Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -25%
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent ...
Voir le deal
18 €

 

 Nativité de Marie - 8 septembre

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Invité
Invité




Nativité de Marie - 8 septembre Empty
MessageSujet: Nativité de Marie - 8 septembre   Nativité de Marie - 8 septembre EmptyVen 7 Sep - 18:56

Nativité de Marie - 8 septembre

La Nativité de Marie ! Comment ne pas louer, chanter celle que Dieu a choisi pour être la mère du Sauveur de l’humanité ? C’est Dieu même qui donnera à cet enfant un double nom, celui de Jésus «c’est à dire : le Seigneur sauve » et d’ « Emmanuel, qui se traduit : « Dieu avec nous ».

En vue de cette naissance Dieu a fait de Marie l’Immaculée Conception. Elle est la femme parfaite, sans aucune marque du péché, « bénie plus que toutes les femmes ». Marie proclame elle-même dans son Magnificat que « toutes les nations la diront bienheureuse ». Choix exceptionnel de Dieu sans aucun doute mais dont Marie donnera aussi un visage exceptionnel.

Le choix divin ne va pas susciter en Marie la moindre gloriole. Elle se dira « l’humble servante du Seigneur ». Si celui-ci fit pour elle des merveilles elle ne fera qu’énoncer la sainteté de Dieu et son amour infini pour tous ceux qui lui ouvrent leur cœur. Elisabeth, sa cousine qu’elle est venue visiter, enceinte comme elle, la complimentera certes pour sa foi : « bienheureuse celle qui a cru » en la parole du Seigneur !.Foi et humilité de Marie vont de pair. Elle s’est mise en route « rapidement » vers cette parente dont elle a appris le besoin d’être aidée. Admirons aussi l’esprit de service de Marie. On le retrouvera.

A l’Annonciation, le « oui » de Marie à la demande de l’ange Gabriel lui transmettant le vœu de Dieu de devenir mère du Sauveur, Mère de Dieu, souligne la disposition de son cœur à accomplir passionnément la volonté du Seigneur. Dès cet instant est conçu en elle par l’Esprit Saint celui qui Fils de Dieu devient aussi Fils de l’Homme. La rencontre entre Marie et Elisabeth marque cette présence sanctifiante de Jésus dans le sein de sa mère avant même qu’il voit le jour. L’enfant d’Elisabeth en elle « a bondi de joie »

Quelle valeur possède l’enfant dès sa conception ! Il a capacité divine. Comment ne pas s’opposer à l’avortement ?

Profitons-en ici pour notifier la beauté de l’amour humain vécu sous le regard de Dieu : celle de l’union corporelle de l’homme et de la femme dans la conception choisie de leurs enfants au sein du mariage. Ce fut le cas pour Anne et Joachim avec la naissance de Marie.

Notons que l’union de Joseph et Marie n’élimine pas en celle-ci sa consécration totale de vie au Seigneur. Elle reste la vierge immaculée. Mais sera fondée dans un amour sans tache la sainte famille de Jésus, Joseph et Marie. Au travers de bien des épreuves la joie des cœurs subsistera toujours.

La naissance de Jésus dans l’obscurité d’une crèche d’animaux souligne à nouveau l’esprit de pauvreté et d’humilité de cette sainte famille. Marie en est auréolée.

La venue au Temple de Jérusalem de Jésus à l’âge de 12 ans, avec ses parents, révèle l’angoisse de Marie à la recherche de son fils au bout de 3 jours, mais aussi « la garde en son cœur » de l’événement, Jésus ayant précisé sa filiation divine : « Il me faut être chez mon Père ».

Aux noces de Cana nous connaissons le miracle accompli par Jésus après l’attention de sa mère au repas où le vin vient à manquer. Marie, attentive aux besoins humains, intercède en leur faveur auprès du Seigneur, ici pour faire subsister leur joie.

Toutefois, c’est surtout au calvaire que nous l’admirons, debout au pied de la croix, partageant les souffrances démesurées de son fils dans sa passion et sa mort. Elle garde foi et espérance et accepte de devenir la mère de tous les croyants et même de tous les hommes pour lesquels elle continue d’intercéder.

« Voilà ta mère ». Quel plus beau titre pouvait-elle recevoir du Seigneur, après celui d’être mère de Dieu, celui d’être mère de l’humanité ? « Tu seras une couronne brillante dans la main du Seigneur » (Psaume).
Donnons à Marie place, une grande place en nos cœurs et prions la avec confiance.
Père Jean M (avec son autorisation)

Revenir en haut Aller en bas
andree1221




Nombre de messages : 21
Age : 77
Localisation : LYON
Date d'inscription : 29/04/2007

Nativité de Marie - 8 septembre Empty
MessageSujet: Re: Nativité de Marie - 8 septembre   Nativité de Marie - 8 septembre EmptySam 8 Sep - 7:00

http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=552

ce lien vous explique l'importance de "Marie" dans l'histoire de notre bonne ville de Lyon
Andrée
Revenir en haut Aller en bas
Fanny

Fanny


Nombre de messages : 1546
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 04/12/2005

Nativité de Marie - 8 septembre Empty
MessageSujet: Re: Nativité de Marie - 8 septembre   Nativité de Marie - 8 septembre EmptyMar 11 Sep - 10:06

Merci de tout coeur pour la qualité des textes choisis, cher Père et chère Andrée. I love you cheers

Avec un peu de retard mais bien sincèrement, je vous souhaite à tous une

Like a Star @ heaven SAINTE FÊTE DE LA NATIVITE sunny DE NOTRE-DAME!! Like a Star @ heaven



Voici deux textes que je souhaitais placer ici, en l'honneur de Marie et pour notre édification I love you :

"Les évangélistes ne nous disent pas où est née Marie, ce qui a peu d’importance. On sait seulement qu’elle était parente d’Elisabeth qui habitait en Judée. Il n’est donc pas impossible qu’elle soit elle-même originaire de Jérusalem comme le veut une antique tradition dont on trouve trace dans l’évangile apocryphe de Jacques, qui nous parle des parents de la Vierge, Joachim et Anne. Il existait également et très anciennement, à Jérusalem, une maison appelée "la Maison d’Anne". Près de cette maison fut érigée une église dont la dédicace eut lieu un 8 septembre. L’anniversaire de cette dédicace fut commémoré chaque année. La fête s’étendit à Constantinople au 5ème siècle puis en Occident. Plus tard, on lui adjoignit la fête de sa conception, neuf mois auparavant d’où le 8 décembre. La Nativité de Marie est une des grandes fêtes de l’année liturgique byzantine car elle inaugure l’économie du salut et l’inscription du Verbe de Dieu dans l’histoire des hommes."

" Aie pitié de moi, pécheur, et viens à mon aide, ô ma Dame. Ta glorieuse naissance de la race d’Abraham, de la tribu de Juda, de la souche de David, n’a-t-elle pas apporté la joie au monde entier ? Qu’elle me remplisse aussi de joie et me purifie de tout péché."

(Prière anonyme du Moyen Âge)





Like a Star @ heaven sunny Like a Star @ heaven




Puissance de Marie

Le Miracle de la Marne


Le Maréchal Foch ne faisait pas mystère de sa dévotion envers la Vierge Marie Like a Star @ heaven I love you . Le 30 septembre 1919, il alla s'agenouiller devant la grotte de Lourdes pour la remercier du triomphe des armées et lui rendre hommage pour la victoire. En montrant la statue dans le rocher, le chanoine Bellenay lui demanda :

« Vous avez grande confiance en Elle ?

— Ma mère connaissait Bernadette, répondit le maréchal. Elle l'accompagnait à la grotte. C'est d'elle que je tiens ma croyance en Notre Dame. J'ai dit mon chapelet entier tous les jours de ma vie - Même aux jours de grande bataille ? - J'en avais encore plus besoin. Maintes fois, je me suis vu pris. Alors je m'accrochais à Elle comme un enfant de deux ans s'accroche à sa mère. Elle nous a toujours sauvés. »

Pendant la grande tourmente, un jour qu'il sortait d'une visite aux blessés de l'hôpital des Sœurs de Saint-Charles, à Nancy, il est acclamé par les habitants du quartier. Descendant de voiture, Foch répond à la foule :

« Je ne suis rien, mais priez, faites prier les petits enfants ! » Il remonte et, s'adressant à la Supérieure :

« Que l'on prie pour moi dans cette communauté. Nous, nous ne faisons que de la ferraille ! »

Le maréchal comptait en effet beaucoup sur la prière des enfants. Souvent, dans les villages près du front, il rassemblait les petits qui s'amusaient sur les places et il les conduisait à l'église, où, à genoux au milieu d'eux, il leur faisait réciter quelques « Je vous salue Marie ». Il ne se contentait pas de demander des prières. Lui-même était un homme de prière. « Les personnes qui prient prennent en main le salut de leur pays. Elles sont ma force », écrivait-il à un membre de sa famille. La Divine Mère ne déçut pas la confiance que Foch avait placée en Elle. Les comptes-rendus des journaux parus fin août et au commencement de septembre 1914 faisaient allusion au « miracle de la Marne » en se contentant d'exalter le sursaut du combattant de 1914 qui, le 8 septembre, avait refoulé l'envahisseur. Pour quelqu'un qui a pris part à ces événements, ce sursaut est impensable - les forces ennemies disposaient d'une supériorité écrasante en hommes et en matériel - et aurait pu tout juste permettre un coup d'arrêt de 24 ou 48 heures. C'est une coupure de journal de l'époque, Le Courrier de la Manche, numéro du 8 septembre 1917, qui relate ce qu'auraient dit les Allemands faits prisonniers ; après les combats du 5 au 8 septembre 1914. A Pontmain, les Pères auraient un dossier plus complet sur ces faits. Et voici le texte tiré du journal Le Courrier de Saint-Lô, le 8 janvier 1917. C'est une lettre datée du 3 janvier 1915.
Un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur dit : « Comme soldat, je devrais garder le silence : comme prêtre, je crois devoir dire ce que j'ai vu. Pendant la bataille de la Marne, nous étions surpris d'être refoulés car nous étions légion, comparés aux Français, et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge, tout habillée de blanc, avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris... Elle nous tournait le dos et de la main droite semblait nous repousser...» Dans les jours où ce prêtre allemand parlait ainsi, deux officiers allemands, prisonniers comme lui et blessés, entraient dans une ambulance française de la Croix-Rouge. Une infirmière parlant allemand les accompagnait. Quand ils entrèrent dans une salle où se trouvait une statue de Notre Dame de Lourdes, ils se regardèrent et dirent : «Oh ! la Vierge de la Marne!» Une autre preuve de l'authenticité du récit qui précède est la suivante, qui se rapporte au même fait. Une religieuse qui soignait les blessés à Issy-les-Moulineaux, écrit : «C'était après la bataille de la Marne. Parmi les blessés soignés à l'ambulance d'Issy se trouvait un Allemand très grièvement atteint et jugé perdu. Grâce aux soins qui lui furent prodigués, il vécut encore plus d'un mois. Il était catholique et témoignait de grands sentiments de foi. Les infirmiers étaient des prêtres. Il reçut les secours de la religion et ne savait comment témoigner sa gratitude. Il disait souvent : « Je voudrais faire quelque chose pour vous remercier ». Enfin, le jour où il reçut l'Extrême Onction, il dit aux infirmiers : « Vous m'avez soigné avec beaucoup de charité ; je veux faire quelque chose pour vous en vous racontant ce qui n'est pas à notre avantage, mais qui vous fera plaisir. Je payerai ainsi un peu ma dette... Si j'étais au front, je serais fusillé, car défense a été faite, sous peine de mort, de raconter ce que je vais vous dire. Vous avez été étonnés de notre recul si subit quand nous sommes arrivés aux portes de Paris... Nous n'avons pu aller plus loin : une Vierge... oui, une Vierge... se tenait devant nous, les bras étendus, nous repoussant chaque fois que nous avions l'ordre d'avancer... Pendant plusieurs jours nous ne savions pas si c'était une de vos saintes nationales, Geneviève ou Jeanne d'Arc... Après, nous avons compris que c'était la Sainte Vierge qui nous clouait sur place. Le 8 septembre, Like a Star @ heaven Elle nous a repoussés avec tant de force que tous, comme un seul homme, nous nous sommes enfuis. Ce que je vous dis, vous l'entendrez sans doute redire plus tard, car nous sommes peut-être 100 000 hommes qui l'avons vue. »
Oserons-nous un rapprochement curieux ? Le plus grand adversaire de Foch, le maréchal Hindenburg, avait de l'admiration pour la Vierge. A un prêtre qui lui exprimait sa surprise de trouver en place d'honneur, dans son cabinet de travail, l'image de Marie, le vieux soldat luthérien répondit : « C'est que je vois en la Vierge l'incarnation des valeurs humaines nécessaires à ma vie. » Foch voyait en l'Immaculée davantage : la Mère de Dieu et sa divine Mère.

In Le Bulletin - Monastère St François, Abbé André VANDERBEKEN



Like a Star @ heaven I love you ostie I love you Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
http://ecoutepartageparole.niceboard.com/
Contenu sponsorisé





Nativité de Marie - 8 septembre Empty
MessageSujet: Re: Nativité de Marie - 8 septembre   Nativité de Marie - 8 septembre Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Nativité de Marie - 8 septembre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière pour le Liban le 4 septembre
» A l'approche de la fête de la Nativité
» Nativité de saint Jean Baptiste
» 7 septembre
» Triste anniversaire 11 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Communion de prière :: Demande de prières d'intercession-
Sauter vers: