Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Logitech Souris Gamer G502 Hero + Tapis de souris G240
39.99 €
Voir le deal

 

 Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Louis
Administrateur
Louis


Nombre de messages : 1282
Age : 60
Localisation : Provence
Date d'inscription : 15/08/2005

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" EmptyMar 8 Sep - 18:42

Dès le 9 septembre, vous trouverez en librairie religieuse :

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Couv_p10

Présentation du livre ici
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com
Jean
Modérateurs
Jean


Nombre de messages : 575
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Re: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" EmptyMer 9 Sep - 14:26

Interview de Jean Khoury sur le livre :

"La Prière du cœur à l'école de Marie"

réalisée par Jean Baptiste Sauvage
______


JB Bonjour Jean Khoury, voici votre deuxième livre paru aux Editions Docteur Angélique. Le premier concernait la Lectio Divina. Pourquoi un deuxième livre sur la Prière du Cœur ?

JK Bonjour Jean Baptiste et merci pour votre intérêt. En effet, à l'intérieur même du livre sur la Lectio Divina (5ième Partie) je signalais à la fois le lien entre Lectio Divina et Prière du cœur (ou oraison) et la sortie prochaine du livre sur la Prière du cœur, qui en est le complément. Je considère que la Lectio divina est le prolongement de la Table de la Parole de Dieu, et comme la Prière du cœur le prolongement de la Communion au Corps et au Sang du Christ. Les deux Tables de la Messe sont une nourriture pour nous, et elles sont liées entre elles, de même la Lectio et la Prière du cœur sont une nourriture pour nous et sont liées. Dans l'Evangile de saint Jean le Christ a un très beau passage qui synthétise, à mon sens, le lien entre Lectio et Prière du cœur, il dit: "Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et nous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui." (Jn 14,23) "garder la Parole" du Christ c'est ce que nous faisons lors de la manducation de la Lectio divina, et cette venue mystérieuse de Dieu Trinité en nous pour y demeurer, c'est la Prière du cœur. Nous voyons dans les paroles du Christ comment l'une en quelque sorte précède l'autre et lui ouvre la porte: "mon Père l'aimera" est comme un nouvel amour personnel que Dieu nous adresse quand il voit que l'on met en pratique sa parole.
Il fallait donc compléter l'enseignement donné sur la lectio par l'enseignement sur cette Venue de Dieu en nous: la Prière du cœur. Ainsi, en quelque sorte, les moyens puissantissimes que Dieu met à notre disposition sont explorés, et expliqués en vue d'une réelle mise en pratique.


JB En lisant ce livre, nous découvrons tous les traits de la Tradition de l'Eglise concernant la pratique de l'oraison. Pourquoi avez-vous préféré d'employer le terme de "Prière du Cœur" ?

JK Il est vrai qu'étant de formation Carmélitaine j'aurais dû employer le terme "Oraison". Il est souvent utilisé de nos jours et est bien compris. Cela dit, il existe d'autres traditions comme celle des Eglises d'Orient appelée "la Prière de Jésus". Et si on veut élargir le spectre nous pourrions dire: "prière silencieuse", mais aussi "adoration eucharistique", et encore "oraisons jaculatoires" etc. Et pour finir (en fait j'aurais dû commencer par celle-ci) j'aimerais rappeler cette fameuse invitation que nous avons dans tous les Rites de la Messe: "- élevons notre cœur, - nous le tournons vers le Seigneur". A mon sens, dans ces temps de "mondialisation", où l'Eglise prend conscience des autres chrétiens, des autres traditions chrétiennes, de son passé, il était bon de trouver une expression qui puisse aller à tout le monde, qui soit parlante, et qui sont profonde: j'ai pensé que l'expression – que déjà beaucoup utilisent – de "Prière du cœur" était heureuse.

Comme le fait la liturgie ("élevons notre cœur") je crois que le choix de "cœur" est juste. Je ne vais pas faire ici un analyse des termes utilisés dans les différentes liturgies, mais "cœur" reste une constante que personne ne renie. Pour prier, il est important que notre cœur soit "dans le Seigneur" qui est désormais assis à la Droite du Père, car la Prière est une opération surnaturelle (qui ne dépend pas uniquement de nos forces) qui commence en Dieu et revient à Dieu. Si nous sommes hors de Dieu, notre prière est comme "coupée" de Dieu. Et notre "cœur" au sens biblique, c'est à dire la racine profonde de notre être, le lieu d'où sortent nos désirs, nos pensées les plus profondes, résume un peu tout notre être. Dans ce sens, nous sommes toujours invités à prier "avec le cœur".

Je tiens à ajouter aussi que si nous regardons la prière du cœur en son essence nous comprendrons qu'elle est le dénominateur commun de toute prière efficace, faite "en Dieu".

JB Pourquoi inviter à prier avec le cœur « à l’Ecole de Marie » ?

JK Voilà une question à la fois importante, stratégique et quelque peu "difficile". En approfondissant la foi chrétienne, et son développement à travers les âges, parmi les chrétiens, les saints et les Docteurs, on ne manque pas de noter que beaucoup soulignent l'importance du Rôle vital que Marie joue dans notre vie spirituelle, au point que certains ont osé dire: on ne va pas à l'oraison sans Marie. Cette constatation, un peu surprenante à premier abord, nous pousse à revenir à la Bible, en cherchant à y approfondir le Rôle de Marie. Certes elle y parle peu, on y parle explicitement peu, mais ce "peu" est fondamental. J'espère qu'en lisant ces livres qui sont tous placés "à l'école de Marie" on apercevra mieux la richesse de bien des passages sur Marie.
Pour l'Incarnation Marie joue un rôle décisif: sans son "oui", Dieu ne se serait pas incarné! Et si on lit bien l'Evangile de saint Jean (Cana, la Croix, la Résurrection) on s'aperçoit que Marie joue un rôle aussi fondamental dans la foi en la Résurrection. L'inclusion que Jean fait en plaçant Marie au début (Jn 2) et à l'accomplissement de la Foi en Christ (Jn 19) est majestueuse. Pourquoi ne pas la traduire dans la pratique? "Croire" est un acte, être immergé en Dieu (la Prière du cœur) est un acte de la même famille.
Je me place ainsi à la fois dans la droite ligne des Ecritures et de la Tradition spirituelle vivante qui contemple cette Icône de Marie portant le Christ adulte entre ses bras et nous invitant à entrer dans cette intimité unique et totale qu'elle a avec Lui, celle de l'Epouse des Cantiques.
De plus, l'expérience montre la Puissance de l'Action de Marie à nos côté, tous les jours et surtout pour nous introduire en Christ. C'est ce que nous lui disons à chaque Ave Maria: "prie pour nous"! Qui peut comprendre la puissance que la Pleine-de-grâce a sur Dieu?! C'est au lecteur d'expérimenter la différence.
(à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
Jean


Nombre de messages : 575
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Re: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" EmptyMer 9 Sep - 14:29

JB Au début du livre vous citez Grignon de Montfort qui dit: "… voici un secret que le Très-Haut m'a appris, et que je n'ai pu trouver en aucun livre ancien ni nouveau. Je [te] le confie par le Saint Esprit". Cette phrase est audacieuse et la citer encore plus. Faites-vous vôtre cette citation et si oui, pourquoi donc, y aurait-il un secret dans ce livre?

JK Cette question est en fait liée à la précédente car cela touche Marie et son rôle dans toute prière. Je ne vais pas mentir ou jouer la fausse humilité: oui dans ce livre il y a un Secret. D'abord il faudrait expliquer dans quel sens je comprends le mot "secret" dans ce contexte. Certes la Révélation est close dès la mort du dernier Apôtre, et donc en soi, Dieu n'a rien à nous révéler de nouveau. Par contre notre compréhension de la Révélation se déroule dans le temps et elle se développe. Le Catéchisme de l'Eglise Catholique le réaffirme (nn° 94; 66; 2651; 2038 etc.).

Beaucoup d'auteurs ont enseigné la Prière du cœur (l'oraison), mais il y a un détail important que certains seulement mentionnent, mais ils le font en passant sans s'y attarder, sans le détailler, et sans en souligner l'importance vitale: le rôle de Marie dans la Prière du cœur. Avec Marie 1- c'est bien plus facile de la faire, 2- plus efficace et 3- cela fonctionne toujours. Ces trois caractéristiques mentionnées ainsi brièvement en font un secret, surtout que, comme je le disais, les auteurs ne s'y arrêtent pas comme ils le devraient (à l'exception de Grignon de Montfort). Je laisse au lecteur de découvrir les autres aspects pratiques du secret de la Prière du cœur.

Si la Prière du cœur est "le dénominateur commun de toute prière", il est donc vital pour tout chrétien de savoir la pratiquer, la reprendre à tout moment, avec efficacité et sans difficulté. Or souvent, elle est présentée comme "Présence à Dieu dans l'obscurité de la foi", sans plus. Or cette "présence devant Dieu" ne veut pas dire obligatoirement contact avec Dieu, contact efficace et transformant, ou mieux: immersion. Selon ces auteurs, la Prière du cœur peut donc "fonctionner", ou "ne pas fonctionner", nous n'avons aucune garantie de donnée par eux! Et certains même ont l'audace de dire que "c'est ainsi"! Or à mon sens, ce genre d'affirmation est en contradiction avec la nécessité vitale et transformante (divinisante) de la Prière du cœur.
C'est uniquement dans ce sens que j'utilise le terme: secret.

JB La Prière du Cœur est donc une transformation de l’être humain… Qu’est-ce que vous entendez par cela ? Parlez-vous de l’union à Dieu comme le dit Saint Jean de la Croix ? ou bien de la divinisation dont parlent les Pères Grecs ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette réalité Jean ? Y sommes-nous tous réellement appelés ?

JK La Prière du cœur est une rencontre réelle avec Dieu, une immersion en Lui. Ce contact direct avec Dieu Lui permet de se donner à nous, de se communiquer à nous. Et quand Dieu se donne, il nous transforme en Lui. Dans ce sens, la Prière du cœur, donne à Dieu l'occasion de nous transformer, en profondeur, et nous offre la possibilité de nous donner à Lui dans un contact prolongé pour nous laisser façonner par Lui.
Son action en profondeur est purification, guérison, illumination, union, selon où nous nous trouvons sur le chemin spirituel et selon notre besoin. Cette action de Dieu est fondamentale et elle est dans le droit fil de la dernière Communion que nous avons reçue! De fait, la Prière du cœur rouvre la porte de l'Action de la dernière Communion reçue et lui permet de prolonger son effet en nous. Comme vous le voyez je récidive en signalant le lien entre "Communion" et "Prière du cœur".

Revenons à la suite de votre question. C'est sûr qu'acceptant de nous exposer à l'Action transformante de Dieu durant des plages de temps assez longues (elles peuvent atteindre une heure le matin et une heure le soir), nous sommes nourris de l'Etre même de Dieu, se son Amour. Dieu nous prépare à l'Union plénière avec Lui et ce, dès cette vie sur terre! Cette préparation passe par la purification qui nous permet de "supporter" l'intensité de l'Union. Certes tout contact avec Dieu peut être considéré comme une "union", mais ces petites "unions" nous mènent à une Union plénière avec le Christ qui nous fait dire avec saint Paul: "ce n'est plus moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi".

Que ce soit "l'union à Dieu" selon saint Jean de la Croix ou "la divinisation" selon les Pères Grecs, je crois que, profondément, il est question de la même chose. Si nous regardons le Christ en Croix que voyons-nous? Ou encore, si nous regardons le Christ à la dernière Cène, que trouvons-nous? Le Christ a soif de se donner et quand il se donne, il le fait totalement. Sur la Croix, si nous regardons en profondeur, nous pouvons deviner son Désir et son Projet sur chacun de nous: se donner totalement à nous pour s'unir à nous! Jean de la Croix utilisera des expressions d'une grande audace, mais tout à fait orthodoxes: "devenir Dieu par participation", "participer aux opérations de la sainte Trinité", "donner Dieu à Dieu" et encore: donner Dieu à qui l'on veut. Les Pères Grecs, eux, avaient préféré l'expression: "divinisation". Saint Athanase dira que "Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu". Il sera repris par les Pères, et développé par eux.

Si le Christ a voulu se donner sur la Croix et s'unir à chacun de nous, c'est que nous sommes appelés à cela! Il ne s'est pas donné "à moitié" pour nous! il l'a fait totalement et de bon cœur. Pourquoi ne pas adopter le même horizon que Lui? Pourquoi ne pas avoir un cœur magnanime capable de voir le Projet de Dieu sur nous tel qu'Il Le voit et tel que les spirituels les plus profonds l'ont explicité? Si Dieu nous a aimés à la folie, pourquoi retarder, ou diminuer ce Don de lui-même à nous? Jean de la Croix aura cette expression bouleversante: "ce serait plutôt un grand défaut d'amour de ne pas demander l'entrée en cette perfection et en cet accomplissement d'amour" (Vive Flamme B, 23). Et ne sommes-nous pas tous appelés à aimer Dieu de toute notre cœur, de toute notre âme et de toutes nos forces?

Pour conclure, nous comprenons l'importance vitale de la Prière du cœur, qui permet ce contact transformant prolongé quotidien. Comment pourrions-nous sans elle vraiment passer à l'autre Rive, celle de Dieu?

JB Jean, dans un entretien sur votre livre sur la Prière du Coeur, vous faites mention de cinq parties. Les trois premières sont traitées dans ce livre et les deux autres le seront dans un autre livre. Que vont-elles apporter de plus ?

JK En effet ce volume sur la Prière du cœur se veut pratique, et, pour cette raison, il est prioritaire. Je réserve au second volume les aspects plus théologiques, techniques, et plus généraux aussi (culture spirituelle). En fait c'est juste une question d'accent car les deux volumes sont chargés et de pratique et de théorie (de la théologie).
Revenons: je pense qu'il est important aujourd'hui d'offrir le côté pratique à qui veut prier. Nous pouvons discuter de "théorie" de la prière pour des siècles, et même nous battre comme des coqs! Mais nous oublions que ce qui compte c'est de nous jeter en Dieu, de rencontrer le Ressuscité et, comme dit saint Paul, d'expérimenter la puissance de sa Résurrection (l'Esprit Saint). J'aime cela et je crois que tout être humain a droit de savoir "que faire pour avoir cette expérience"! Or l'Eglise a 2000 d'expérience à ce niveau! Et pourtant rares sont les livres affrontent le côté pratique au point où certains s'étonnent quand je dis cela car ils ont désormais réduit le côté pratique à encore de la théorie! La prière reste encore très cérébrale! En France, on sait cela!
Pourquoi ce rachitisme pratique? Eh bien, je dirais que ça tient à l'extrême difficulté de la matière et des risques qu'elle porte! C'est beaucoup moins risqué de faire une erreur dans de la théorie; au bout du compte, ce n'est que de la théorie! Mais engager sa propre responsabilité dans un contenu "à appliquer", et qui pourrait "ne pas fonctionner", c'est plus délicat. La matière en elle-même est plus difficile car elle est située au point de rencontre entre "pratique" et "théorie", "expérience des saints" et "leurs écrits", "Parole de Dieu" et "expérience du Ressuscité". Elle engage le lecteur, comme elle engage l'auteur.
Aujourd'hui il y a tellement de groupes de prière, de personnes intéressées par la prière (et c'est une immense grâce), et dans le monde chrétien et en dehors, que même le catéchisme de l'Eglise catholique en prend acte. Cependant, à mon sens, ce qui manque ce n'est pas la volonté de prier, ce n'est pas de former un groupe ou une communauté, mais c'est l'apprentissage pratique de la prière. "Prier ça s'apprend!" C'est une science, et c'est un Art! Dans les facultés de théologie, nous avons trop souvent négligé, si ce n'est omis, la question de la théologie de la pratique de la prière! Ce savoir expérimental et cette expérience ont été un peu confinés aux monastères et aux séminaires, cependant elle est le cœur de la Théologie. C'est la question théologique par excellence! A mon sens, elle y a non seulement droit de cité, mais elle est la porte d'entrée et la clef de la méthode théologique. Les Apôtres sont Apôtres car ils sont témoins d'une expérience!! Or ne pas savoir rendre compte de cette expérience c'est vraiment lamentable.
Les Pères Grecs, il y a bien des siècles de cela, nous ont montré le chemin. Pour eux la Théologie est avant tout la phase la plus profonde du cheminement de croissance chrétien, la contemplation la plus élevée, celle de la Trinité. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'elle est une grâce de compréhension, d'expression de ce qui a été contemplé. Il sert à quoi de parler d'un Etre et de ce qu'Il a fait (Dieu en l'occurrence), de l'histoire du salut en laissant l'expérience personnelle de ce Dieu pour la vie privée, pour la "dévotion personnelle"? Politique de l'autruche, fuite folle en avant!
Je disais donc: le monde a soif de "savoir comment faire", et un des devoirs majeurs du théologien est d'offrir au peuple de Dieu une nourriture comestible et utile, pratique et praticable. Souvent nous donnons aux autres le résultats de nos réflexions, de notre contemplation! Or c'est bien mieux d'apprendre aux autres à être des adultes en leur "apprenant à contempler"! Ne donne pas du poisson à un pauvre; apprends-lui à pécher!
Ce premier volume a voulu, avec courage, affronter aujourd'hui l'énorme défi d'expliquer le côté pratique du cœur de toute prière, afin de permettre à toute prière une plus grande efficacité! Il fait entrer dans les rouage du geste intérieur, réel et pratique.

Une fois que cette pierre angulaire est posée et que la pratique est affermie, vont naître alors des questions théologiques auxquelles tache de répondre le second volume: comment situer cette manière de prier dans l'ensemble de la prière chrétienne, de la vie et des activités chrétiennes, la théologie de la Prière du cœur, et certains aspects pratiques et applications de la prière du cœur et qu'en est-il des autres pratiques et dans le christianisme et ailleurs. Aujourd'hui le défi de la théologie de la prière est encore plus grand, car les religions de l'Asie sont puissamment contemplatives, introspectives et elles sont désormais implantées dans nos sociétés occidentales. Il est donc un devoir impérieux de pouvoir comparer, et de tenir un discours profond, intelligent, convainquant et constructif. Le discernement est de mise et si nous ignorons notre propre tradition spirituelle nous risquons de ne pas avoir les outils nécessaires pour comprendre les autres. Et l'ignorance engendre la peur et la peur la violence, le fanatisme, le fondamentalisme.
(à suivre ...)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
Jean


Nombre de messages : 575
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Re: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" EmptyMer 9 Sep - 14:30

JB Concernant ce côté pratique, pour vous la prière du cœur consiste en un mouvement intérieur à faire. Vous prenez le soin de présenter dans manière exhaustive les parties de ce mouvement et ses éléments.

Tout à fait. Pour faire simple et pour parler de manière imagée je dirais que si notre cœur se trouvait au fond de la mer et qu'au lieu du Soleil nous avions Dieu Lui-même, le but de la prière du cœur est de faire parvenir notre cœur à l'intérieur du Soleil de Dieu. Ce parcours se divise en deux parties, une partie dans l'eau, du fond de la mer jusqu'à la surface de l'eau et l'autre dans l'air-espace, de la surface de l'eau jusqu'au soleil. J'explique dans le livre comment faire pour arriver, par l'offrande de nous-mêmes à Dieu à la surface de l'eau et comment seul Dieu peut nous prendre de la surface de l'eau jusqu'à l'intérieur du soleil. La part de l'être humain et celle de Dieu expliquées, je présente les conditions qui font que ce mouvement soit réussi. C'est cela je dirais le cœur du livre. Vous voyez bien combien il est pratique.

JB En effet! Dans la deuxième partie du livre vous abordez quelque chose dont on parle rarement dans l'oraison: le rôle de l'image dans la vie de prière.

Oui, l'image à la fois général et théologique est fondamentale dans l'oraison. Elle peut devenir soit idole soit canal, sacrement du Fils Incarné. Dans ce dernier cas elle est comme une "relique" du Fils, une partie de l'ensemble des grâces que le Fils est venu nous donner. Si Dieu s'est fait visible, cela veut dire que certaines représentations – des images – sont possible, car elles seraient alors théologiques, et ainsi exprimeraient le Verbe Eternel Incarné. Si nous regardons de près par exemple le cheminement de certains saints Docteurs comme sainte Thérèse d'Avila, nous trouvons qu'il y a chez elle une croissance, en ce qui est de sa perception visuelle intérieure, celle de l'œil de l'âme! Elle passe de visions corporelles, c'est à dire de représentations physiques du Christ, à des visions plus imagées, plus symboliques (c'est le moment du passage de la rive de la manière humaine de voir à celle de la manière divine de voir), pour enfin arriver à la vision de la Trinité et du Christ. Nous avons trop négligé ce que l'œil de l'âme peut voir (la contemplation), or on ne peut priver l'âme humaine d'un de ses organes fondamentaux: la vue.

JB La troisième partie de ce volume développe la dimension affective du don de nous-mêmes. Pourquoi une partie entière pour cette question?

Par expérience, analyse, observation etc., j'ai noté un point très important dans la vie spirituelle et surtout dans le fonctionnement même de la Prière du cœur et qui en conditionne la réussite: le don de notre cœur humain, cette dimension chaude et je dirais érotique en nous, cette capacité d'aimer et d'être aimé par un être humain. Nous oublions trop de donner cette dimension à Dieu. Nous la gardons pour nous-mêmes! C'est par une longue analyse et lecture de différents textes de l'Ecriture et en suivant la première partie de la première Encyclique du Pape Benoît XVI que je met en évidence cette question fondamentale. De nouveau, si nous suivons sainte Thérèse d'Avila, nous noterons que c'est quand elle a vraiment donné toute son affectivité à Dieu (les amours humaines, les affections, les attachements etc) que Dieu a vraiment pu se donner à elle abondamment et régulièrement. Le Christ lui-même le dit clairement: il passe en revue ces liens très puissants en nous et conclu en disant: si on les préfère à moi, on n'est pas digne de moi. Cette partie est aussi, à sa manière un commentaire selon la Tradition mystique de la première partie de l'Encyclique du Pape: "Dieu est Amour".

JB Est-ce que la Prière du cœur est "pour tous"? ou pour des personnes choisies?

J'aimerais vous renvoyer la question: est-ce que le Salut offert par le Christ, la plénitude du Don de Dieu offert sur la Croix est "pour tous" ou pour quelques personnes? Pour moi, l'entrée dans la vie chrétienne, l'expérience du Christ Ressuscité est identique à la Prière du cœur, et en est résumée! Qui lit bien le livre sur la Prière du cœur, notera que c'est une manière de résumer l'essentiel du Christianisme: Dieu se donne à nous! Cette manière de prier par le cœur est tout simplement le dénominateur commun de toute prière. Le Prêtre dit bien à la Messe: Elevons notre cœur! Je ne fais qu'expliquer le fonctionnement de cette invitation! Pourquoi Dieu se donnerait-il de manière élitiste? Ce n'est pas l'enseignement de l'Eglise. Je lance le défi à tout lecteur qui doute qu'il soit appelé à la Prière du cœur: qu'il lise le livre, dans la prière, et qu'il applique ce qui est indiqué: il verra si ce que je dis fonctionne ou pas.

JB La prière du cœur, étant un canal fort de communication avec Dieu, qui permet de recevoir la puissance de la Résurrection, est-ce qu'elle est par ce fait même "dangereuse"? c'est à dire à ne pas mettre entre toutes les mains? Est-ce que la prudence s'impose?

Vous avez raison de poser cette question qui est en un certain sens complémentaire de la précédente. En effet, même si le Don de Dieu est pour tous, et la Prière du cœur est un moment intense où Dieu se communique à nous, on ne peut se lancer dans cette pratique – qui est pourtant le B A BA du christianisme – sans accompagnateur. Pourquoi? Car elle permet l'irruption du Dieu Amour dans notre vie, créant ainsi une relation personne, intime et forte avec Lui. Cette irruption nous fait entrer dans un monde nouveau. Le discernement est par conséquent de mise car, entrer dans un monde nouveau, le monde de la relation personnelle et vivante avec Dieu provoque une avalanche de grâces (saint Jean dira: "sans mesure", ou encore "grâce sur grâce"). Mais étant donné que nous recevons au départ ces grâces à manière humaine, les choses peuvent se mêler. Pour cela nous avons besoin de balises, des repères et de discernement; l'accompagnateur, un minimum de culture spirituelle, les pieds bien posés sur terre, un réalisme équilibré nous aident donc à maintenir le cap de cette tension vers un Amour qui devient un Grand Amour qui envahit toute notre vie. Vu que la Grâce suppose la nature et s'enracine en elle, un minimum d'équilibre mental est requis pour cette "irruption" de Dieu en nous et pour la porter à terme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Jean
Modérateurs
Jean


Nombre de messages : 575
Localisation : Londres
Date d'inscription : 27/02/2006

Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Re: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" EmptyMer 9 Sep - 14:34

JB Jean, vous avez consacré toute une partie de votre livre à la relation entre la Prière du Cœur et la communion eucharistique. Pourriez-vous développer le lien profond qui existe entre les deux ?

JK Tout à fait, vous faites bien de souligner le lien entre « Prière du cœur » (ou « oraison ») et « Communion Eucharistique ». Le Catéchisme aussi le fait : « […] Le Mystère du Christ est célébré par l'Eglise dans l'Eucharistie, et l'Esprit Saint le fait vivre dans l'oraison, […]. » (CEC 2718). C’est un point important quand nous abordons la théologie de la Prière du cœur.
Situer la Prière du cœur dans la réflexion théologique, découvrir ses racines profondes dans la Révélation chrétienne sont des actes vitaux pour l’Eglise. Sinon, si la Prière du cœur n’a pas de fondement théologique. Une des pierres angulaires de la réflexion théologique sur la Prière du cœur est justement son lien avec la Communion, comme étant sa source. Nous sommes invités à travailler cette question et à la développer. Sinon, séparée de sa source (la Communion), la Prière du coeur risque fort de devenir « un exercice pieux », « une dévotion particulière », ou pire encore « une affaire privée » ; en tous les cas elle risque de demeurer ghettoisée et réservée à une famille spirituelle et non à l’Eglise universelle. Certes l’Orient chrétien et sa tradition théologique, spirituelle, et monastique de la Prière de Jésus nous fait éviter cet écueil. A nous de respirer des deux poumons, comme nous le rappelait le pape Jean Paul II, pour une saine et vivante foi.
Reprenons cette profonde affirmation du Catéchisme de l’Eglise catholique : dans l’oraison, l’Esprit Saint fait vivre ce qui est célébré dans l’Eucharistie ! « faire vivre »… quelle leçon ! C’est en percevant la fécondité d’une telle Lumière pour toute l’Eglise que nous pouvons développer la théologie de l’oraison comme lieu d’action du même Esprit de la Communion reçue. C’est pour cette raison que dans mon livre j’ai voulu aider le lecteur à retrouver les racines théologiques et pratiques de la Prière du cœur, et ce, dans la Messe elle-même et surtout dans la Communion Eucharistique. A la Messe, après avoir reçu le Corps et le Sang du Christ, nous avons souvent tendance, quelques minutes après, à sortir de cet état manducatif de « réception » de Dieu lui-même – le temps consacré à l’après Communion, qui est encore un temps de Communion profond avec Dieu, est souvent très court ! Ce qui fait que la Porte que le Seigneur nous ouvre (en recevant la Communion) pour recevoir tout son Etre (Corps, Sang, âme, esprit, Divinité), et tout son Dynamisme animateur (l’Esprit Saint), nous la refermons « vite fait » après la Communion. Or si manger requiert de s’asseoir et de prendre le temps de consommer un repas entier, le fait de « manger Dieu » n’en requiert pas moins de temps ! Or la finalité majeure de la Messe est cet instant manducatif, nutritif : la Communion ! Pour comprendre cela prenons un exemple : si vous invitez des personnes, vous les faites d’abord passer au salon, où vous servez l’apéritif, ensuite, vous les invitez à passer à table ! Mais si au lieu d’introduire vos invités dans la salle à manger vous ne faites que la leur faire voir de la porte et puis vous les renvoyez, cela est une offense majeure et à la politesse et à l’hospitalité ! C’est un peu ce que nous faisons à la Messe ! A peine la communion reçue nous déguerpissons ! Et, excusez-moi le mot et l’expression argotique : c’est une « vieille claque » que nous donnons à Dieu et au Don qu’il nous fait de Lui-même ! Jusqu’à quand notre ignorance durera-t-elle ? Nous arrivons au moment le plus beau, et surtout le plus nutritif, et nous disons à Dieu : au revoir, je m’en vais ! C’est de soi, profondément illogique, offensant et frustrant. Or, voyez-vous, la Prière du cœur, à mon sens, trouve sa Source dans ce moment solennel de la journée ou de la semaine, où Jésus se donne réellement à moi (dans la Communion), à nous tous. La grandeur de la Prière du cœur, pratiquée durant la journée (hors de la Messe), est de nous faire revenir à ce moment hautement nutritif (la Communion), elle nous permet de garder ouverte la porte de la Communication que Dieu fait de Lui-même à nous. Nous ne pouvons séparer la Prière du cœur de sa Source : la Communion. Nous le notons facilement chez sainte Thérèse d’Avila, la plupart des Grâces qu’elle reçoit ont lieu juste après la Communion, au point que cela l’a poussée à prendre conscience des instants qui suivent la Communion et de l’importance de s’y ouvrir et de se disposer pour laisser Dieu mieux agir en nous. Le fameux temps d’action de grâce après la Messe n’est pas d’abord un temps fait pour « parler à Dieu » ou pour « dire des prières », mais c’est d’abord un temps, où nous avons la délicatesse de Le laisser agir en nous en profondeur, et de nous transformer en Lui, comme Il l’entend ! Car finalement c’est cela la Communion et c’est cela sa prolongation (la Prière du cœur): nous exposer à Dieu, en prenant les moyens de le faire, afin qu’il agisse en nous, par son Esprit et nous transforme. Certes il peut agir « quand il veut et comme il veut », mais nous oublions trop souvent notre liberté et la nécessité d’en faire usage : dans notre cas, c’est celui de nous offrir à Dieu, afin qu’il puisse se communiquer à nous. Ainsi, par la pratique de la Prière du cœur, comme prolongation de la dernière Communion reçue (sa grâce demeure en nous), l’efficacité de cette dernière dans notre vie devient énorme !
Redisons-le, la Communion est vitale pour nous transformer en Christ, nous unir à Lui : « La communion accroît notre union au Christ. Recevoir l'Eucharistie dans la communion porte comme fruit principal l'union intime au Christ Jésus. » (CEC 1391) « L'Eucharistie est notre pain quotidien. La vertu propre à ce divin aliment est une force d'union: elle nous unit au Corps du Sauveur et fait de nous ses membres afin que nous devenions ce que nous recevons ... » (CEC 2837). La Communion nous permet aussi, ne l’oublions pas, de traverser la grande purification (cfr Ap 7,14). Vu que la Communion et l’Oraison sont un même continuum, la pratique quotidienne de la Prière du cœur comme nourriture, devient à son tour vitale pour tout chrétien. La Prière du cœur souligne notre part de liberté et d’action (par la grâce) de choisir de continuer à recevoir le Christ et son Action transformante en nous (l’Esprit Saint) hors de la Messe en créant en nous un espace et un temps pour cette Action Divine.
Dans mon livre je n’ai fait qu’un pas dans ce sens, mais je crois profondément que cette voie doit se développer, pour le bien de tous.

JB Merci Jean de nous avoir donné quelques lumières sur la pratique de la Prière du Cœur. Il ne nous reste maintenant plus qu’à lire votre livre pour plonger plus profondément avec Marie dans le Cœur de Dieu.

JK Merci à vous Jean Baptiste. A l’heure où la soif pour la méditation et la rencontre avec le divin sonne partout dans notre monde, à l’heure aussi où dans l’Eglise la prière et l’oraison attirent des millions, j’espère que ce livre aidera à montrer, la puissance de la Prière du cœur, comment la faire, son secret, son fonctionnement – qui sont spécifiquement chrétiens. J’espère qu’il aidera à discerner entre les différentes « méthodes » présentes sur le « marché » de la méditation, à susciter une meilleure intelligence de ce qui réellement « fonctionne » et à comprendre pourquoi telle autre « méthode » ou « technique » est un chemin de campagne, ou pire une voie de garage! Je le dis souvent aux étudiants en théologie spirituelle : nous ne pouvons prétendre aller à la lune avec un vélo ! Aucune autre « méthode » ne réunit toutes ces qualités ensemble : offrir « à tous » un accès « réel », « direct », « facile », « constant », « fort », « efficace », « transformant » et « répétible », à Dieu. Et vu que le livre est pratique, c’est au lecteur de s’y essayer et de juger par lui-même.

Comme avant-goût du livre, voici une Présentation pratique de la prière du coeur:

Première partie: http://video.google.fr/videoplay?docid=-5992601666604563509&hl=fr#

Deuxième partie: http://video.google.fr/videoplay?docid=3500231573082800670&hl=fr#
Revenir en haut Aller en bas
http://www.amorvincit.com
Contenu sponsorisé





Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty
MessageSujet: Re: Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"   Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie" Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Livre : "La prière du coeur à l'école de Marie"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre : Entretiens sur Marie avec Jean Khoury
» Le livre des heures ou Prière du Temps Présent (PTP)
» 2- Qu'est-ce que la Prière du coeur? (l'oraison)
» Sainte Marguerite-Marie et le Sacré-Coeur de Jésus :
» la prière du coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Vie spirituelle :: Apprendre à prier-
Sauter vers: