Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : où l’acheter ?
Voir le deal

 

 STABAT MATER

Aller en bas 
AuteurMessage
Fanny

Fanny


Nombre de messages : 1546
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/12/2005

STABAT MATER Empty
MessageSujet: STABAT MATER   STABAT MATER EmptySam 17 Mar - 14:22

Stabat Mater dolorosa


Debout, la mère des douleurs
Près de la croix était en pleurs
Quand son Fils pendait au bois.

Alors, son âme gémissante
Toute triste et toute dolente
Un glaive la transperça.

Qu'elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils de Dieu!

Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.

Quel homme sans verser de pleurs
Verrait la Mère du Seigneur
Endurer si grand supplice ?

Qui pourrait dans l’indifférence
Contempler en cette souffrance
La Mère auprès de son Fils ?

Pour toutes les fautes humaines,
Elle vit Jésus dans la peine
Et sous les fouets meurtri.

Elle vit l’Enfant bien-aimé
Mourir tout seul, abandonné,
Et soudain rendre l’esprit.

Ô Christ, à l’heure de partir,
Puisse ta Mère me conduire
À la palme de la victoire.

Ô Mère, source de tendresse,
Fais-moi sentir grande tristesse
Pour que je pleure avec toi.

Fais que mon âme soit de feu
Dans l’amour du Seigneur mon Dieu :
Que je lui plaise avec toi.

Mère sainte, daigne imprimer
Les plaies de Jésus crucifié
En mon cœur très fortement.

Pour moi, ton Fils voulut mourir,
Aussi donne-moi de souffrir
Une part de ses tourments.

Donne-moi de pleurer en toute vérité
Comme toi près du crucifié
Au long de mon existence.

Je désire auprès de la croix
Me tenir, debout avec toi,
Dans ta plainte et ta souffrance.

À l’heure où mon corps va mourir,
À mon âme fais obtenir
La gloire du paradis.



Prière attribuée à Jacopone de Todi, frère mineur des franciscains (1230-1306).
Revenir en haut Aller en bas
http://ecoutepartageparole.niceboard.com/
Fanny

Fanny


Nombre de messages : 1546
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/12/2005

STABAT MATER Empty
MessageSujet: Re: STABAT MATER   STABAT MATER EmptySam 17 Mar - 14:36

Stabat Mater dolorosa (autre version)


Debout, la Mère douloureuse
Serrait la Croix, la malheureuse,
Où son pauvre enfant pendait.

Et dans son âme gémissante,
Inconsolable, défaillante,
Un glaive aigu s'enfonçait.

Ah ! qu'elle est triste et désolée,
La Mère entre toutes comblée !
Il était le Premier-Né !

Elle pleure, pleure, la Mère,
Pieusement qui considère
Son enfant assassiné.

Qui pourrait retenir ses pleurs
A voir la Mère du Seigneur
Endurer un tel Calvaire ?

Qui peut, sans se sentir contrit,
Regarder près de Jésus-Christ
Pleurer tristement sa Mère ?

Pour les péchés de sa nation,
Elle le voit, dans sa Passion,
Sous les cinglantes lanières.

Elle voit son petit garçon
Qui meurt dans un grand abandon
Et remet son âme à son Père.

Pour que je pleure avec toi,
Mère, source d'amour, fais-moi
Ressentir ta peine amère !

Fais qu'en mon cœur brûle un grand feu,
L'amour de Jésus-Christ mon Dieu,
Pour que je puisse lui plaire !

Exauce-moi, ô sainte Mère,
Et plante les clous du Calvaire
Dans mon cœur, profondément !

Pour moi ton Fils, couvert de plaies,
A voulu tout souffrir ! Que j'aie
Une part de ses tourments !

Que je pleure en bon fils avec toi,
Que je souffre avec lui sur la Croix
Tant que durera ma vie !

Je veux contre la Croix rester
Debout près de toi, et pleurer
Ton fils en ta compagnie !

O Vierge, entre les vierges claire,
Pour moi ne sois plus si amère :
Fais que je pleure avec toi !

Fais que me marque son supplice,
Qu'à sa Passion je compatisse,
Que je m'applique à sa Croix !

Fais que ses blessures me blessent,
Que je goûte à la Croix l'ivresse
Et le sang de ton enfant !

Pour que j'échappe aux vives flammes,
Prends ma défense, ô notre Dame,
Au grand jour du jugement !

Jésus, quand il faudra partir,
Puisse ta Mère m'obtenir
La palme de la victoire.

Et quand mon corps aura souffert,
Fais qu'à mon âme soit ouvert
Le beau paradis de gloire !



Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven




La Mère était là tout en pleurs
Au pied de la croix des douleurs,
Quand son Fils agonisa :
Son âme hélas tant gémissante
Tant contristée et tant dolente
Un glaive la transperça

Qu’elle fut triste et affligée,
La bénie, la prédestinée,
La mère du Fils unique !
S’apitoyait, s’adolorait,
Si fort tremblait quand elle voyait
Des peines si véridiques.

Quels yeux pourraient garder leurs larmes
A voir la Mère de l’Adorable
Sous le poids d’un tel supplice :
Quel homme au monde sans se contrire
Pourrait contempler le martyre
De la Mère et de son Fils ?

Pour nos péchés, ô race humaine,
Elle vit Jésus en grand’géhenne
Très cruellement flagellé :
Elle vit son fils, son fils très doux
Baisser la tête, mourir pour nous
Et mourir abandonné .


Traduction par Rémy de Gourmont
Revenir en haut Aller en bas
http://ecoutepartageparole.niceboard.com/
Fanny

Fanny


Nombre de messages : 1546
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/12/2005

STABAT MATER Empty
MessageSujet: Re: STABAT MATER   STABAT MATER EmptySam 17 Mar - 15:44

Like a Star @ heaven


Le Stabat Mater que nous lisons toujours avec une bouleversante émotion, nous invite à nous unir à la compassion de la Sainte Vierge au pied de la Croix, pour qu'unis à elle, nous nous offrions dans le sacrifice rédempteur. "Une, parfaitement une, était la volonté du Christ et de Marie", écrivait au Moyen Âge Arnauld de Chartres : "l'un et l'autre offraient ensemble à Dieu leur holocauste, elle dans le sang de son cœur, lui dans le sang de sa chair."
Contemplant "la Mère du Christ dans un tel supplice", nous pleurons avec elle qui "gémissait et souffrait à la vue des peines de son glorieux Fils", avec elle, nous sommes contristés pour souffrir avec lui : "Tendre Mère, source d'amour, faites-moi sentir la violence de votre douleur afin que je pleure avec vous." Le fidèle ne veut pas seulement contempler les douleurs de Jésus et de Marie dans la Passion, il demande à Marie de fixer fortement dans son cœur les plaies du Crucifié pour avoir "part à ses peines, pour porter la mort du Christ, pour partager sa passion." Outre l'iconographie et le verbiage doloriste dont les pieux commentateurs ont trop souvent entouré ce texte admirable, nous sommes par lui portés jusqu'au plus haut point de l'être chrétien, celui qui, avec saint Paul, veut souffrir en lui-même ce qu'il reste à souffrir des souffrances du Christ, celui qui n'entend pas se contenter d'être sauvé, mais qui, se sachant sauvé, se propose d'imiter la sainte Vierge pour être sauveur dans le Sauveur. "Elle a porté les douleurs de la Passion, écrit saint Antonin, son âme fut transpercée d'un glaive de douleur. Sa souffrance surpasse celle des martyrs, au dire de saint Bernard. Ainsi est-elle devenue l'auxiliaire de notre rédemption et la mère de notre génération spirituelle."

D'aucuns auraient bien voulu profiter des bouleversements que nous savons pour rejeter de la prière de l'Eglise le Stabat Mater, sous prétexte que saint Ambroise affirme : "Je lis qu'elle se tenait debout, je ne lis pas qu'elle pleurât." L'objection, ne leur en déplaise, n'est pas nouvelle et le pape Benoît XIV y répondit déjà, au milieu du XVIIIème siècle : "Plusieurs autres écrivains ne craignent point de la dépeindre arrosée de pleurs. Les larmes et les sanglots ne sont point toujours l'indice d'un courage abattu." Les larmes de Jésus sur Jérusalem, devant le tombeau de Lazare ou à la sainte Agonie, seraient-elles le signe de la faiblesse du Rédempteur ?
Au siècle précédent, le franciscain Ambroise Saxius soulignait : "Qu'on admette le premiers mouvements de la nature, quelques gémissements modérés et quelques larmes : l'amour ne souffre aucune atteinte, et la magnanimité conserve toute son énergie" ; saint Antonin avait dit qu' "elle se tenait debout, pleurant sans doute et noyée dans la douleur, mais calme, modeste, pleine d'un réserve virginale."

L'auteur présumé, mais plus que probable, du Stabat Mater, Jacopone de Todi, est un assez curieux personnage que l'on connaît surtout pour ses Laudes, cent deux petits poèmes en dialecte ombrien, rythmés comme des chansons, tour à tour doctrinaux, hagiographiques, liturgiques et mystiques, encore que les plus célèbres sont des satires terribles. Jacome de Benedetti, que nous connaissons généralement sous le nom de Jacopone de Todi, naquit, vers 1236, d'une bonne famille bourgeoise de Todi, dans la province ombrienne de Pérouse, où, après de solides études de droit à l'université de Bologne, il remplit avec succès les fonctions de procureur légal et notarial. La tradition veut qu'il mena une vie frivole et bien peu chrétienne jusqu'à ce que sa jeune épouse, la belle Vanna di Bernardino di Guidone, issue de la famille des puissants comtes de Coldimezzo, mourût écrasée sous le plancher d'une salle de bal (1268). Veuf inconsolable qui avait trouvé un cilice sur le corps de sa femme, il resta dans le siècle où, après avoir distribué ses biens aux pauvres, il vécut en pénitent pendant dix ans.

Incroyablement original, il se plaisait, par toutes sortes de farces grossières, à dénoncer les vanités du monde ; en même temps, il prêchait au petit peuple des campagnes pour l'éveiller aux merveilles de l'Amour de Dieu : "O Amour, Amour divin, Amour qui n'est pas aimé !" D'abord admis dans le Tiers-Ordre franciscain, il finit par être accepté comme frère convers par le gardien du couvent des Franciscains de San Fortunato, de Todi (1278), mais, malgré ses désirs, il dut, par obéissance, accepter l'ordination sacerdotale.

Lorsque le pape Boniface VIII revint, au profit des Franciscains conventuels, sur les privilèges que son prédécesseur, Célestin V, avait accordés aux Franciscains spirituels, Jacopone de Todi se lança dans la bataille avec toute l'ardeur que l'on imagine. Les Franciscains spirituels, rejetant tous les autres textes, fussent-ils pontificaux, entendaient rester fidèles à la première règle de saint François d'Assise et à son testament dans une intégrale pauvreté ; il étaient opposés à la vie conventuelle des villes au profit d'une vie érémitique dans la nature, et rejetaient les études au profit de l'humilité : "Paris a détruit Assise", écrivit Jacopone de Todi. En 1294, Célestin V sépara les Spirituels de l'Ordre franciscain et leur permit de former une congrégation nouvelle, appelée les pauvres ermites du pape Célestin, qu'il mit sous la protection du cardinal Napoléon Orsini et de l'abbé général des Célestins. Lorsque Célestin eut abdiqué (1294), son successeur, Boniface VIII, abolit ses prescriptions, et les Spirituels, privés d'existence légale, entrèrent d'autant mieux en opposition avec le Pape que leur cardinal protecteur en était l'ennemi ; Jacopone de Todi signa le manifeste des cardinaux Colonna qui exigeaient la déposition de Boniface VIII dont ils contestaient la légitimité (10 mai 1297). Jacopone de Todi fit tant et si bien, par des vers fougueux et irrévérencieux, que Boniface VIII, l'ayant en son pouvoir après la prise de Palestrina, le fit enfermer dans un cachot et l'excommunia pour qu'il fût privé des sacrements (septembre 1298). Un jour, dit-on, que Boniface VIII visitant ses prisons lui demanda : "Quand sortiras-tu de là ?" Jacopone répondit : "Quand tu me remplaceras !" Jacopone eut beau faire amende honorable dans des vers admirables d'humilité, il ne fut libéré qu'après la mort du terrible pontife (1303) ; il fut l'objet de la sollicitude des Clarisses de San Lorenzo a Collazzone, près de Todi, où il mourut saintement le jour de Noël 1306. Longtemps après, en 1433, son corps fut transporté au couvent des Franciscains de San Fortunato qui, en 1596, le placèrent dans leur crypte avec l'inscription suivante : "Reliques du bienheureux Jacopone de Benedictis, de Todi, frère de l'ordre des Mineurs. Sa folie pour le Christ fut une ruse inédite pour piper le monde et ravir le ciel. "

Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://ecoutepartageparole.niceboard.com/
Contenu sponsorisé





STABAT MATER Empty
MessageSujet: Re: STABAT MATER   STABAT MATER Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
STABAT MATER
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Echanges autour de la prière :: Rosaires, neuvaines, textes de prières, audios, vidéos...-
Sauter vers: