Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -21%
SSD interne 2.5″ Crucial BX500 – 480Go
Voir le deal
33.71 €

 

 30ème dimanche du temps ordinaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




30ème dimanche du temps ordinaire Empty
MessageSujet: 30ème dimanche du temps ordinaire   30ème dimanche du temps ordinaire EmptyDim 21 Oct - 21:05

30ème dimanche du temps ordinaire

Lectures du jour : http://missel.free.fr/Annee_C/TO/3/30.html

Les lectures de ce dimanche veulent nous transmettre un message sur la prière. Pour bien comprendre de quoi nous parlons, il nous faut associer ce mot "prière" à "précarité". On ne prie vraiment que lorsqu'on a prix conscience de sa précarité, de sa faiblesse. Toute la Bible en témoigne : C'est au milieu de toutes ses épreuves et de toutes ses faiblesses que le peuple d'Israël a découvert l'amour passionné que Dieu lui porte. Cette proximité de Dieu à l'égard de ceux qui souffrent est une des grandes découvertes de l'Ancien Testament. C'est cette bonne nouvelle que nous sommes invités à accueillir tous les jours.

Il y a plusieurs sortes de précarités dans les lectures de ce jour. Nous y trouvons celle de la veuve et de l'orphelin qui n'avaient absolument aucune ressource. L'évangile nous parle de la précarité morale du publicain. Saint Paul nous montre également celle de l'apôtre qui doit souvent affronter la persécution ou du moins l'incompréhension. Toutes ces personnes ont le cœur brisé. Alors, elles peuvent vraiment ouvrir leur cœur à Dieu. C'est cela la vraie prière.

Dans l'évangile, nous avons donc la supplication du publicain. Voilà un homme qui fait partie d'une catégorie très mal vue. Dans son pays occupé par l'armée romaine, c'est un "collaborateur". Il est au service de l'occupant sur un point très sensible, les impôts. Le pouvoir fixait la somme qu'il exigeait. Celle-ci était payée d'avance par les publicains. Ces derniers se remboursaient très largement sur le dos du petit peuple. Aussi quand le publicain dit : "Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis", il ne dit que la stricte vérité. Or c'est cette "opération vérité" qui permettra à Dieu de l'élever. "Quand il rentra chez lui, c'est lui qui était devenu juste." C'est cela qui nous est demandé en ce jour. Etre vrai devant le Seigneur, c'est reconnaître notre précarité. Voilà la vraie prière, celle que Dieu aime.

A l'opposé, Jésus nous trace le portrait du pharisien. Il nous montre un homme qui mérite largement sa bonne réputation. Il est fidèle à la loi ; il jeûne deux fois par semaine. Il pratique l'aumône. Tout ce qu'il dit dans sa prière, il le fait vraiment et il en est fier. Mais il y a un problème chez lui. Sa démarche n'est pas vraiment une prière car elle est trop imbue d'orgueil. Il ne fait que se contempler lui-même au lieu de contempler Dieu. Il n'a besoin de rien. La seule chose qui l'intéresse c'est le compte de ses mérites.

Et nous, où en sommes-nous ? De quel côté nous situons-nous ? Il nous arrive d'être le pharisien chaque fois que nous faisons ce que nous reprochons aux autres. C'est toujours facile de critiquer sans jamais proposer de solutions constructives réalistes. Le pharisien c'est celui qui prétend être éclairé par l'Esprit Saint plus qu'un autre et même plus que le pape et les évêques. Le plus grave c'est d'utiliser les versets de la Bible pour dénoncer l'hypocrisie des autres. Cette attitude est une insulte grossière à Dieu et à son amour. Nous avons tous à nous faire pardonner notre orgueil, notre suffisance, notre manière de vouloir faire la leçon aux autres en les humiliant.

La prière du publicain c'est celle de l'homme qui se reconnaît pécheur. Il prend conscience qu'il n'aime pas assez ou qu'il aime mal. Il se rappelle de certaines pages de sa vie qui n'ont pas été reluisantes. Il voit la poutre qui est dans son œil au point de ne même plus voir la paille qui est dans l'œil de son voisin. Cet homme-là sait que le pardon ne peut venir que de Dieu. C'est cette prière qui permet au pécheur d'accueillir l'amour de Dieu. L'Evangile nous dit que le publicain est devenu "juste". Dans la Bible, ce mot ne signifie pas "équitable". L'homme juste c'est celui qui est capable de s'ajuster à Dieu dans un rapport de confiance absolue, d'accueillir la volonté du Seigneur et de s'y tenir par tous les moyens. Le juste c'est encore celui qui se laisse justifier par le Seigneur au lieu de se justifier lui-même.

L'idéal aurait été que ces deux hommes si opposés entre eux se mettent ensemble pour faire monter leur prière vers Dieu et qu'ils disent d'une même voix : "Prends pitié des pécheurs que nous sommes… Prends pitié de moi qui fais du tort aux autres… Prends pitié de moi qui me crois supérieur aux autres… Prends pitié de nous quand nous sommes fâchés entre nous…" Et le Seigneur aurait dit : "Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux." C'est cette prière commune qui nous permet de vraiment nous rapprocher de Dieu mais aussi des autres. Car le Seigneur est là pour nous dire qu'il se reconnaît en chacun d'eux. Et il veut nous apprendre à les regarder et à les aimer comme des frères et des sœurs.

Chaque dimanche, nous nous rassemblons à l'église pour prier. Nous sommes invités à unir notre prière à celle de tous les autres et à celle de tous les chrétiens du monde entier qui célèbrent le jour du Seigneur. Puissions-nous rentrer chez nous devenus "justes".

D'après diverses sources
Revenir en haut Aller en bas
 
30ème dimanche du temps ordinaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25ème dimanche du temps ordinaire
» 6ème dimanche du temps ordinaire
» 26ème dimanche du temps ordinaire
» 9ème dimanche du temps ordinaire
» 26ème dimanche du temps ordinaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Communion de prière :: Demande de prières d'intercession-
Sauter vers: