Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Semaine Sainte

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
ange

ange


Nombre de messages : 246
Localisation : France
Date d'inscription : 03/04/2020

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyDim 5 Avr - 14:32

La grande semaine, celle que l’on appelle -la Semaine Sainte-, débute avec le Dimanche des Rameaux.

Elle bouleverse tous les plans humains, et pourtant elle est un raccourci de tout le drame de l’humanité.

Dimanche des Rameaux, la foule a acclamé Jésus ; Vendredi, elle réclamera sa mort. Le Dimanche des Rameaux, Jésus a accepté les honneurs ; Vendredi, il acceptera les insultes, les coups, la mort.

Cette semaine, le Fils de Dieu se laisse enfermer dans la mort ; Dimanche 12 Avril, il sortira, transfiguré, du tombeau.

Bien aimé(e)s de Dieu, mains dans les mains, vivons cette Semaine Sainte dans la repentance, la prière et l’amour du prochain ; afin que le jour de Pâques nous puissions, tous contempler le visage resplendissant de Jésus Christ ressuscité d’entre les morts pour notre salut.

Bonne Semaine Sainte à toutes et à tous.
   ange

Semaine Sainte 17884610
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyDim 5 Avr - 17:36

MERCI Ange.

Nous allons essayer de continuer votre fil en l'alimentant tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyLun 6 Avr - 10:21

LUNDI SAINT 6 AVRIL 2020

Parfum d’ambiance Jean 12, 1-11 


Avec Marie, répandons le nard très pur de notre prière : prière du nom de Jésus (Ct 1, 3. 12), prière de repentance ou de compassion (saint Bernard), 


d’action de grâce ou de louange. 


Car n’est-ce pas ainsi que nous sommes appelés à embaumer notre maison commune : l’Église et le monde ? 


N’est-ce pas dans la prière que nous puiserons les forces nécessaires pour incarner la Parole jusqu’à ce que nous puissions dire avec saint Paul : « Ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20) ? 


 Sœur Emmanuelle Billoteau, ermite


« Un repas » Jean 12, 2 (p. 38) 


Ce repas à Béthanie, six jours avant la Pâque juive, baigne dans une atmosphère pascale déjà chrétienne. À la fois, il anticipe la mort de Jésus, dont le parfum répandu évoque l’ensevelissement, et il anticipe aussi, par la présence de Lazare, sa résurrection d’entre les morts. 


C’est la maîtresse de maison, Marthe, qui sert (le verbe employé est celui de la « diaconie »). Il annonce le dernier repas de Jésus et, déjà, préfigure ce « dîner » du Seigneur (« deipnon »), tel que Paul le nommera, et tel que le partageront, aussitôt après sa résurrection, ses premiers disciples. 


Un repas que le Seigneur ressuscité préside sous le mode de l’absence et par lequel ils continueront, à travers les siècles, à « proclamer [sa] mort, jusqu’à ce qu’il vienne » (1 Co 11, 26). 


Roselyne Dupont-Roc, bibliste

PRIONS EN ÉGLISE 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyLun 6 Avr - 19:25

Lundi Saint et l’onction de Béthanie (Jean 12, Is 42)

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 5 Avril 2020, 19:57pm



L’entrée dans la Semaine Sainte se fait à Béthanie, par une onction de parfum abondant généreux. Ce temps vient accomplir la révélation de Syméon à Marie : les cœurs se révèlent. Le fossé grandit, la rupture va s’accomplir, entre deux esprits. Le Jaloux, inquiet, captateur de la vie, semble le seul acteur et décideur. Il ne voit pas qu’il ne fera que révéler Dieu, un Dieu autre que le sien, Serviteur souffrant d’Isaïe, Fils de l’Homme en ce Verbe fait chair qui traverse les siècles et donne la vie, le Bien-Aimé du Père. Il y a Marthe, il y a Marie, il y a la foule, et il y a Lazare, Jésus et les douze… Et, à part, dans les ténèbres, des grands prêtres inquiets d’eux-mêmes. Et Judas, la faille en moi qui laisse entrer le [......] et la mort.

L’événement Béthanie me fait penser à ce qui deviendra eucharistie : un repas pascal avant l’heure. Marthe sert, telle une diaconesse, femme de l’ombre sans qui ce repas ne se vivrait pas, pour rassembler une communauté autour de leur Pasteur et agneau, Jésus, le Christ. Marie vient ouvrir les cœurs à Celui qui s’offre, comme un encens d’offertoire qui invite à accueillir et faire mémoire de Celui qui vient nous tourner, avec lui, vers son Père et notre Père. La foule est le fruit du grain qui va tomber en terre, assemblée mue par la foi et le désir de rencontrer la Vie, communauté eucharistique ! Ce repas dit l’assemblée des croyants venus s’exposer à la « faiblesse » de Dieu en son Fils, serviteur, grain bientôt enseveli pour notre Vie. Faiblesse apparente forte d’une infinie tendresse divine. Ce repas invite au silence intérieur.

Le chant du Serviteur évoque Jésus à son baptême : voici mon élu qui a toute ma faveur, sur lui repose mon esprit. Il établira le droit sur la terre. Il l’établira en étant, plus que serviteur, « fils » de Dieu jusqu’au bout. Rendons grâce pour Celui qui reçoit de Dieu d’être fils. « Aimez-vous comme je vous ai aimés », voici la loi nouvelle. Il ne s’accapare jamais Dieu, il le reçoit, il le partage à ses amis.

Olivier de Framond, compagnon jésuite



[size=13]Semaine Sainte Ob_5abec9_fleur[/size]


http://jardinierdedieu.fr/jn-12-is-42html
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyMar 7 Avr - 10:01

MARDI SAINT 7 AVRIL 2020 


le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces. » Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu. Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » – Parole du Seigneur.


Seuls, mais pas trop Isaïe 49, 1-6 ; Jean 13, 21-33. 36-38 Isaïe et Jean nous préparent à contempler la solitude du Christ aux derniers
moments de sa vie, la trahison de Judas ne faisant que précéder la défection des disciples. 


Une solitude qui est aussi un espace de relation au Père, qui ne cesse de « protéger par l’ombre de sa main », « de cacher » son élu « dans son carquois » (c’està-dire contre lui), malgré les apparences contraires. Ne craignons pas d’entrer dans cet espace avec lui, pour aborder les événements de la Passion et notre propre vie.  


Sœur Emmanuelle Billoteau, ermite

 @PRIONS EN EGLISE
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyMer 8 Avr - 10:38

Jérusalem, la ville qui tue Jésus.


En ce mercredi de la Semaine sainte, réfléchissons au mystère de notre liberté et de la possibilité du « refus de Dieu » que symbolise Jérusalem, la ville qui n’a pas voulu reconnaître que Dieu la visitait.


Semaine Sainte 169-dominus-flevit-3_0_548_411  



Lectio




Mt 23, 37


Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !


Contemplatio




Oratio


Sans tourner son visage,
Notre Roi est passé,
Il va devant nous.
Il suit jusqu’au bout
Le chemin tracé
A l’aube des âges.


Hors des murs de la ville,
Sous le ciel silencieux,
La croix est dressée.
Le Fils Bien-aimé
Dans les mains de Dieu
Rassemble sa vie.


Il n’est pas de ténèbres
Que ne brûle son jour,
Et tout s’accomplit.
Au feu de midi,
Le plus haut amour
Prendra sur la terre.




Méditer en musique


« Hagios o Theos, impropères », d’André Gouzes, chanté par les moines de Sylvanès, extrait de Office de la Croix, ADF Studio SM.


Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyMer 8 Avr - 11:12

Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyJeu 9 Avr - 10:15

Lectio divina pour le Jeudi saint



Jésus présente la coupe comme « la nouvelle Alliance en [son] sang ». Il fait ainsi écho aux paroles de Dieu, lors de la nuit de la première Pâque des Hébreux, scellée dans le sang d’un agneau : « Ce jour-là sera pour vous un mémorial. »


Semaine Sainte Leonard_0_445_334


Lectio



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 13, 1-15).


Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout. Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit :
« C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. » Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »




Meditatio



La mémoire du commencement


Le commencement fascine : à preuve les travaux des scientifiques sur le Big Bang initial. Aussi la Bible, l’Évangile de Jean, celui de Marc s’ouvrent par le mot «commencement» ; l’Évangile de Matthieu débute par une généalogie et aussi­tôt après (1,18) on lit : «Voici ce qu'il en fut de l'origine de Jésus-Christ». Luc dit dans son prologue qu'il s'est informé de tout «depuis les origines» (1,3). La sortie d’Égypte est considérée comme «le commencement des mois» (1ere lecture). Les textes relatant la Cène ne parlent pas directement de commencement mais de «nouvelle Alliance» (2e lecture), ce qui implique le départ d'un nouveau statut. C'est que le commencement est lourd d'une promesse ; il contient les clefs du présent et du futur. Commémorer le commencement, c'est reprendre conscience du sens de la trajectoire que l'on est en train de parcourir. La Cène est «fondatrice» parce qu'elle commence la nou­velle Pâque, en donne le sens et par là éclaire tout ce que nous avons à vivre. Et cette nouvelle Pâque est révélation de ce qui arrive depuis le commencement absolu : «Ce qui vous a libérés, (...) c'est le sang précieux du Christ, l'Agneau sans défaut et sans tache (comparez avec la 1re lecture). Dieu l'avait choisi dès avant la fondation du monde et il l'a manifesté pour vous à la fin des temps» (1 Pierre 1,18-21).


La mémoire du futur


Bien que cela n'apparaisse pas dans la 1re lec­ture, la Pâque juive est un repas d'actions de grâces . La Cène du Christ aussi («il rendit grâce») d'où le nom d'eucharistie (action de grâce) donné à sa réitération. Et pourquoi ce remerciement ? Certes pour le passé, le commencement, car le commencement est toujours don. Don de l'être et de la vie, don de la liberté, ce qui revient au même car la liberté est le pouvoir de vivre, de créer du «nouveau», de nous faire autres. Justement, le nouveau nous invite à regarder vers le futur. Aussi Israël, en Égypte, rend grâce à l'avance pour sa libération future ; Jésus rend grâce pour la résurrection à venir ; dans l'eucharistie, nous ren­dons grâce pour notre propre résurrection : «jusqu'à ce qu'il vienne» (2e lecture). La certitude du retour du Christ, c'est-à-dire de l'accom­plissement du Royaume, nous fait déjà exulter. Ou devrait nous faire exulter : c'est de notre vie qu'il s'agit et la foi consiste à nous réjouir de la certitude que, même dans les dents de la mort, Dieu nous engendre à la vie. L'eucharistie couvre donc la totalité de notre temps et toute l'histoire, du commencement à la fin.


Comment «faire mémoire»


Donc, nous célébrons la vie qui nous est et nous sera donnée, fruit de l'Alliance à la fois nouvelle et éter­nelle. Nous nous remettons en mémoire le don et le donateur ; le don passé, présent et à venir. Rendre grâce pour le don, c'est faire retour­ner le don à sa source, c'est redonner ce qui nous est donné. Dans «rendre grâce», il y a «rendre». Le don redonné, c'est l'échange qui boucle le cercle de l'amour. La fin rejoint le commencement. Mais comment redonner, comme retourner le don à Dieu origine ? Regar­dons le Christ. Passer à Dieu coïncide pour lui à passer aux hommes : «ceci est mon corps pour vous», dit-il (2e lecture). Commémorer le don reçu c'est, à notre tour, donner. La vraie mémoire du Christ, c'est la charité. C'est pour cela que, dans l’Évangile de Jean, à la place où nous devrions trouver un récit de la Cène, nous avons le récit du lavement des pieds, «afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous». Et quand le maître et Seigneur se fait serviteur, alors le ferment de division - fruit de la volonté de domination - perd toute sa force et l'unité devient réalité. Ne prenez pas ce paragraphe comme une sorte d'application moralisante. Il s'agit de se laisser porter par ce courant du don qui est le véhicule de la vie. Il n'est pas question d'adopter une attitude qui viendrait se surajouter à ce que nous som­mes mais de nous confier à la force qui nous constitue.



Ce commentaire n'est pas un traité de l'eucharistie : ne m'en veuillez pas de n'avoir pas tout dit!



père Marcel Domergue, jésuite



Contemplatio






Oratio




Pour le grain semé en terre qui meurt et porte beaucoup de fruit, Père, nous bénissons. Pour le pain remis entre nos mains, nous te bénissons. Pour les prémices de la vie que tu nous remets, nous te bénissons. En faisant mémoire de l’offrande de ton Fils nous rappelons le don que tu nous en fais. L’Esprit met ton nom dans nos cœurs. Il nous donne de te prier ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyJeu 9 Avr - 15:28

Un texte spirituel : le Seigneur de Pâques (Charles Singer)

On a essayé par la violence,
il a continué avec l’amour.
On a essayé par les crachats,
il a continué dans le silence.
On a essayé par le mensonge,
il a continué dans la transparence et la vérité.

On a essayé le découragement et la peur.
Il a continué dans la confiance en la volonté du Père.
On a essayé par l’humiliation et le ridicule.
Il a continué dans la dignité.
On a essayé par les clous,
il a continué avec le pardon.
On a essayé par la solitude et l’ angoisse.
Il a continué en se remettant entre les mains du Père.

 
Alors on a essayé par la mort, car la mort,
c’est connu, est la solution finale, personne ne peut aller au-delà,
car la mort est l’ultime puissance,
l’obstacle dernier sur lequel chacun trébuche,
même le plus grand, même le Fils,
fût-il le bien-Aimé de Dieu.
 
Mais il a continué.
Animé par l’amour du Père,
il est entré dans la mort
comme on entre dans un obstacle qui verrouille le passage !
 
Il a été brisé. Son corps, son âme.
Il est mort sur une croix.
Mais il a continué et il est passé : le Père l’a remis debout ! Il est Vivant !
 
Depuis ce jour-là, la violence et la haine n’ont plus le dernier mot !
 
C’est fait à jamais, la mort est définitivement entamée,
et l’entaille ira s’agrandissant,
car désormais la mort a perdu son pouvoir.
 
Pour l’éternité la pierre a été roulée, un passage a été ouvert :
c’est Pâques pour toujours !
 
Charles Singer (Saisons)


(dans le bulletin du Doyenné)
Revenir en haut Aller en bas
ange

ange


Nombre de messages : 246
Localisation : France
Date d'inscription : 03/04/2020

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Les Stations du Chemin de Croix   Semaine Sainte EmptyVen 10 Avr - 9:08

Traditionnellement, le Vendredi Saint à trois heures, les chrétiens du monde entier se recueillent quelques instants en souvenir de la mort de leur Seigneur.
Si l'on a l'occasion de prolonger cette prière, on peut méditer les stations du chemin de croix.

Si l'on suit les représentations iconographiques des lieux de culte, les stations sont généralement celles-ci :

1. Jésus condamné à mort.

2. Jésus est chargé de sa croix.

3. Jésus tombe une première fois.

4. Jésus rencontre sa mère

5. Simon aide Jésus à porter la croix.

6. Véronique essuie le visage de Jésus

7. Jésus tombe une deuxième fois.

8. Jésus console les femmes de Jérusalem.

9. Jésus tombe une troisième fois.

10. Jésus est dépouillé de ses vêtements.

11. Jésus est cloué à la croix.

12. Jésus est cloué sur la croix.

13.Jésus est détaché de la croix.

14. Jésus est mis au tombeau.


Actuellement, on aime débuter le chemin de croix par l'évocation de la Cène, et conclure par le souvenir de la Résurrection.
Ce qui porte à 16 le nombre de stations.
Ces stations, dont un certain nombre révèlent les traditions populaire, peuvent être remplacées par celles qui sont suggérées dans le récit de la Passion selon saint Luc.
Semaine Sainte 33a13110
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyVen 10 Avr - 10:11

Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyVen 10 Avr - 10:22

les sept paroles du Christ en Croix


Jésus a prononcé sept paroles sur la Croix, rapportés par les quatre évangélistes. Elles constituent son testament spirituel. Dans cette vidéo, à l’occasion de l’entrée dans le Triduum pascal, Croire vous propose de les méditer.





Semaine Sainte Jesus-prononce-paroles-Croix-Elles-constituent-testament-spirituel_0_729_407

Les 7 paroles du Christ en Croix



Jésus a prononcé sept paroles lorsqu’il était sur la croix.

Elles constituent, en quelque sorte, son testament spirituel.

Luc rapporte trois de ces paroles. Jean en donne trois autres. Marc et Matthieu ont retenu la dernière.





La 1re : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23, 34)



Jésus se tourne vers son Père pour qu’il pardonne. Nous sommes si peu conscients de la profondeur de nos fautes !



La 2e : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Luc 23, 43)



A la prière du bon larron Jésus répond par la promesse du Paradis. Accompagner le Christ dans sa souffrance, c’est le suivre partout.



La 3e : « Puis il dit au disciple : voici ta mère » (Jean 19, 27)



Marie devient la mère de Jean et ainsi de tous les disciples du Christ, qui deviennent frères. L’Église naît au pied de la croix.


La 4e : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15, 34)


Jésus reprend le cri de détresse du psaume 22, affirmant ainsi sa pleine humanité, jusque dans l’expérience de l’absence de Dieu.



La 5e : « J’ai soif. » (Jean 19, 28)



C’est le cri de l’homme martyrisé. C’est aussi le cri d’un Dieu qui a soif de l’amour de chacun.



La 6ème : « Tout est consommé. » (Jean 19, 30)



Jésus a bu le vin aigre des soldats, conformément à la prophétie. Mais il sait aussi qu’il accomplit le dessein de Dieu.


La 7e : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » (Luc 23, 46)



Jésus remet son esprit à Dieu. Pour Luc, il prononce ces mots au moment de mourir. Marc et Matthieu parlent seulement d’un grand cri. Chez Jean, il incline la tête.



Marguerite Lefebvre
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptyVen 10 Avr - 10:57

Lectio divina Vendredi Saint


Il y a peu de personnages dans la Bible qui ressemblent à ce mystérieux serviteur de Dieu. Qui est-il ? Le peuple rescapé de l’Exil, un roi sans puissance, un prophète persécuté…? Les chrétiens relisent ce texte en pensant à la passion de Jésus.


Semaine Sainte Grunewald_0_495_772  




[size=18]Lectio[/size]



Lecture du livre du prophète Isaïe


Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ; il montera, il s’élèvera, il sera exalté ! La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme ;



il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Il étonnera de même une multitude de nations ; devant lui les rois resteront bouche bée, car ils verront ce que, jamais, on ne leur avait dit, ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler. Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? Le bras puissant du Seigneur, à qui s’est-il révélé ? Devant lui, le serviteur a poussé comme une plante chétive, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes,


homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait,



nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié. Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs,


i
l n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple. On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche. Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira. Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes,


il se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs.




Meditatio




Jésus, le serviteur



assons sur le langage sacrificiel de la première lecture (Isaïe 52,13-53,12). Nous savons que l’on peut utiliser ces images à condition de ne pas les prendre au pied de la lettre. D’ailleurs les quatre évangélistes ont écrit la passion du Christ sans jamais éprouver le besoin de recourir au langage sacrificiel. Paul Beauchamp a bien expliqué, dans Psaumes nuit et jour, que les auteurs évangéliques, par des petites touches, par des allusions littéraires, se sont arrangés pour nous montrer que Jésus se coulait, en quelque sorte, dans l'habit du serviteur, qu'il en prenait le masque, le personnage. Or, ces vieux chants du serviteur, tout prophétiques qu'ils soient, parlaient bien de quelqu'un, d’un personnage existant ou ayant existé. On n'a pas réussi à savoir de qui il s'agissait. En fait, la description de l'homme persécuté, bafoué, chargé des péchés des autres, peut s'appliquer à beaucoup de personnages. C'est la multitude de nos victimes, de tous ceux à qui nous faisons porter la responsabilité de nos malheurs. En entrant dans « peau » du serviteur, en faisant sien son programme, Jésus se met donc dans la situation de toutes les victimes du monde, de tous les hommes rejetés et persécutés. Seulement, il réalise mieux que tous autres le programme du serviteur ; il en accomplit la figure à un point inouï, indépassable. En effet, il est le juste par excellence. On peut trouver des raisons, bonnes ou mauvaises, pour haïr quelqu'un. Pour le Christ se vérifie cette parole de l’Écriture : « Ils m'ont haï sans raison.» Ainsi est démasqué le péché de l'homme qui est haine de Dieu parce qu'il est haine de la vie, de la vraie justice, de l'amour. Ainsi également est dévoilé l'amour de Dieu, qui se met dans la situation, la posture, de l'homme écrasé.



Bouche bée



Pourquoi les rois restent-ils bouche bée, sans parole ? D’où vient cette stupéfaction ? Elle vient de la découverte de l'innocence et de l'exaltation du serviteur. Brusquement, devant ce cadavre, les hommes prennent conscience de leur crime : « Et nous, nous l’avons méprisé, compté pour rien.» Et voilà l'éclatement de la vérité : « C'étaient nos souffrances qu'il portait, nos douleurs dont il était chargé. » Dans les synoptiques, le centurion, après la mort du Christ dit : « Cet homme était juste » ; les gens s'en retournent en se frappant la poitrine. Dans saint Jean : « Ils tourneront leurs regards qu'ils ont transpercé. » Beaucoup de psaumes demandent à Dieu l’anéantissement des persécuteurs, et cela choque les bons chrétiens, comme s'ils n'avaient jamais éprouvé haine ni rancune (la Parole de Dieu vient nous chercher là où nous sommes pour nous faire aller ailleurs). Justement, avec la prophétie du serviteur, la haine, la rancune dépassées : les persécuteurs ne sont pas détruits mais convertis par ce qu'ils voient. Aussi, une fois « élevé de terre » par la fureur homicide, une fois affiché sur la croix, le Christ attire tout à lui. Il n’est pas question ici de bons et de méchants : chacun est dévoilé méchant, se reconnaît tel et se tourne vers la victime. Ce regard vers le transpercé est le seuil du salut, et le seuil de la « justification ».



« Regarder vers », qu'est-ce que c'est ?



D'abord, il s'agit de ne pas détourner les yeux du spectacle de la faiblesse de l'homme. Découvrir là notre pauvreté fondamentale, notre nudité originelle. Mais il s'agit également de ne pas escamoter le fait que c'est nous qui « l'avons transpercé » : ce regard est un aveu. S'en retourner en se frappant la poitrine n'est pas suffisant ; il ne faut pas s'en retourner ni se détourner : il faut rester là, et regarder. Prendre conscience. C'est nous qui sommes sur la croix. Meurtre suicidaire. Descendons au plus profond de notre mal. Pourtant, « regarder vers » veut dire davantage : si tel parti politique me déçoit, je peux « regarder vers » un autre. Toutes proportions gardées, c'est en ce sens-là qu'il faut « se tourner vers » le Christ. C'est lui qui est le signe du salut (voir Sagesse 16,5- 7). Ce retournement vers le Christ crucifié est déjà résurrection : reconnaître dans le Christ mis à mort la surabondance de la vie et de l'amour, c'est entrer dans son exaltation.



P. Marcel Domergue, sj




Contemplatio




Oratio



« La parole en silence se consume pour nous. » Le Fils de l’homme affronte la nuit, notre nuit,
et il change nos ténèbres en lumière ! Béni sois-tu, Père, toi qui accueilles son offrande quand il se remet entre tes mains. Nos cœurs s’ouvrent à l’espérance. La mort n’aura pas le dernier mot : nous vivrons ! Du côté ouvert du Christ a jailli une source de vie et l’Esprit fait monter en nous sa prière.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptySam 11 Avr - 3:52

Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, vénèrera la Sainte Couronne d'épines au coeur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, à quelques jours du 1er anniversaire de l'incendie qui a ravagé l'édifice en 2019. Mgr Michel Aupetit entrera dans la cathédrale Notre-Dame de Paris à 11h30, accompagné de Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale et de Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire de Paris. Il vénèrera la Sainte Couronne d'épines, sauvée des flammes de l'incendie. Un temps de méditation suivra : des textes d'auteurs tels que Marie-Noël, Paul Claudel, Charles Peguy ou Mère Teresa seront lus par Mme Judith Chemla et par M.Philippe Torreton avec, en alternance, des pièces de musique interprétées par M. Renaud Capuçon. Production : BFM TV. Un événement diffusé en direct sur BFM TV et sur KTO.

Revenir en haut Aller en bas
ange

ange


Nombre de messages : 246
Localisation : France
Date d'inscription : 03/04/2020

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Samedi Saint, jour de silence de Dieu   Semaine Sainte EmptySam 11 Avr - 9:15


Samedi Saint, jour du silence de Dieu, "l'amour silencieux" (Pape François)


Le Samedi Saint est le jour du silence de Dieu.

Ce doit être un jour de silence et nous devons tout faire pour que, pour nous, ce soit précisément une journée de silence, comme ce fut alors le cas : le jour du silence de Dieu.

Déposé dans le sépulcre, Jésus partage avec toute l’humanité le drame de la mort.

C’est un silence qui parle et qui exprime l’amour en solidarité avec les personnes abandonnées de toujours, que le Fils de Dieu rejoint en comblant le vide que seule la miséricorde infinie de Dieu le Père peut remplir.

Dieu se tait, mais par amour.

En ce jour, l’amour – cet amour silencieux – devient attente de la vie dans la résurrection.

Réfléchissons, le Samedi Saint : cela nous fera du bien de penser au silence de la Vierge Marie, « celle qui a cru » et qui, dans le silence, était dans l’attente de la Résurrection.

La Vierge Marie devra être l’image, pour nous, de ce Samedi Saint. Bien réfléchir à la façon dont la Vierge Marie a vécu ce Samedi Saint : dans l’attente.

C’est l’amour qui ne doute pas, mais qui espère dans la parole du Seigneur, pour qu’elle devienne manifeste et resplendissante le jour de Pâques.

C’est tout un grand mystère d’amour et de miséricorde.


Semaine Sainte Ob_f3f11
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptySam 11 Avr - 10:05

Lectio divina Samedi Saint


Le Samedi Saint, l’Église est en silence et prie les psaumes.


Semaine Sainte Rubens22_0_730_1016  



Lectio



Psaume : 63


2 Écoute, ô mon Dieu, le cri de ma plainte ;
face à l’ennemi redoutable, protège ma vie.
3 Garde-moi du complot des méchants,
à l’abri de cette meute criminelle.

4 Ils affûtent leur langue comme une épée,
ils ajustent leur flèche, parole empoisonnée,
5 pour tirer en cachette sur l’innocent ;
ils tirent soudain, sans rien craindre.

6 Ils se forgent des formules maléfiques, +
ils dissimulent avec soin leurs pièges ;
ils disent : « Qui les verra ? »

7 Ils machinent leur crime : +
Notre machination est parfaite ;
le cœur de chacun demeure impénétrable !

8 Mais c’est Dieu qui leur tire une flèche, +
soudain, ils en ressentent la blessure,
9 ils sont les victimes de leur langue.

Tous ceux qui les voient hochent la tête ;
10 tout homme est saisi de crainte :
il proclame ce que Dieu a fait,
il comprend ses actions.

11 Le juste trouvera dans le Seigneur
joie et refuge, *
et tous les hommes au cœur droit,
leur louange.




Meditatio



HOMÉLIE ANCIENNE


« Éveille-toi, ô toi qui dors »

Que se passe-t-il ? Aujourd’hui, grand silence sur la terre ; grand silence et ensuite solitude parce que le Roi sommeille. La terre a tremblé et elle s'est apaisée, parce que Dieu s'est endormi dans la chair et il a éveillé ceux qui dorment depuis les origines. Dieu est mort dans la chair et le séjour des morts s'est mis à trembler. ~

C'est le premier homme qu'il va chercher, comme la brebis perdue. Il veut aussi visiter ceux qui demeurent dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort. Oui. c'est vers Adam captif, en même temps que vers Ève, captive elle aussi, que Dieu se dirige, et son Fils avec lui, pour les délivrer de leurs douleurs. ~

Le Seigneur s'est avancé vers eux, muni de la croix, l'arme de sa victoire. Lorsqu'il le vit, Adam, le premier homme, se frappant la poitrine dans sa stupeur, s'écria vers tous les autres : « Mon Seigneur avec nous tous ! » Et le Christ répondit à Adam : « Et avec ton esprit ». Il le prend par la main et le relève en disant : Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera.

« C'est moi ton Dieu, qui, pour toi, suis devenu ton fils ; c'est moi qui, pour toi et pour tes descendants, te parle maintenant et qui, par ma puissance, ordonne à ceux qui sont dans les chaînes : Sortez. À ceux qui sont dans les ténèbres : Soyez illuminés. À ceux qui sont endormis : Relevez-vous.

« Je te l'ordonne : Éveille-toi, ô toi qui dors, je ne t'ai pas créé pour que tu demeures captif du séjour des morts. Relève-toi d'entre les morts : moi, je suis la vie des morts. Lève-toi, œuvre de mes mains ; lève-toi, mon semblable qui as été créé à mon image. Éveille-toi, sortons d'ici. Car tu es en moi, et moi en toi, nous sommes une seule personne indivisible.

« C'est pour toi que moi, ton Dieu, je suis devenu ton fils ; c est pour toi que moi, le Maître, j'ai pris ta forme d'esclave ; c'est pour toi que moi, qui domine les cieux, je suis venu sur la terre et au-dessous de la terre ; c'est pour toi, l'homme, que je suis devenu comme un homme abandonné, libre entre les morts ; c'est pour toi, qui es sorti du jardin, que j'ai été livré aux Juifs dans un jardin et que j'ai été crucifié dans un jardin.

« Vois les crachats sur mon visage ; c'est pour toi que je les ai subis afin de te ramener à ton premier souffle de vie. Vois les soufflets sur mes joues : je les ai subis pour rétablir ta forme défigurée afin de la restaurer à mon image.

« Vois la flagellation sur mon dos, que j'ai subie pour éloigner le fardeau de tes péchés qui pesait sur ton dos. Vois mes mains solidement clouées au bois, à cause de toi qui as péché en tendant la main vers le bois. ~

« Je me suis endormi sur la croix, et la lance a pénétré dans mon côté, à cause de toi qui t'es endormi dans le paradis et, de ton côté, tu as donné naissance à Ève. Mon côté a guéri la douleur de ton côté ; mon sommeil va te tirer du sommeil des enfers. Ma lance a arrêté la lance qui se tournait vers toi.

« Lève-toi, partons d'ici. L'ennemi t'a fait sortir de la terre du paradis ; moi je ne t'installerai plus dans le paradis, mais sur un trône céleste. Je t'ai écarté de l'arbre symbolique de la vie ; mais voici que moi, qui suis la vie, je ne fais qu'un avec toi. J'ai posté les chérubins pour qu'ils te gardent comme un serviteur ; je fais maintenant que les chérubins t'adorent comme un Dieu. ~

« Le trône des chérubins est préparé, les porteurs sont alertés, le lit nuptial est dressé, les aliments sont apprêtés, les tentes et les demeures éternelles le sont aussi. Les trésors du bonheur sont ouverts et le royaume des cieux est prêt de toute éternité. »




Contemplatio






Oratio



Près de la tombe scellée
les gardes veillent ;
et pourquoi, si la vie est vaincue ?
Mais en ton cœur, Vierge Marie,
quelle espérance veille ?
Comme jadis dans le Temple,
retrouveras-tu, au troisième jour,
celui que tu appelles dans la nuit :
« Lève-toi, bien-aimé,
montre-moi ton visage. »

Lève-toi, bien-aimé,
montre-nous ton visage.

J’ai cherché celui que mon cœur aime,
je l'ai cherché sans le trouver.

Avant que souffle la brise du jour,
que les ténèbres disparaissent, reviens !

Réveille-toi, mon bien-aimé,
voici l'heure de ton bon plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

Espérance


Nombre de messages : 3941
Age : 76
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte EmptySam 11 Avr - 22:43

NOUS VIVONS, ACTUELLEMENT, LE DRAME DE LA PASSION :


Qui dit qu’il n’y a pas de Semaine Sainte ?

N’avez-vous pas vu l’immense procession de personnes, sans tunique, ni ceinture, ni capuche, testées positives du coronavirus ?

Ne voyez-vous pas la Via Crucis du personnel soignant remonter le Calvaire de la pandémie, débordant de force et l’angoisse de ne pas pouvoir tenir bon au cœur ?

Celui qui dit que le Nazaréen ne sortira pas pour cette Semaine Sainte, n’a pas vu les médecins en blouse blanche et au cœur sensible, qui portent la croix de douleur des personnes touchées ?

Ne voyez-vous pas autant de scientifiques, transpirer sang et eau, comme à Gethsémani, pour trouver un traitement tel un vaccin ?

Ne dites pas que Jésus ne passe pas dans les rues cette année, alors qu’il y a tant de gens qui doivent travailler pour apporter nourriture et médicaments à tout le monde ?

N’avez-vous pas vu le nombre de Cyrénéens s’offrir d’une manière ou d’une autre pour porter les lourdes croix ?

Ne voyez-vous pas combien de personnes, des Véroniques, sont exposées à l’infection pour essuyer le visage des personnes touchées ?

Qui a dit que Jésus ne tombait pas à terre à chaque fois que nous entendons le chiffre froid de nouvelles victimes ?

N’est-ce pas autant de maisons de repos, remplies de personnes âgées aux facteurs à risque les plus élevés et de leurs soignants, qui vivent la Passion ?

N’est-pas comme une Couronne d’épines pour les enfants qui doivent vivre cette crise enfermés, sans trop comprendre et sans courir dans les parcs et les rues ?

Ne se sentent-ils pas injustement condamnés : les écoles, les universités et tant de magasins obligés de fermer ?

Tous les pays du monde, ne se sont-ils pas frappés, flagellés, par le fléau de ce virus ?

Ne sont-ils pas comme Ponce Pilate qui se lave les mains, les dirigeants qui cherchent simplement à tirer un avantage politique de la situation ?

Ne souffrent-elles pas, impuissantes comme les disciples sans le Maître, autant de familles confinées à la maison, beaucoup avec des problèmes, ne sachant pas comment et quand tout finira ?

Le visage douloureux de Marie, ne se reflète-t-il pas dans celui tant de mères et de membres de famille, souffrant de la mort -en plus à distance -d’un être cher ?

N’est-elle pas comme le dépouillement d’un vêtement, l’angoisse de tant de familles et de petites entreprises qui voient leurs économies s’évanouir ?

L’agonie de Jésus n’est-elle pas liée au manque de respirateurs dans les unités de soins intensif de tant de pays ?

Ne dites pas : pas de Semaine Sainte, ne le dites pas, car le DRAME DE LA PASSION n’a surement presque jamais été aussi réel et authentique.

(auteur : un des frères de l'abbaye de Belloc - Pyrénées Atlantiques)





Semaine Sainte 20190811
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Semaine Sainte Empty
MessageSujet: Re: Semaine Sainte   Semaine Sainte Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Semaine Sainte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semaine Sainte 2013
» Semaine sainte orthdoxe copte en direct
» La Semaine Sainte 2019 avec les Carmes
» Proposition pour la Semaine Sainte
» Dimanche des Rameaux et Semaine Sainte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Echanges autour de la prière :: Rosaires, neuvaines, textes de prières, audios, vidéos...-
Sauter vers: