Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -37%
Couette 2 places (220×240) – Polyester ...
Voir le deal
29 €

 

 Fanny- belle soeur- Espis

Aller en bas 
AuteurMessage
jacques de Moissac




Nombre de messages : 239
Localisation : france sud
Date d'inscription : 08/01/2006

Fanny- belle soeur- Espis Empty
MessageSujet: Fanny- belle soeur- Espis   Fanny- belle soeur- Espis EmptyMer 8 Nov - 9:59

CARESSES DU CIEL

Nous venons d'évoquer Mélanie de la Salette. Les relations de celle-ci avec la Divine Mère, bien davantage encore avec l' Enfant Jésus, devancèrent de loin l'inoubliable apparition du 19 décembre 1846.

Dès ses toutes premières années, souffre-douleur d'une mère légère, incapable de la comprendre et de la supporter, elle se voit maintes fois chassée de la maison. De longs jours, elle erre dans un bois tout proche.

Heureusement, elle sait le prix de la souffrance. Par son père, elle connaît Jésus Crucifié. Le Saint Crucifix, qu'elle tient de lui, est son plus ferme réconfort.

Plus heureusement encore, Jésus la rejoint dans sa détresse. De l'âge même et de la taille de la fillette, débordant de charmes, couronné de roses, il l'appelle : "sa sœur ", et veut qu'elle lui dise :" Frère ". Et ce mot, de sa voix douce, sonore, mélodieuse, lui faisait sauter le cœur.

Le petit frère proposa de jouer. Elle choisit de ramasser des fleurs. Ah, qu'il en trouva de merveilleuses... Lui-même demanda le jeu de cache-cache... Divine gentillesse de la part du Fils même de Dieu....

Que de fois son "Frère" revint la consoler, l'instruire de sa "vie cachée", de " sa sainte Passion" et même des plus hauts mystères de Dieu.
XXX

Très jeune également, notre Gilles connut les visites de Notre-Dame, renouvelées bien souvent, accompagnées parfois d'admirables messages.

Enfant de grâce vraiment, cet élu de la Vierge Marie confié à Gabriel BONHOURS et à Madeleine CORNILLAUD, ses père et mère.

Originaires de Mayenne l'un et l'autre, ils recevront du Seigneur cinq enfants : Thérèse et Jean-Claude, Marc et Michel, et GILLES, joyau précieux serti entre les premiers et les seconds comme un merveilleux écrin de vie.

Heureux parents! nous écrierons-nous et sans la moindre restriction. Mais néanmoins, partageant les joies et les honneurs de " leur missionnaire de Dieu", il ne leur incombera pas moins de l'aider par bien des souffrances, bien des épreuves, des accrocs de fortune. Nombre de ces revers, sans doute, les amenèrent de Vilaine-la-Juel, où ils s'établirent après leur mariage, à Bergerac, Arcachon, Bouilhe-Preuil, Moissac ; enfin à Seilhan ( Barbazan), point final de leurs pérégrinations, suivant l'annonce de Gilles.


XXX

C'est donc à Seilhan ( Haute Garonne) qu'on retrouve aujourd'hui Monsieur et Madame Gabriel BOUHOURS. Leur maison des " Marronniers " ( combien de fois bénie de 1953 à 1957, par les visites de Marie), est maintenant lieu de recontre de fervents pèlerins.

Quelle émotion de voir et d'entendre les plus proches témoins du si cher messager de la " Reine du Sauveur"!

Quel ravissement de pouvoir prier dans la chapelle de l'aspirant-prêtre, faite toute exprès pour ses messes blanches, tellement dignes, tellement pénétrées de foi!

Chapelle aux murs ornés de ses vêtements sacerdotaux et comme illuminée par son autel, avec les vases du Saint-Sacrifice, avec les statues de Notre-Dame " Reine du Sauveur ", de la Petite "Reine de Lisieux", de saint Gilles, le célèbre anachorète accompagné de sa biche légendaire.

Chapelle aujourd'hui plus sacrée encore par la ferveur de la " Présence Réelle" que renouvelle régulièrement la célébration du Saint Sacrifice de la Messe.

La Petite Thérèse des Buissonnets règne donc là aussi.
Comment Gilles aurait-il pu l'oublier? Comment ses parents pourraient-ils ne pas se souvenir d'elle?

Celle qu'autrefois un sourire de la Maman céleste rendit à la santé, à son tour voulut garder la vie au cher petit Gilles.


Le tout mignon Fifi de Notre-Dame n'a que sept mois. Le voici aux prises avec la méningite encéphalite... Dès le début, déjà condamné par la science... Mon Dieu, qui donc le sauvera?

A l'instant, une neuvaine à Sainte Thérèse de l' Enfant-Jésus. Son image avec relique est en même temps posée sous la tête du malade, avec celle du Père Brottier.

On prie. On attend...

Une lueur d'espoir monte peu a peu. Irait-il mieux?

Le docteur, d'abord sceptique, commence quand même à croire ; il déclare : "L'enfant est sauvé"...

XXX

Revivant un instant les heures d'angoisse, la famille se dit : " Mais dès la première alerte, une rougeur en forme de T lui était apparue à la joue... du meilleur présage assurément ".

Bientôt cette douce intervention se confirme nettement. De cette relique de la sainte, toute effritée, plus un fil, sauf le lien rouge qui la retenait à l'image.

Celle du Père Brottier restait intacte.

Le doigt de Thérèse, ou mieux, son cœur avait passé.

____________________________

COMME BERNADETTE
Revenir en haut Aller en bas
jacques de Moissac




Nombre de messages : 239
Localisation : france sud
Date d'inscription : 08/01/2006

Fanny- belle soeur- Espis Empty
MessageSujet: comme Bernadette _ ESPIS   Fanny- belle soeur- Espis EmptyMer 8 Nov - 19:05

COMME BERNADETTE

Oui, comme la si heureuse sainte de Lourdes, Gilles, le petit Gilles, a pu comtempler la Vierge immaculée. Oui, comme elle, mais, beaucoup plus tôt, beaucoup plus souvent.

Avant de la Voir, "au bois d'Espis", de l'y avoir montrée, de l'y avoir suivie et même embrassée, il L'avait déjà rencontrée ; et il continuera de recevoir ses maternelles visites encore et bien après.

Dès maintenant, partageons le joie de la famille privilégiée, témoin des visites de la si aimable Maman céleste. C'est Madame BOUHOURS qui va nous en détailler le merveilleux calendrier.

Le 30 septembre 1947, la famille habite toujours Arcachon lorsqu'un voyant d'Espis se présente chez nous.

Le soir même, par une nuit claire, vers 23 heures, au moment de fermer les portes, se tournant vers le jardin, Gilles voit la Très Sainte Vierge, comme la vit Bernadette, en robe blanche et la tête couverte d'un voile jaune.

Les autres enfants sont là. Mais seul, tout comme le visiteur, Gilles voit la Belle Dame.

Il l'apercoit dans l'eau.

" Tiens, s"exclame"-t-il, elle fend l'eau avec un bâton,

Voilà l'eau qui éclabousse".

Il signale aussi deux bâtons dans le ciel... Le père court chercher deux bouts de bois, qu'aussitôt Gilles met en croix... Sans doute, la Dame aura-t-elle fendu l'eau avec une croix.

L'enfant parle aussi de fumée dans le ciel... Seraient-ce peut-être des traînées lumineuses ?...


XX.

Le surlendemain, 2 octobre, c'est tout un entretien de Gilles avec La Maman de Jésus.

" Tiens, elle saigne la Sainte VIERGE.

Tu t'es fait bobo ?... Tu " as " tombé dans les bambous?

Tiens, mon mouchoir. -ne le trouvant pas, il dit : " papa donne ton mouchoir _ TIENS, PRENDS? SAINTE VIERGE...

Viens à côté de moi... Tiens, donne-moi la main... N'aie pas peur...Viens à côté de moi... Papa et maman sont là !"

Peut-être ce brave petit cœur a-t-il vu Marie verser des larmes de sang ?...

XX

Le 8 février 1948, la famille habitant encore Bouille-Pereuil (Hautes-Pyrénées), Gilles voit des croix tomber du ciel. Etait-ce l'annonce des épreuves que devrait connaître la famille?...

La vision du 29 mai 1948 semble rejoindre la précédente. Ecoutons le récit des parents :
"Nous faisions collation vers 17 heures 30, quand Gilles nous dit qu'il voit la Sainte Vierge qui fait une croix et d'autres qui tombent... qui tombent. Et la Sainte Vierge m'envoie un baiser" - Au bout de quelques instants, Gilles nous dit : " Tiens, Elle est partie. Le ciel est fermé..."

Le 24 juin 1948, les parents vont près de lui, dans sa chambre. Gilles leur annonce : " Après dimanche, la Sainte Vierge viendra me voir dans le petit jardin. Pas aujourd'hui, elle n'a pas le temps".

_ Maman: " Que fait-elle alors la Sainte Vierge ?"

Lui : " Sûrement la soupe".

Après quelques secondes : " Elle met des fleurs dans le Paradis... Des belles fleurs" (sans doute des saintes âmes qu'elle y amène). "Maintenant, va dans ta chambre, maman"

XX

Le 27 juin 1948, nous étions à la messe à Bouilhé-Pereuil, avec les enfants. Gilles était resté a la maison avec son petit cousin. Dès notre retour, il nous dit : " La Sainte Vierge est venue me voir. Elle m'a dit chante " Pater. :Domine-patre populo" ; puis, il ajoute :"Chante-le, maman ' ". - Puis, je chante " Patre Domine, patre populo tuo ". Et lui de reprendre : " oui, c'est bien comme ça que la Sainte Vierge me l'a chanté. A son tour, il le chante correctement.

Le 17 juillet 1948, nous allons à la chapelle du Carmel de Tarbes. Gilles voyant une statue de Notre-Dame de Lourdes, nous fait cette remarque : Oui, Elle est comme ça, la Sainte Vierge ; mais le ciel est plus beau..."

Le 20 août 1948, nous récitons la prière ce soir en famille, quand Gilles nous dit : " Elle est là, la Sainte Vierge. Elle a un capuchon blanc sur la tête. Sa robe est tout en blanc, et sa ceinture est comme le ciel."

Le 1er novembre 1949, nous étions à table ; nous parlions lorsque Jean-Claude nous dit : " Ce matin, quand je suis allé chez le pâtissier, je l'ai vu travailler et faire des gâteaux. C'était intéressant. " Gilles reprend : Moi, j'ai vu quelque chose de plus beau que la messe..."
Aussitôt, tout le monde l'interroge : " Qu'est-ce que tu as vu ?... Gilles répond : " La Sainte Vierge. Elle était sur l'autel de monsieur le curé. Elle est arrivée quand monsieur le curé a fait comme ça ( Gilles ouvre les bras) et a dit : Dominus...". L'enfant n'a pas achevé. Ensuite il ajoute :" Elle priait. Quand j'ai communié, la Sainte Vierge est venue à côté de moi. Après, elle est retournée sur l'autel.

Elle était tout en bleu, comme le ciel. Son voile, la ceinture, sa robe, tout était bleu. Elle était belle.... Après ma messe, la Sainte Vierge m'a accompagné jusqu'a la Côte. Elle est montée au Ciel doucement..." Gilles était ce jour-là à la messe avec sa sœur.

Mais le 2 novembre, il rectifiera.

...Sa maman prépare le dîner, quand Gilles vient soudain lui dire :" C'est un voile qu'Elle a sur la tête, la Sainte Vierge. C'est pas un capuchon. Elle me l'a dit, la Sainte Vierge..." Puis, il repart jouer.

Le 13 janvier 1950, l'enfant a vu Notre-Dame entourée d'anges. Il y en avait en bleu. Il y en avait en blanc. Elle porte aussi une couronne d'étoiles, de même que tous les 13 du mois.

Il recommande d'invoquer son Cœur tous les soirs.

Le 16 avril 1950, comme Gilles est au lit, le démon arrive. Il tente de l'étouffer, le forçant à manger du papier. L'enfant appelle, il tremble, il pleure. Papa est là, Gilles essaie de faire le signe de la croix. Impossible, Satan lui retient le bras. Alors, Papa lui soulève le bras. Il y parvient enfin. A l'instant le diable s'enfuit.

XX

Le 4 décembre 1950, le petit voyant prévient la famille qu'elle quittera Moissac pour une autre propriété, précisant que ce sera la dernière. Mais elle ne s'installera à Seilhan qu'en 1953.
Et dans cette nouvelle résidence, la Vierge immaculée rendra visite à son cher Fifi tous les 13 du mois, et cela jusqu'en 1958.

Le 14 février 1951, Gilles, comme tous les matins, fait sa prière. Soudain il appelle papa : " La Sainte Vierge est là, tout en bleu, sa robe toute couverte d'étoiles. Elle prie et me dit de beaucoup prier. " Il rayonne de bonheur.

Année 1955...

Gilles a une apparition tous les 13. Le 13 janvier, le 13 février, et le 13 mars, la Sainte Vierge lui est apparue comme les autres fois ; mais de ses mains jointes partaient des rayons qui descendaient vers l'autel. Il nous dit que ces rayons sont tellement dorés et brillants qu'il ne peut nous les décrire : "Je ne sais pas, dit-il, comment vous expliquer..."


Le 20 mars 1957, notre petit Gilles a eu un grand chagrin, le dernier 13. J'ai dû le garder au lit. La Sainte Vierge est venue le voir, très souriante, mais lui dit : " Gilles, je ne viendrai plus te voir ..." Gilles lui a demandé si c'était pour toujours. La Sainte Vierge lui a souri et ne lui a plus parlé.... Gilles a eu un très gros chagrin..

Le 13 août 1958, pendant la prière, Gilles sent la présence de sa bien-aimée Reine. Mais, il ne peut la voir. Il demande à la famille de prier afin qu'il puisse la voir. Tout le monde prie. Il jouit d'une brève apparition.

_______________________________________

MARIE A ESPIS.
Revenir en haut Aller en bas
 
Fanny- belle soeur- Espis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour ma belle seur- Fanny- Gilles à Espis
» Fanny - Espis - Marie à Espis
» ESPIS l' Assomption de Marie
» ESPIS l'ange envolé
» POUR MA BELLE-SOEUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Communion de prière :: Demande de prières d'intercession-
Sauter vers: