Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Louis
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1197
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: La nuit de l'esprit ou la participation à la Passion   Dim 16 Sep - 16:19

On peut lire dans nombre d'articles depuis quelques temps que Mère Thérésa aurait vécu pendant sa sainte vie une "nuit obscure", une "présence-absence" de Dieu.

Ce qui ne l'empêchera pas d'être canonisée.

Qu'en pensez-vous?


Sources : http://www.zenit.org/article-16058?l=french

_________________
Dans la Paix du Christ +
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 16 Sep - 16:34

Mon Dieu, hélàs, le lien donné offre une analyse différente et contradictoire de celle plus officielle du Promoteur de la Cause de canonisation de M Teresa. (voir ci-dessous et dans un autre fil aussi j'ai mis ce contenu). C'est d'ailleurs étonnant !

Le Postulateur de M Teresa, en s'appuyant sur Garrigou-Lagrange et sur d'autres auteurs, parle plutôt d'une période où elle participe à la Passion du Christ, c'est à dire qu'elle se rend utile aux autres, comme le Christ sur la Croix.

Dire que c'est une "nuit de l'esprit" (donc une purification préalable aux fiançailles spirituelles et à l'union à Dieu) c'est dire qu'elle n'est jamais arrivée à l'Union à Dieu. Ce qui serait contradictoire avec le fait de la sainteté!!

C'est bien regrettable qu'encore aujourd'hui il y ait des théologiens ou des personnalités ecclésiales qui disent des choses pareilles!

Certes le champ théologique de la question n'est pas encore suffisamment défriché, mais bon, il faut bien lire et bien étudier avant de parler.

Trop souvent on met la "nuit de l'esprit" à toutes les sauces! C'est la mode depuis 30 ans! Alors "tout est nuit". Tout et le contraire de tout! Et cela sème la confusion.

Je crois qu'une honnêteté théologique requiert d'abord une lecture clame, attentive et pondérée des textes théologiques, et qui ne fait pas dire aux textes ce qu'ils ne disent pas!

On a d'ailleurs entendu dire les mêmes commentaires sur sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, disant que sa dernière épreuve était une "nuit de l'esprit" !! Pauvres de nous! La plus grande sainte des temps modernes ne serait même pas arrivée à l'Union à Dieu!! Celle qui est fille de Thérèse d'Avila et de Jean de la Croix ne serait même pas arrivée à la réalisation de ce qu'elle lisait! Ce qui contredit et ce qu'elle dit et les textes !
Si on prenait la peine d'étudier et de bien étudier et les saints docteurs et la vie des saints, on s'abstiendrait de tels jugements hâtifs et décevants!

Certes il y a peu de littérature sur la question de la participation à la Passion et cela rend les théologiens "peu au courant" de ces choses!

Il faut alors recourir aux spécialistes et ils sont rares, surtout de nos jours!

Jean


Dernière édition par le Dim 16 Sep - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 16 Sep - 16:35

Voici le texte dont je parle plus haut:

L’extraordinaire vie intérieure de Mère Teresa (I)
Entretien avec le postulateur de la cause de canonisation de la bienheureuse


ROME, Jeudi 6 septembre 2007 (ZENIT.org) – Qu'elle ressente de l’amour ou non, Mère Teresa de Calcutta savait qu'elle était unie à Jésus car son esprit était fixé en lui et en lui seul.

C'est ce que la bienheureuse albanaise explique dans une lettre à un directeur spirituel, qui vient d'être publiée, avec d'autres lettres, dans un volume intitulé « Come Be My Light » (Viens, sois ma lumière), édité et présenté par le postulateur de sa cause de canonisation, le père Brian Kolodiejchuk, Missionnaire de la charité.

Dans cet entretien à ZENIT, dont nous publions ci-dessous la première partie, le père Kolodiejchuk présente l’ouvrage qu’il vient d’éditer en évoquant des détails de la vie intérieure de Mère Teresa que même ses sœurs les plus proches ne soupçonnaient pas.

ZENIT – On a découvert l’extraordinaire vie intérieure de Mère Teresa après sa mort. Comment est-il possible que toutes les personnes qui la connaissaient, à l’exception de ses directeurs spirituels, ignoraient ce qu’elle vivait intérieurement, notamment son expérience des ténèbres ?

P. Kolodiejchuk – Personne ne se doutait de ce qu’elle vivait intérieurement parce que ses directeurs spirituels conservaient ces lettres. Les jésuites en possédaient quelques unes, d’autres se trouvaient à l’archidiocèse et d’autres entre les mains du père Joseph Neuner, un autre directeur spirituel. C’est en cherchant les documents pour la cause que nous avons découvert ces lettres.

Lorsque Mère Teresa était en vie elle avait demandé à ce que les détails concernant sa biographie ne soient pas divulgués. Elle avait demandé à Mgr Ferdinand Perier, archevêque de Calcutta, de ne pas raconter à un autre évêque comment tout avait commencé. Elle déclara : « S’il vous plaît, ne lui donnez aucun détail sur le commencement car lorsque les gens commenceront à savoir comment les choses ont commencé, quand ils entendront parler des locutions intérieures, l’attention se portera sur moi et non sur Jésus ». Elle répétait sans cesse : « L’œuvre de Dieu. Ceci est l’œuvre de Dieu ».

Même les sœurs qui lui étaient le plus proches ne soupçonnaient rien de ce qu’elle vivait intérieurement. Beaucoup auraient pensé qu’elle avait une grande intimité avec Dieu pour lui permettre d’aller de l’avant étant donné les difficultés de l’ordre et la pauvreté matérielle dont elle souffrait.

ZENIT – Dans votre ouvrage il est question du vœu que Mère Teresa fit secrètement au début de sa vocation, lorsqu’elle promit de ne rien refuser à Dieu concernant la souffrance du péché mortel. Quel rôle cela a-t-il joué dans sa vie ?

P. Kolodiejchuk – Mère Teresa a fait le vœu de ne rien refuser à Dieu, en 1942. Ses lettres d’inspiration de Jésus sont arrivées juste après. Dans l’une de ces lettres, sinon dans les deux, Jésus dit, en reprenant son vœu : « Refuseras-tu de faire cela pour moi ? »

Le vœu est donc le cadre de sa vocation. Nous voyons alors dans les lettres d’inspiration où Jésus montre clairement son appel.

Elle va ensuite de l’avant car elle sait ce que veut Jésus. Elle est motivée par la pensée de sa soif et de sa souffrance parce que les pauvres ne le connaissent pas et par conséquent ne veulent pas de lui.
Ceci est l’un des piliers qui lui ont permis d’aller de l’avant à travers les épreuves des ténèbres. Comme elle était sûre de son appel et à cause de son vœu, elle écrit dans l’une des lettres : « J’étais sur le point de craquer puis je me suis souvenue du vœu, et ça m’a redonné du courage ».

ZENIT – On a beaucoup parlé de la « nuit obscure » de Mère Teresa. Elle est décrite dans votre livre comme un « martyre du désir ». Cette soif de Dieu est largement méconnue. Pouvez-vous en parler ?

P. Kolodiejchuk – Pour comprendre certaines de ces choses il y a un bon livre à lire: «Fire Within» du père Thomas Dubay. Il parle de la souffrance de la perte et de celle de la soif, en expliquant que la souffrance de la soif est plus pénible.
Comme l’explique le P. Dubay, sur le chemin d’une union authentique avec Dieu, il y a l’étape purgative appelée la nuit obscure. L’âme passe ensuite à une étape d’extase et d’union véritable avec Dieu.
Pour Mère Teresa, l’étape purgative, semble avoir eu lieu au cours de sa période de formation à Loretto. A l’époque de sa profession de foi elle affirme que sa compagne était le plus souvent l’obscurité. Le style de lettres que nous lisons là, pendant la nuit obscure, sont des lettres typiques d’une personne vivant une nuit obscure.

Le P. Celeste Van Exem, son directeur spirituel à l’époque, affirme qu’elle était peut-être déjà proche de l’extase en 1946 ou 1945. Après cela, il y a une référence au moment où les inspirations et les locutions intérieures sont apparues, au moment où les difficultés par rapport à la foi ont cessé.
Plus tard, elle écrivit au P. Neuner, en expliquant: «Puis on comprend comment ça s’est passé. Et là, comme si Notre Seigneur venait de se donner à moi entièrement. Mais la douceur, la consolation et l’union de ces six mois sont passées trop vite».

Mère Teresa a donc eu six mois d’union intense après les locutions intérieures et l’extase. Elle se trouvait déjà dans la véritable union transformatrice lorsque l’obscurité est revenue.

Mais désormais, cependant, l’obscurité qu’elle vivait était au niveau de l’union avec Dieu. Cela ne signifie pas qu’elle a vécu l’union et l’a ensuite perdue. Elle a perdu la consolation de l’union et a vécu en alternance la souffrance de la perte et une profonde et authentique soif.

Comme l’écrit le P. Dubay: «Parfois la contemplation est merveilleuse et à d’autres moments elle est remplacée par une profonde soif de Lui». Mais Mère Teresa, mis à part un mois en 1958, n’avait pas cette consolation de l’union.

Dans une lettre elle écrit: «Non Père, je ne suis pas seule. J’ai Son obscurité, j’ai Sa souffrance, j’ai une terrible soif de Dieu. Aimer et ne pas être aimé, je sais que je possède Jésus dans l’union intacte, car mon esprit est fixé en lui et en lui seul».

Son expérience de l’obscurité dans l’union est extrêmement rare même parmi les saints car pour la plupart, la fin est l’union sans l’obscurité.

Pour reprendre le terme du P. Reginald Garrigou-Lagrange, théologien dominicain, sa souffrance est donc réparatrice, pour les péchés des autres, et non purificatrice, pour ses propres péchés. Elle est suffisamment unie à Jésus dans la foi et l’amour pour partager son expérience du Jardin de Gethsémani et de la croix.

Mère Teresa a affirmé que la souffrance dans le Jardin de Gethsémani était pire que la souffrance sur la croix. Nous comprenons pourquoi elle affirmait cela: parce qu’elle comprenait la soif des âmes de Jésus.

L’important est qu’il s’agit d’une union. Comme l’a souligné Carol Zaleski dans son article publié dans «First Things», ce style d’épreuve est un nouveau style d’épreuve. Il s’agit d’une expérience moderne des saints des cent dernières années environ: avoir le sentiment de ne pas avoir la foi et que la religion n’est pas vraie.

L’extraordinaire vie intérieure de Mère Teresa (II)
Entretien avec le postulateur de la cause de canonisation de la bienheureuse


ROME, Vendredi 7 septembre 2007 (ZENIT.org) – Sans la souffrance, notre travail serait un pur travail social, ce ne serait pas l’œuvre de Jésus Christ, ce ne serait pas une participation à la Rédemption, a affirmé Mère Teresa de Calcutta.

C'est ce que la bienheureuse albanaise explique dans une lettre à un directeur spirituel, qui vient d'être publiée, avec d'autres lettres, dans un volume intitulé «Come Be My Light» (Viens, sois ma lumière), édité et présenté par le postulateur de sa cause de canonisation, le père Brian Kolodiejchuk, Missionnaire de la charité.

Dans cet entretien à ZENIT, dont nous publions ci-dessous la deuxième partie, le père Kolodiejchuk présente l’ouvrage qu’il vient d’éditer en nous faisant découvrir plus en profondeur l’extraordinaire vie intérieure de Mère Teresa.
Zenit – Le titre du livre «Viens sois ma lumière» était une demande de Jésus à Mère Teresa. Sa souffrance rédemptrice pour les autres, vécue dans la «nuit obscure» qu’elle traversait, a-t-elle un lien avec son charisme particulier?

P. Kolodiejchuk – Dans les années 50 Mère Teresa s’est résignée et a accepté l’obscurité. Le père Neuner [l’un de ses directeurs spirituels] l’a aidée à comprendre cette situation en faisant le lien entre l’obscurité et son charisme d’étancher la soif de Jésus.

Elle disait que la plus grande pauvreté était de se sentir mal aimé, rejeté, délaissé, et c’est exactement ce qu’elle ressentait dans sa relation avec Jésus.

Elle vivait la souffrance réparatrice, ou souffrance pour les autres, comme une manière de vivre son charisme pour les plus pauvres d’entre les pauvres.

Souffrir ne signifiait donc pas seulement pour elle s’identifier aux pauvres sur le plan physique et matériel, mais elle s’identifiait, également sur le plan intérieur, aux personnes mal aimées, seules, rejetées.

Elle a renoncé à sa propre lumière intérieure, pour ceux qui vivaient dans l’obscurité, en disant: «Je sais que ce ne sont que des sentiments».

Dans une lettre à Jésus elle écrivit: «Jésus, entends ma prière, si cela te fait plaisir. Si ma douleur et ma souffrance, mon obscurité et ma séparation te procurent une goutte de consolation. Mon Jésus, fais de moi ce que tu veux, à condition que ce soit sans un seul regard à mes sentiments et ma souffrance. Je suis à toi. Grave sur mon âme et ma vie les souffrances de ton cœur. Ne regarde pas mes sentiments, ni même ma souffrance».

«Si le fait que je sois séparée de toi permet que d’autres personnes aillent vers toi et que tu trouves la joie et le plaisir dans leur amour et leur compagnie, je veux de tout mon coeur souffrir ce que je souffre, pas seulement maintenant mais pour l’éternité, si cela était possible».

Dans une lettre à ses sœurs elle explicite le charisme de l’Ordre en disant: «Mes chères enfants, sans la souffrance notre travail serait un pur travail social, très bon et profitable mais ce ne serait pas l’œuvre de Jésus Christ, ce ne serait pas une participation à la Rédemption. Jésus a voulu nous aider en partageant notre vie, notre solitude, notre agonie et notre mort.
«Il a tout pris sur Lui et l’a porté dans la nuit la plus obscure. Ce n’est qu’en étant un avec nous qu’Il nous a sauvés.
«Il nous est permis de faire de même: toute l’affliction des pauvres, pas seulement leur pauvreté matérielle mais aussi leur profonde misère spirituelle, doit être rachetée et nous devons y participer. Priez donc lorsque c’est dur: ‘Je veux vivre dans ce monde qui est loin de Dieu, qui s’est tellement détourné de la lumière de Jésus, pour les aider, pour prendre sur moi une partie de leur souffrance’».

Et ceci résume ce que je considère sa mission : « Si un jour je deviens sainte, je serai certainement une sainte de ‘l’obscurité’. Je serai continuellement absente du Ciel, pour [allumer] la lumière de ceux qui se trouvent dans l’obscurité sur la terre… ».

Voilà comment elle comprenait son obscurité. Nous comprenons mieux certaines de ses déclarations et celles-ci ont une signification beaucoup plus profonde maintenant que nous savons ces choses.

Zenit – Que dites-vous à ceux qui qualifient son expérience de crise de la foi, qui prétendent qu’elle ne croyait pas vraiment en Dieu ou insinuent que son obscurité était un signe d’instabilité psychologique ?
P. Kolodiejchuk – Ce n’était pas une crise de la foi, ou un manque de foi mais elle vivait une épreuve de la foi dans laquelle elle avait le sentiment de ne pas croire en Dieu.
Cette épreuve a nécessité une grande maturité humaine. Sans cette maturité elle n’aurait pas réussi à la surmonter. Elle aurait perdu son équilibre.
Comme a affirmé le P. Garrigou-Lagrange, il est possible d’éprouver simultanément des sentiments apparemment contradictoires.
Il est possible d’éprouver une «joie chrétienne objective» comme l’a appelée Carol Zaleski, tout en traversant l’épreuve ou le sentiment de ne pas avoir la foi.

Il ne s’agit pas ici de deux personnes mais d’une seule personne avec des sentiments à différents niveaux. On peut réellement être en train de vivre la croix d’une certaine manière – c’est douloureux, cela fait mal et le fait de pouvoir la spiritualiser n’ôte pas la douleur, tout en étant dans la joie car on vit avec Jésus. Et ceci n’est pas faux.
C’est la raison pour laquelle Mère Teresa vivait une vie remplie de joie.

Zenit – En tant que postulateur de sa cause, pensez-vous que Mère Teresa sera bientôt canonisée ?

P. Kolodiejchuk – Nous avons besoin d’un miracle supplémentaire. Nous en avons examiné quelques uns mais aucun n’était suffisamment clair. Il y en avait un pour la béatification mais nous attendons le deuxième.

Dieu attendait peut-être que le livre soit d’abord publié car les gens savaient que Mère Teresa était sainte mais elle était tellement ordinaire et s’exprimait de manière tellement simple qu’ils n’ont pas compris la profondeur de sa sainteté.

On m’a rapporté la conversation de deux prêtres l’autre jour. L’un d’entre eux affirmait qu’il n’avait jamais été un grand «fan» de Mère Teresa car pour lui elle avait simplement fait preuve d’une grande piété, d’une grande dévotion et avait accompli une œuvre admirable, mais lorsqu’il a entendu parler de sa vie intérieure, tout a changé.

Nous voyons maintenant plus clairement sa profondeur spirituelle. Ses caractéristiques les plus profondes ont été en partie révélées.

Lorsque le miracle aura eu lieu, cela pourrait prendre deux ans, même si le pape pourrait accélérer le processus s’il le souhaite.

Zenit – Comment a vécu l’Ordre depuis la mort de Mère Teresa ?

P. Kolodiejchuk – Près de 1.000 nouvelles sœurs sont entrées dans l’Ordre qui est passé d’environ 3.850 sœurs à la mort de Mère Teresa à 4.800 aujourd’hui, avec plus de 150 nouvelles maisons dans plus de 14 pays.
L’œuvre de Dieu se poursuit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Louis
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1197
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 16 Sep - 16:45

Cher Jean

Peux-tu nous donner une définition de la nuit de l'esprit?
Il me semble que l'Union mystique ne peut durer que de brefs instants et non toute une vie sans interruption, n'est-ce pas?

Jésus lui-même sur la croix, lorsqu'il dit "Père pourquoi m'as-tu abandonné", ne vit-il pas une nuit de l'esprit?

_________________
Dans la Paix du Christ +
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 16 Sep - 17:23

Cher Louis,
L'Union d'amour ou mariage spirituel n'est pas une extase passagère, elle est un état constant.
Par contre la nuit est une étape de purification et de transformation, de "refonte" de notre âme et de notre esprit (il faut renaître à nouveau dit le Seigneur). Notre âme et notre esprit, étant éloignés de Dieu, prennent les formes des créatures, sortent de Dieu, ne sont pas en communion avec lui. L'esprit perd la "ressemblance" d'avec Dieu. La purification est une action de l'Esprit Saint en nous qui redonne la ressemblance. Il y a plusieurs exemples qui sont autant d'angles pour nous faire comprendre le processus de prufication:
1- Le Feu dans une buche, qui l'investit toute entière progressivement.
2- La pâte à modeler qui perd les formes créées et prend une forme divine
etc...
Pour nous unir à Dieu, il est important d'être purifiés, que toute forme d'attachement dans la volonté non seulement actif mais passif (les habitudes) soit éliminé. Nous faisons au départ notre part, mais ensuite Dieu y met la Main, et purifie directement. Ainsi, l'Esprit, agit en profondeur, car il est le Seul qui nous connaisse, et enlève en nous tout ce qui n'est pas Dieu.
Notre manière de connaître et d'aimer Dieu bien que spirituelle dans son objet (Dieu) peut tout à faire être encore humaine (dans son moyen), pleine d'attachement qui divinisent les objets spiritules: goûts, consolations, visions, paroles etc... Or ceci n'est point Dieu. Dans ce travail de purification, Dieu fait passer notre manière de l'aborder d'humaine à spirituelle.
C'est pour cela que cette purification s'adresse à des personnes déjà spirituelles et qui ont déjà fait du chemin spirituellement dans la prière, etc... Elle s'adresse à des personnes qui sont déjà parvenues à un état d'enracinement en Dieu (que sainte Thérèse appelle "union de volonté").

Ce à quoi tu penses en disant "union" c'est à une sorte d'extase forte, un moment d'union avec Dieu. Or les extases préludent à l'Union.
Ou encore, il existe aussi ce que saint Jean de la Croix appelle: "Union actuelle", c'est à dire en acte, c'est à dire ressentie dans l'âme et le corps, bien sûr ceci n'est pas constant durant cette vie, et n'est même pas nécessaire. Mais l'état d'union c'est autre chose, c'est stable et constant, c'est un état.

Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Mer 17 Oct - 9:00

Un jour mon directeur spirituel me dit: "Et si un jour tu ressens que Dieu t'abandonne, qu'en penseras tu?" Je lui aie dit "Et bien je saurai que se n'est qu'un sentiment et non la réalité...".

Merci pour le témoignage de mère Thérèsa.. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Mer 17 Oct - 13:00

Merci Tourterelle pour ton témoignage si utile.

Je vais essayer d'expliquer ce qui se cache derrière tes paroles, car elles soulèvent un Principe fondamental de discernement.

C'est la base du discernement spirituel de ne pas confondre entre ce qui est ressenti (donc dans l'âme, dans la perception consciente) et ce qui est au fond de nous-mêmes (dans l'esprit, dans le supraconscient). Un voile fondamental les sépare: l'âme n'est point capable de participer à l'Incréée (Dieu), par contre l'esprit en est capable. Et l'esprit est comme le sommet de l'âme, comme ce sommet de montagne qui dépasse les nuages et voit le Soleil, tandis que l'âme ne le voit pas, elle est de par sa création non capable de Dieu-Incréé.

Si on s'appuie sur ce qui est ressenti pour savoir si Dieu est présent ou non etc... c'est la fin de tout progrès possible dans la vie spirituelle. On ne sortira pas de la période des "enfants" dont parle saint Paul:
"Pour moi, frères, je n'ai pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des êtres de chair, comme à de petits enfants dans le Christ. 2 C'est du lait que je vous ai donné à boire, non une nourriture solide; vous ne pouviez encore la supporter. Mais vous ne le pouvez pas davantage maintenant, 3 car vous êtes encore charnels" (1 Co 3,1-3) ou de ce que saint Jean appelle "la chair" en l'opposant à "l'esprit". Dans ce sens cet "enfant" peut toujours être dit "spirituel" non pas en vertu de sa manière d'aller vers Dieu (qui reste encore basse, humaine) mais en vertu de l'objet de sa démarche: Dieu. Mais ce n'est pas suffisant de viser Dieu comme but, il faut avoir un moyen divin pour y arriver. On ne va pas à la lune avec une bicyclette, elle ne décolle point. Et ne décollera point! Même si on le rêve ou le pense. Ce changement de "modalité" d'opérer est fondamental dans la vie spirituelle. C'est le passage de l'homme ancien dont parle saint Paul et l'homme nouveau. Il est expliqué in extenso par saint Jean de la Croix.

Ceci, comme je le dis plus haut, est la base du discernement des esprits (savoir quel esprit me guide), et par conséquent n'est pas directement lié à la question de Mère Térésa.
Le passage de "la chair" à "l'esprit" ou encore du "sens" à "l'esprit" ou encore de "l'âge de l'enfant" à "celui de l'adulte" (spirituellement parlant bien sûr) est un passage qui arrive bien avant dans la vie de M Térésa, ou de la petite Thérèse, ou de n'importe quelle personne.

Cette autre épreuve de M Térésa signalée par ce livre vient bien après l'Union à Dieu. C'est vrai que les paroles utilisées pour décrire les deux épreuves se ressemblent beaucoup vues de l'extérieur. Mais le fond est très différent.

Merci de ce que tu dis, car comme tu le vois, ceci amène des précisions. Mais je vois que peu de personnes osent écrire! Soit tout est clair pour elles, soit alors elles dorment d'un profond sommeil... soit alors elles ont besoin de s'informer encore plus (ou mieux: se former) au sujet de la Théologie Spirituelle.
Que penses-tu?
Merci encore
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Mer 17 Oct - 15:06

Tu sais, je n'ai pas osée écrire d'avantage que cette unique phrase... Wink


Cette phrase c'est concrétisée quelques années plus tard... Donc bien après cette période (années) d'union à Dieu que j'ai aussi vécue. Heureusement cette phrase m'est revenue bien souvent à l'esprit par la suite, elle fut donc d'un grand secours et elle l'est encore...

Depuis, Je me suis souvent demandée si j'avais la foi et pourtant je parle toujours de Dieu.... Étrange... Je trouvais cela un peut contradictoire en effet. Et finalement la foi en devient plus forte et plus grande...

Et je me disais Dieu m'aime bien mal puisqu'il ne répond plus à mon amour pour lui. Dieu se fait "sentir absences" alors qu'il n'est pas réellement absent (l'esprit le sait par moment)...

Et ont devient en manque de Dieu. Ont devient mendiant de l'amour de Dieu.

Mais je ne saurais discerner ce que c'est...
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Mer 17 Oct - 15:43

Merci de répondre Tourterelle....
Il faut oser, toujours oser.... car la foi se renforce en la partageant aussi.

Une chose est être aimé de Dieu et une autre est de le sentir! Une chose est "jouir" de la foi, et une autre avoir la foi.
Dieu peut ôter le sentiment, mais l'essentiel dans notre coeur est là.... Ce point est fondamental...

Merci encore
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Mer 17 Oct - 19:28

Citation :
Une chose est "jouir" de la foi, et une autre avoir la foi.


Intéressant... Je ne savais pas.

Merci bie Jean. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Jeu 18 Oct - 1:21

Mais bien sûr...

La rencontre directe avec Dieu a lieu dans la partie supra-consciente (l'esprit), tandis que la partie qui ressent, c'est à dire la partie consciente (l'âme-corps) n'a pas de contact direct avec la nature Incréée de Dieu.
Il y a donc comme un saut de qualité d'une zone à une autre de notre être.

Souvent Dieu permet qu'il y ait comme une réfraction vers l'âme-corps de sa LumièreAmoureuse qu'il communique à l'esprit. C'est comme une redondance, un passage de l'un à l'autre mais en changeant de "nature", car l'âme étant un contenant "étroit" comparé à l'esprit, ne peut recevoir directement la Nature Incréée de Dieu. Elle ne reçoit que la grâce créée.

Mais il arrive - pour des raisons d'utilité pour nous - que Dieu permette que ces Rayons réfractés de son Etre Divin ne passe pas par le voile qui sépare l'esprit de l'âme!

Ceci fait que nous ne "jouissons" pas dans l'âme de la redondance de la Vie Divine qui est dans l'esprit. Mais ne pas jouir dans l'âme ne signifie pas que la Vie Divine n'est pas dans l'esprit! Ce sont deux choses différentes. La Vie Divine dans l'esprit est une chose et un écho lointain (des miettes qui tombent de la Table de l'esprit) c'est autre chose, et ce n'est pas nécessaire. L'essentiel c'est que ça soit (dans l'esprit), c'est pas nécessaire que cela soit ressenti (dans l'âme-corps).

C'est pour cette raison que nous disons souvent que nous devons vivre "de foi". C'est tout simplement que la Vie divine est en nous, dans l'esprit, et qu'elle croit (de croître), mais vu que ceci a lieu dans le "supra-conscient" (l'esprit) et que nous ne pouvons pas le toucher du doigt directement (ce qui touche c'est l'âme-corps), nous disons vivre "de foi". Mais vivre de foi ne remet pas notre vie spirituelle à demain, au contraire, cela nous dit simplement qu'il y a un arbre immense présent dans l'esprit, sauf qu'on ne peut pas le voir car qui veut voir c'est l'âme-corps, et ils sont sous les nuages!

Donc "jouir" de la foi (dans l'âme-corps) et l'avoir (avoir Dieu dans l'esprit) ce sont deux choses différentes.

Jean

PS Ceci n'a encore rien à voir avec l'épreuve de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ou l'épreuve de M. Teresa de Calcuta.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Ven 19 Oct - 9:34

Et bien, je ne savais vraiment pas...

Alors je croyais que "jouir de la foi" était avoir tout simplement la foi...

C'est étrange pour moi...

Je vais y réfléchir...
Revenir en haut Aller en bas
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Sam 20 Oct - 2:56

Je vais te donner une image qui précisera ma pensé, Jean.

Un bébé apprend d'abord à marcher à quatre pattes. Après quelque mois il apprend à marcher sur ses deux pieds et ensuite il apprend avec le temps à courir.

Mais si ce bébé apprend à marcher rapidement à quatre pattes et que en une semaine il apprend à marcher sur ses deux pieds et que très rapidement il apprend à courir (la bicyclette n'est pas très loin). Il dira que l'état normale est de marcher sur ces deux pieds et même de courir... Idea

Ce n'est qu'une image, mais marcher à quatre pattes lui semblera "une marche longue dans un désert sans fin", c'est triste quand-même! Il croira qu'il ne sait plus marcher, donc qu'il y a un problème en lui (problème de foi)...

En fait il aura oublié depuis longtemps comment marcher à quatre pattes et il croira que tout le monde marche sur ses deux pieds...

Merci pour l'explication Jean qui m'est très utile...

Mais qu'elle sont ses raison d'utilités de marcher à quatre pattes?

C'est vraiment le monde à l'envers pour moi, je t'assure...
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Sam 20 Oct - 16:30

Merci Tourterelle pour ton message.
La courbe de la croissance de la foi (et de la perception de cette croissance) passe par plusieurs phases comme ton exemple des bébés le suggère.

Avant même de "jouir" de la foi, il y a des étapes qui précèdent:

1- Doutes, recherche

2- Une foi chrétienne mais de type monothéiste

_________ Rencontre avec le Christ _____________

3- Des hauts (sentiments de présence de Dieu) et des bas (sentiments d'absence de Dieu), qui sont forts au départ et puis diminuent, car la foi croît et stabilise mieux en Dieu. C'est une longue phase de montée. On acquiert un nouveau style de vie où la prière prend une place centrale.

4- La foi semble être solide et joyeuse (on croit jouir de la foi) C'est une première victoire. On croît que la vie chrétienne s'arrête là, et qu'il faut désormais attendre la vie bienheureuse après la mort

_________________________

5- Vient le passage de la modalité humaine à la modalité divine de l'exercice de la foi: c'est le désert.
a) Le désert commence par des moments d'absence (précureurs de la purification radicale) Donc c'est alterné: des moments où l'on ressent la première manière de "jouir" de la foi, avec des moments de sècheresse nouvelle, radicale.
b) Le désert s'intensifie, on a l'impression que l'on a tout perdu (ce que l'on jouissait d'abord)
c) On apprend à faire des actes de Foi de manière différente, nouvelle, supérieure, pure, celle de Marie. On recours à la Foi de Marie. "Ne regarde pas nos péchés (nos actes de foi anciens, à mode humain) mais la Foi de ton Eglise (celle de Marie qui en est le Cœur)".

6- On commence à sentir une foi qui provient du plus profond, son "sentiment" est plus subtil et cela va croissant: on jouit de la foi. (Union à Dieu (état constant))


___________________________

7- On peut avoir des "épreuves" comme celle de M Teresa ou de la petite Thérèse, où la Charité divine en nous nous uni à ceux qui sont dans les numéros 1 et 2 ... On croit ressentir ce que les gens en 1 et 2 ressentent.
Donc la "jouissance" de la foi n'est plus. On a la foi au dedans.


A partir de là, voyons voir l'analogie avec les âges de l'homme: bébé, quatre pattes etc...

Cela peut sembler compliqué, mais c'est pas plus compliqué que notre propre croissance physique. Il nous faut bien 21 ans environ pour commencer l'âge adulte!! Je ne vois pas pourquoi notre foi, elle aussi, ne respecterait pas, dans son processus de croissance un rythme, des étapes.
C'est la Tradition vivante de l'Eglise qui nous parle de cette croissance.

à plus
Jean


Dernière édition par le Sam 20 Oct - 18:24, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Sam 20 Oct - 17:41

Ok. Je comprend mieux. Alors tout cela est normale. C'est lorsque la foi semble être perdu (mais qui est bien là au dedans) qu'elle devient plus mature, plus forte et solide.

Il y a donc deux sortes de nuits ou de déserts. La première nuit est celle d'avant la converssion et la deuxième nuit (qui lui ressemble effectivement) est celle de la foi qui se fait moins sensible et devient plus mature.



Merci infiniment Jean... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Sam 20 Oct - 18:15

Je t'en prie Tourterelle,

Ces étapes (cfr plus haut) sont à enrichir (j'ai ajouté des choses, par exemple la rencontre avec le Christ).. c'est juste un regard rapide pour le moment, qui est à compléter lègèrement.

Il y a une troisième "nuit", c'est le n°7.
1, 5 et 7 peuvent donner les mêmes impressions, mais ils sont tous les trois bien différents les uns des autres. Seul le 5 peut être appelé proprement "nuit" car celui qui a lancé le mot "nuit" et qui l'a défini c'est saint Jean de la Croix et pour lui, "nuit" c'est uniquement 5, car "nuit" pour lui veut dire "purification" de la personne elle-même.

Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Louis
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1197
Age : 55
Localisation : Provence
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 15:54

Citation :
6- On commence à sentir une foi qui provient du plus profond, son "sentiment" est plus subtil et cela va croissant: on jouit de la foi. (Union à Dieu (état constant))
Cher Jean

Un état constant? c'est-à-dire? qui dure dans le temps?

Qui dit cela? puis-je avoir des références?

_________________
Dans la Paix du Christ +
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 18:09

Citation :
PS Ceci n'a encore rien à voir avec l'épreuve de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ou l'épreuve de M. Teresa de Calcuta.

Donc sainte Thérèse de l'Enfant Jésus aurait aussi vécue cette étape 7 (troisième nuit). Quand?

Je ne connais pas bien la vie des saints... Mais Ste-thérèse, il me semble avait pensée au suicide. C'est peut-être à cette époque...

Je ne sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 20:43

Tourterelle a écrit:
Donc sainte Thérèse de l'Enfant Jésus aurait aussi vécue cette étape 7 (troisième nuit). Quand?
Je ne connais pas bien la vie des saints... Mais Ste-thérèse, il me semble avait pensée au suicide. C'est peut-être à cette époque...
Je ne sais pas...

Dieu a fait entrer sainte Thérèse dans cette étape (7) après Pâques 96, soit 18 mois avant sa mort. Cette "épreuve" dura jusqu'au bout (décès fin Septembre 1897).

M Teresa l'a eue pour environ 50 ans, saint Paul de la Croix 40 ans. Etc...

Voici comment TEJ racconte la chose:
"Je jouissais alors d'une foi si vive, si claire, que la pensée du Ciel faisait tout mon bonheur, je ne pouvais croire qu'il y eût des impies n'ayant pas la foi. Je croyais qu'ils parlaient contre leur pensée en niant l'existence du Ciel, du beau Ciel où Dieu Lui-Même voudrait être leur éternelle récompense. Gn 15,1 Aux jours si joyeux du temps pascal, Jésus m'a fait sentir qu'il y a véritablement des âmes qui n'ont pas la foi, qui par l'abus des grâces perdent ce précieux trésor, source des seules joies pures et véritables. Il permit que mon âme fut envahie des plus épaisses ténèbres et que la pensée du Ciel si douce pour moi ne soit plus qu'un sujet de combat et de tourment... Cette épreuve ne devait pas durer quelques jours, quelques semaines, elle devait ne s'éteindre qu'à l'heure marquée par le Bon Dieu et... cette heure n'est pas encore venue... " (Ms C 5r°-v°)

Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 21:14

Hé, ben... ça c'est clair! Elle s'exprime vraiment bien ste-thérèse... Very Happy

Alors plusieurs saints ont donc vécus cette troisième "nuit", tout comme mère Thérèsa...

Merci Jean. thumleft

Elle est vraiment héroïque mère Thérèsa... Idea
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 21:25

Louis a écrit:
Cher Jean
Un état constant? c'est-à-dire? qui dure dans le temps?
Qui dit cela? puis-je avoir des références?

Cher Louis,
merci pour ta question.

1- L'Union peut être comprise comme une grâce (prise séparément, n'importe quelle grâce).
2- L'union peut aussi être comprise comme une étape/état:
Union de volonté, Union à Dieu (ou encore Union d'Amour, ou "Mariage spirituel").
3- Elle peut être consédérée comme "actuelle" (en acte), et donc ressentie, ou tout simplement présente au fond.

Nous trouvons tout ceci décrit par la majorité des mystiques. Cela dit pour donner des exemples plus concrets je mentionnerais sainte Thérèse d'Avila (septièmes demeures), saint Jean de la Croix ("Cantique Spirituel" et "Vive Flamme d'Amour" (même si c'est un état qui vient après le mariage, il est considéré comme étant à l'intérieur de l'état de mariage spirituel)).
Tu peux lire aussi la description qu'en fait le P Marie Eugène quand il parle du Mariage spirituel et des visions qui lui sont propres et qui sont constantes.

L'union considérée ici est l'union à Dieu (le mariage spirituel) n'est pas une grâce passagère, elle est un état, comme deux personnes qui se marient: ils entrent dans une qualité de relation qu'ils n'avaient pas avant. Et avant, ils n'étaient pas mariés!! La connaissance et la proximité qu'ils ont l'un de l'autre, est tout-autre. Donc le mariage est un état. Il est en acte si tu préfères quand ils ont des moments intenses, mais une accessibilité constante est possible. Sinon alors la Prédication Evangélique c'est du pipeau. Jésus offre un bonheur réel et non pas seulement des promesses pour un audelà encore inconnu! Il est concret, et dès cette vie...! les promesses du Christ sont fortes dans l'Evangile et c'est l'Evangile sur lequel il faudrait s'appuyer avant les Mystiques (eux ne font que développer).

Que ceci soit un état qui dure (tu liras la question des visions intellectuelles qui durent, selon sainte Thérèse et l'explication du Père Marie Eugène) ne devrait pas étonner! Il n'est pas "en acte", c'est à dire qu'on ne nage pas tout le temps en Dieu comme une mouche dans la confiture (expression de Claire de Castelbajeac) mais n'empêche, la différence est bien considérable entre être dans cet état et ne pas y être. Et par ailleurs cet état implique une croissance constante dans l'Amour, incessante...
Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus dira (même en vivant l'épreuve décrite en 7): «Cela m'est égal de vivre ou de mourir. Je ne vois pas bien ce que j'aurai de plus après ma mort que je ne possède dès maintenant... Je verrai le bon Dieu, voilà! Car pour être avec lui, j'y suis déjà tout à fait sur la terre». C'est une phrase d'extrême audace, mais qui doit être lue à la lumière de la doctrine des mystiques du carmel au moins.

Il y a un véritable bonheur auquel nous sommes conviés dès cette vie! On ne le dit pas suffisamment certes, mais pour moi, c'est le coeur de l'Evangile. Saint Thomas d'Aquin, quand il commente le chemin du retour de l'être humain vers Dieu commence par une question similaire: la Béatitude. Sauf que les mystiques disent: elle est offerte dès cette vie. Le passage par la mort ne fait que révéler ce qui est déjà là, il n'ajoute pas grand chose (n'en déplaise à bcp).

Si les mystiques n'étaient pas là pour nous dire qu'il y a un état d'Union, alors plions bagages et allons vendre des carottes sur le marché.

Je me souviens très bien de l'émulation des novices carmes pour la question: on est là pour ça, pour l'Union à Dieu. Et ils avaient bien raison de fixer les yeux sur cela!

Merci pour ta question
à plus
Jean


Dernière édition par le Dim 21 Oct - 21:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 21:29

Tourterelle a écrit:
Alors plusieurs saints ont donc vécus cette troisième "nuit", tout comme mère Thérèsa...
Oui, beaucoup, sauf que la Théologie spirituelle aujourd'hui est assez faible et ne rend pas encore compte de la question avec suffisamment de compétence.
Je fais mon Doctorat à Rome sur cette question. Prie pour moi.
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Tourterelle

avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 01/03/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 21:32

Citation :
Oui, beaucoup, sauf que la Théologie spirituelle aujourd'hui est assez faible et ne rend pas encore compte de la question avec suffisamment de compétence.
Je fais mon Doctorat à Rome sur cette question. Prie pour moi.
Jean

Se sera avec un très grand plaisir Jean... Very Happy Very Happy sunny
Revenir en haut Aller en bas
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Dim 21 Oct - 23:41

Tourterelle a écrit:
Se sera avec un très grand plaisir Jean... Very Happy Very Happy sunny

Un grand merci
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 576
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   Lun 22 Oct - 18:23

Ta question cher Louis est de grande importance: savoir si l'Union à Dieu (le mariage spirituel) est un état ou quelque chose de passager. Elle mérite même de figurer sur un sujet séparé. (en y mettant tout ce qu'on y a déjà dit)
Ce qu'il faudrait reprendre, c'est la question de la vie chrétienne vue et comprise comme des étapes. Qui dit étapes dit croissance, transformation, et l'idée même de transformation suppose qu'on change, qu'on avance et que l'on vive autre chose.
Je suis entrain de lire l'aticle "Voies" dans le Dictionnaire de Spiritualité, et rien que cet article montre toute la Tradition qu'il y a derrière cette notion si importante de progrès, purification, transformation, union.
sincèrement
Jean
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion   

Revenir en haut Aller en bas
 
La nuit de l\'esprit ou la participation à la Passion
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La nuit de l'esprit ou la participation à la Passion
» passage de la nuit des sens à la nuit de l'esprit
» Avant la nuit de l'esprit...
» «Heureux les coeurs purs...» (NUIT DE L'ESPRIT)
» La nuit de l'esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Vie spirituelle :: Apprendre à prier-
Sauter vers: