Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -16%
HISENSE 43B30G – TV LED UHD 4K – 43″
Voir le deal
279.99 €

 

 union à la célébration du divin sacrifice

Aller en bas 
AuteurMessage
maurice
Invité




union à la célébration du divin sacrifice Empty
MessageSujet: union à la célébration du divin sacrifice   union à la célébration du divin sacrifice EmptyVen 30 Mar - 23:49

Ô Mon Dieu,
Pourquoi me laisses tu ce calice devant ma face ?
Pourquoi suis-je aussi las ?
Pourquoi dois-je aller vers cette souffrance dont aucun ne veut ?

Oui, Ô mon Jésus, me voici partageant avec toi cet accompagnement en ta douloureuse souffrance du cheminement glacial de la mort.
Mort qui suinte.
Une mort qui se pétrifie en un acharnement insupportable de l’odeur cadavérique bien distincte que l’on retrouve près des personnes décédées dans les diverses catastrophes naturelles.

Ö Mon Jésus, je ne puis t’être d’une grande utilité, si ce n’est de porter en mon corps et dans mon cœur ce sacrifice vers lequel tu vas vivre.

Donnes-moi, Ô ESPRIT SAINT, cette force de prier dans le silence profond qui s’installe au milieu de ce jardin propice à la louange, vers ce Dieu si compatissant, si généreux.

Oui, une prière insoutenable devant la souffrance qui se présente à mes yeux hagards, vides de toute compréhension de ce mystère douloureux où tu marches, ô mon doux Jésus.


Je ne cesse de ressentir en ce temps distinct, cette épée qui entre dans le cœur de Marie ta douce Maman.

Epée qu’avait prédite le grand prêtre lors de la présentation de ton divin Fils dans le temple sacré.
Oui, aujourd’hui au milieu de ces arbres plus que centenaires, tu es là, ô mon doux Jésus, accablé, courbé sous le poids de la divine souffrance.

Tu nous montres un visage que nul ne peut dépeindre tant il est décharné, rempli de sillons profonds laissés par le sang qui s’écoule lentement tel un fleuve assouvissant le sol de notre représentation indirecte, où ce sang jaillissant telle une source, de ce rocher où tu voulais que nous venions nous abreuver.


Oui, Ö divine source intarissable jusqu’à l’éternité infinie de la continuation du cheminement de l’homme en ce monde, nous ne pouvons que te contempler, te regarder venir nous laver , nous envahir de cette eau , source de la vie éternelle.

Au plus profond de nous-mêmes, cette eau glaciale de ton sang qui s’écoule de ton côté transpercé vient nous affermir dans le don total de ta participation au rachat de nos fautes, en venant rétablir la blancheur de notre aube reçue lors de notre baptême.

Oui, tu nous purifies, tu nous sanctifies.
Oui, tu jaillis en flot torrentiel qui renverse tout en nous.
Tu ne laisses rien au hasard de ton écoulement tumultueux de torrent divin.
Oui, ô mon doux jésus, tel un signe précurseur jaillit cette image merveilleuse de ce torrent qui vient de toi et qui jamais ne se tarira au fil du temps.
Merci, ô mon doux Jésus, de ce partage à ton côté, dans ce temps préparatoire de ton immolation sur l’autel du sacrifice infâme, oui au don de cette acceptation à venir avec ton soutien divin, supporter un peu de ce temps douloureux de la sanctification suprême de l’homme.

Que le temps de ce calvaire insoutenable au milieu de ce paradis, de ce jardin tant aimé par toi, où tu venais rencontrer et louer ton Père, soit pour nous un renouveau de la paix que tu veux nous laisser au travers de l’image de la Transfiguration.

Oui, ô combien ces images sont totalement étrangères mais pourtant indissociables.
L’une où l’on constate ta gloire future
La seconde, l’image d’une souffrance de défiguration de la condition humaine qui se retrouve dans notre état de pécheur.

Oui, ces images apparaissant d’un temps éloigné, ingérant dans l’intimité de ta pudeur extrême bafouée dans le second témoignage de notre culpabilité grandissante d’un monde d'égoïsme,

Oui, ce temps de l’agonie est aussi celui du temps qui reste au maître de ce monde du péché pour être vaincu à jamais et dont la tête sera écrasée par le talon de Marie.
Merci, Ö divin Esprit Saint, de me guider dans cet échange infiniment grand.
Merci de recevoir ces paroles pour honorer la grandeur du sacrifice suprême qui va se renouveler en ce temps de la semaine Sainte.
Où tout semble inaugurer une nouvelle ère par l’acclamation grandiose dans les rues de Jérusalem.

Mais toi, en ton cœur, déjà tu ressens les premières prémices de la souffrance qui t’attends, Ô mon doux Jésus.
Déjà le gel de la mort envahit tout ton corps, tu vois le traître qui va te livrer, tu vois le mensonge de l’hypocrisie se répandre sous les sabots de ta monture.

Ö mon Jésus, que ton esprit me donne cette force de contempler ce cheminement vers ton calvaire, qui se présentera à toi après les festivités de la dernière Cène où tu vas instituer le divin mystère de ton Eucharistie éternelle.
Oui, OUI, GLOIRE et LOUANGE à toi, Ö divine Eucharistie!
Merci, Seigneur, pour l’offrande de ton Corps présent à jamais dans le pain que tu as rompu, de même dans l’institution de l’élévation de ton Sang remplissant la coupe du salut pour nous les hommes : « prenez et buvez ce sang, »
Sang versé pour la multitude des hommes,
Merci, ô divin Maître, merci.
Revenir en haut Aller en bas
 
union à la célébration du divin sacrifice
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le feu divin
» Il est né le divin enfant...
» Le passage à l'amour divin.
» pour ma tante
» Pour une maman qui a tout perdu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Echanges autour de la prière :: Rosaires, neuvaines, textes de prières, audios, vidéos...-
Sauter vers: