malgré ses fautes et pour lequel sa miséricorde est toujours prêtre à se manifester.

Que de paroles citées dans l’Evangile nous révèlent par Jésus cet amour infini du Seigneur pour l’humanité pécheresse dont personne ne peut se déclarer sans faute sans commettre de mensonge (cf. 1ère Lettre de St Jean, 1,Cool. Il a guéri bien des pécheurs sur les routes de Palestine, pardonné sur la croix au criminel repentant crucifié à ses côtés, et déclaré, juste avant de mourir, vis à vis de ses persécuteurs : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Nous savons qu’il porte alors sur la croix, en signe d’expiation, les péchés de toute l’humanité, les nôtres par conséquent. L’amour plus fort que le mal et aussi que la mort, l’Amour pardonnant au pécheur repentant mais qui ne peut accepter le péché qui défigure
Nous pouvons encore rappeler qu’à Pierre l’interrogeant : « A celui qui commet une faute à mon égard, combien de fois dois-je pardonner, jusqu’à 7 fois ? » Jésus répond : « Jusqu’à 70 fois 7 fois ! »

Demandons à Dieu cette force de pardonner, de continuer à aimer celles ou ceux qui nous ont fait du mal, de prier à leur intention, pour nous retrouver tous un jour dans la joie auprès du Seigneur.
« Oui, je me lèverai, et j’irai vers mon Père » … en implorant sa miséricorde !
Revenir en haut Aller en bas
 
24ème dimanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 24ème demi brigade légère de 2ème formation
» BRESSOLLES Antoine Aubin, général de division
» Offices des lectures du Samedi 15 septembre Notre Dame des Douleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Communion de prière :: Demande de prières d'intercession-
Sauter vers: