Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 26ème dimanche du temps ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: 26ème dimanche du temps ordinaire   Jeu 27 Sep - 13:56

26ème dimanche du temps ordinaire

Lectures : http://missel.free.fr/Annee_C/TO/2/26.html

Les lectures de ce dimanche dénoncent ce que nous appelons aujourd'hui "la fracture sociale." Nous avons pu constater ces dernières années combien cette faille entre les riches et les pauvres s'est élargie. La richesse insolente des uns est étalée sans retenue. Cela devient une insulte pour les pauvres qui s'enfoncent de plus en plus dans la misère. Chacun peut penser bien sûr à la différence entre les salaires : Quelques uns gagnent chaque jour ce que d'autres perçoivent en une ou plusieurs années de travail. Mais cette pauvreté n'est pas que matérielle : N'oublions pas ceux et celles qui sont privés d'instruction, de culture, de considération sociale et surtout d'amour.

Or voilà que l'évangile de ce dimanche nous annonce un renversement de situation. Ce que nous vivons aujourd'hui a un retentissement éternel. Tout cela, Jésus nous l'explique à travers une parabole qui veut donner à réfléchir. Cette parabole met en scène deux hommes : D'un côté, nous avons un riche qui se goinfre et qui reste vautré dans son bien-être. En face de lui, nous avons un pauvre malheureux qui se meurt et qui se retrouve dans un état de délabrement extrême.

Il n'est pas dit que le riche était méchant ni qu'il maltraitait le pauvre. Il ne lui est pas reproché d'être riche. Son seul tort c'est de ne pas avoir vu Lazare à sa porte. Il nous faut éduquer notre regard. Même si on ne peut pas donner à tout le monde dans la rue, on se grandit en regardant l'autre et en le saluant. Dans le cas présent, le nanti ne voit pas le pauvre et ne lui prête aucune attention. Il continue à l'ignorer comme s'il n'existait pas à ses yeux.

Ce que Jésus dénonce c'est d'abord l'indifférence du fortuné à l'égard du malheureux. C'est une attitude très grave car elle rend insensible et imperméable aux autres. Elle nous éloigne de Dieu qui se fait proche de tous ceux qui souffrent et qui se reconnaît en chacun d'eux. Finalement, elle détruit le cœur.

Arrivés au terme de leur vie, la situation de Lazare et celle du riche se trouvent inversées. Ce dernier s'aperçoit trop tard des conséquences de son aveuglement. Il a passé toute sa vie à ne penser qu'à lui : son avoir, ses vêtements, sa nourriture, sa boisson occupaient totalement son esprit. En lui, il n'y a pas de place pour les autres. La parabole semble suggérer qu'il n'a même pas de convives à sa table bien garnie. Il est seul et il va le rester dans l'autre vie. Là, personne ne pourra venir à son secours car il a creusé un fossé infranchissable autour de lui. Cette terrible solitude dans laquelle il se trouve, c'est lui qui l'a organisée. Il s'y est complètement enfermé.

L'égoïsme et l'indifférence ne sont pas seulement des défauts ou des péchés. C'est surtout un grand malheur. L'égoïste ne cherche son bonheur que dans l'accumulation des biens de consommation. En fait, il restera toujours insatisfait. Rien ne pourra le combler pleinement. Tant qu'il continuera à vivre dans cet état d'esprit, il ne sera jamais vraiment heureux. Nous chrétiens, nous savons que le secret du vrai bonheur se trouve dans l'évangile. Ce qui fait la valeur d'une vie c'est la manière dont nous regardons l'autre et surtout la manière dont nous l'aimons à travers les gestes d'ouverture, d'accueil et de disponibilité.

L'évangile nous parle d'un abîme que le riche a créé entre lui et Lazare. Et il nous met en garde contre cet abîme dans lequel nous risquons de nous enfoncer. Mais la bonne nouvelle de ce dimanche c'est que sur ce chemin de conversion, nous ne sommes pas seuls. Le Christ est là pour nous ouvrir les yeux et les oreilles. Il continue à nous montrer tous ceux qui ont faim de nourriture, faim d'amour et de reconnaissance. S'il est venu dans notre monde et s'il continue à venir dans notre vie c'est pour combler ce fossé entre Dieu et nous. Il nous appelle à nous unir à lui et entre nous. Notre mission c'est de travailler avec le Christ à la construction d'un monde nouveau, plus juste, plus fraternel et plus solidaire.

Le 27 septembre, nous avons fêté saint Vincent de Paul. Nous avons tous entendu parler de ce prêtre qui a secouru bien des misères. Après avoir médité l'évangile de ce jour, il a fondé la congrégation des LAZARISTES. Il regardait et voyait autour de lui la misère des gens et surtout il agissait. Il ne craignait pas d'affronter l'orgueil des seigneurs pour dénoncer les guerres incessantes qui provoquaient tant de malheurs. Ce qu'il a fait, nous avons à le continuer chaque jour dans notre monde d'aujourd'hui. Comme lui, nous devons ouvrir les yeux et les oreilles pour prendre conscience de la situation des plus pauvres et surtout nous organiser avec d'autres pour agir.

On a un peu trop tendance à reprocher aux chrétiens de ne pas être meilleurs que les autres. C'est vrai qu'ils ont aussi leurs limites et leurs faiblesses. Mais s'il y a une collecte de solidarité, c'est souvent à la sortie de l'église qu'elle a lieu. Ils sont nombreux ceux qui participent au Secours Catholique, du CCFD et de bien d'autres organismes. Ils agissent contre la misère sans faire de bruit. C'est ainsi que chaque jour, nous apprenons à vivre l'évangile. Bien sûr, nous n'avons pas à nous satisfaire de ce que nous faisons. Ce sera toujours très au dessous de ce qu'il faudrait. Mais nous pouvons dire merci au Seigneur pour cette capacité de partage et d'amour qu'il met en nous. Cette capacité de partage et d'amour, nous te l'offrons, Seigneur. Qu'elle devienne en nous source de joie et de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 26ème dimanche du temps ordinaire   Sam 29 Sep - 15:09

Prière universelle. Prions le Seigneur Dieu; qu'il nous apprenne à aimer comme il aime et à ouvrir large¬ment nos mains et notre cœur.

1. Un grand abîme s’est créé entre croyants de religions différentes. Pour que les chrétiens, les musulmans, les bouddhistes et autres apprennent à se connaître et à reconnaître la valeur de l’autres, Seigneur, nous te prions.

2. Un abîme s’est créé entre divers pays. De nombreuses régions dont personne ne parle sont en proie à la violence et à la haine. Avec tous les hommes de bonne volonté qui prient et qui œuvrent pour la justice et la paix, Seigneur, nous te prions.

3. Depuis des années, des personnes, des associations luttent pour la sécurité. Elles se trouvent souvent face à un abîme d’incompréhension. Pour que la solidarité avec ceux qui en ont été les victimes soit plus forte, en Irak, en Birmanie et ailleurs, Seigneur, nous te prions.

4. Un abîme d’indifférence ou de haine s’est creusé dans de nombreuses familles et entre voisins. Des malades, des exclus sont laissés pour compte. Seigneur, ouvre nos yeux et notre cœur à tous ceux qui nous entourent.

Dieu notre Père, écoute notre prière et dans ta bonté, aide-nous à ajuster nos vies à ce que nous demande ton Fils, Jésus le Christ notre Seigneur.

Revenir en haut Aller en bas
 
26ème dimanche du temps ordinaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps ordinaire "un temps de grâces"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Communion de prière :: Demande de prières d'intercession-
Sauter vers: