Communion de prière AGAPE

Site créé le 15 Août 2005 jour de l'Assomption
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Evangile du dimanche et commentaire

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 29 Oct - 10:23

dimanche 29 octobre 2017

Matthieu (22, 34‑40)

En ce temps-là, les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »


Aimer Dieu, c’est aimer ceux qu’il aime

Nous connaissons la manière dont Jésus lie les deux grands commandements :

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit » et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». « Ils sont semblables» (cf. Mt 22, 39), dit-il.

Saint Jean développe :

« Celui qui n’aime pas son frère, qu’il voit, est incapable d’aimer Dieu, qu’il ne voit pas » (1 Jn 4, 20).

Cette articulation mérite d’être creusée.

Que signifie aimer Dieu ?

La suite du premier commandement nous donne une première indication : « Vous observerez avec soin les commandements du Seigneur votre Dieu », puis : « Tu feras ce qui est droit et bon aux yeux du Seigneur » (Dt 6, 17. 18).

Il s’agit d’entrer dans le projet de Dieu. Aimer Dieu, c’est aimer ce qu’il aime et ce qu’il veut.

C’est épouser son dessein bienveillant. Ce dernier se révèle en Jésus Christ. Son incarnation, sa mort et sa résurrection nous disent la valeur inestimable qu’a tout homme aux yeux de Dieu, puisque tout homme est celui pour qui Jésus a livré sa vie.

En entrant, par un amour sincère, dans le dessein d’amour du Père, nous sommes conduits immanquablement, à cause de ce que l’on pourrait appeler un partage de vue, à regarder notre prochain dans l’amour que Dieu lui porte.

« L’amour du prochain […] consiste précisément dans le fait que j’aime aussi, en Dieu et avec Dieu, la personne que je n’apprécie pas ou que je ne connais même pas. Cela ne peut
se réaliser qu’à partir de la rencontre intime avec Dieu, une rencontre qui est devenue communion de volonté pour aller jusqu’à toucher le sentiment » (Deus caritas est n°18, Benoît XVI). 

Père Emmanuel Schwab, curé de la paroisse Saint-Léon (Paris)

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: 1er Novembre : Fête de la Toussaint   Mar 31 Oct - 17:36

Fête de la Toussaint

(Mt 5,1-12a):

Quand Jésus vit la foule, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche, il se mit à les instruire. Il disait: «Heureux les pauvres de coeur: le Royaume des cieux est à eux! Heureux les doux: ils obtiendront la terre promise! Heureux ceux qui pleurent: ils seront consolés! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés! Heureux les miséricordieux: ils obtiendront miséricorde! Heureux les coeurs purs: ils verront Dieu! Heureux les artisans de paix: ils seront appelés fils de Dieu! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice: le Royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous si l'on vous insulte, si l'on vous persécute et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux! C'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés».

Regarder l’amour du Père

Nous ne fêtons pas les saints pour ce qu’ils ont d’unique et d’irremplaçable, mais pour leur universalité.

Leurs vies particulières sont les écrins d’un don que Dieu fait à tous les hommes : l’appeler Père. Les saints manifestent l’amour d’un Dieu qui nous appelle ses enfants.

« Bien aimés, dit saint Jean dans sa lettre, dès maintenant nous sommes enfants de Dieu mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. »

Nous sommes déjà fils et filles de Dieu, mais pas encore pleinement habités par son amour.

Les saints tournent notre regard vers le très grand amour du Père jusqu’au moment où « nous le verrons tel qu’il est ».

Et, voyant l’amour de Dieu pleinement, les saints lui sont semblables et deviennent ses enfants. La vie des ceux que nous fêtons aujourd’hui éclaire le face-à-face avec Dieu qui nous attend, manifestation des entrailles de l’amour du Père.

L’Apocalypse nous dévoile un pan de ce face-à-face. Il l’élargit à « une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer ».

Cette foule nous sort de nos particularismes et de notre désir d’intimité exclusive.

Par son regard tourné vers l’Agneau, elle nous ouvre à l’universel de « toutes nations, tribus, peuples et langues ».

Le Christ est venu pour sauver tous les hommes.

Heureux ceux qui l’accueillent ! Pauvre de coeur, doux, assoiffé de justice, miséricordieux ou artisan de paix, chaque saint creuse dans sa vie un sillon.

Il participe au bouquet des Béatitudes. La promesse qui leur est faite est notre aiguillon du jour :

« Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse. » Le Fils est l’aîné d’une multitude de saints.

Père Nicolas Tarralle, assomptionniste

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Mar 31 Oct - 17:39


_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 4 Nov - 19:45

Dimanche 5 novembre 2017

saint Matthieu 23,1-12.

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples,
et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse.
Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas.

Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.

Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ;

ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues
et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.
Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères.

Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux.

Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »


S’abaisser et devenir serviteur

Sommes-nous de ceux qui pensent qu’être chrétien, c’est suivre un catalogue de bonne conduite ? Cocher chaque case d’une liste de choses à faire ?

Les lectures de ce dimanche ouvrent un autre chemin.

À l’époque du prophète Malachie, il semble que la confusion règne autour de la Loi, au point d’avoir fait oublier que Dieu est l’unique, Père et Créateur. Au temps de Jésus, il apparaît urgent de rappeler aux foules et aux disciples qu’ils n’ont qu’un seul Père, Dieu, et qu’un seul Maître, le Christ, quitte à caricaturer les scribes et les pharisiens du moment.

L’Apôtre Paul identifie l’expérience spirituelle des chrétiens de Thessalonique : ils ont accueilli la parole de Dieu pour ce qu’elle est, une parole à l’œuvre chez les croyants.

Avec eux, il nous revient d’emprunter ce chemin, celui de l’accueil de la parole de Dieu, autrement dit, du Christ et par lui, du Père et de l’Esprit.

Ainsi, laisser agir la Parole en nous-mêmes équivaut à prendre le chemin du Fils : s’abaisser et devenir serviteur. « S’abaisser », c’est vivre pleinement notre condition humaine, avec ses conquêtes scientifiques et ses désirs de mieux-être, avec ses échecs et ses paradoxes.

Mais il n’y a pas d’abaissement sans l’humilité de reconnaître que la vie appartient à Dieu.

Aussi, « devenir serviteur », suppose de placer toutes les dimensions de notre vie – relationnelle, économique, socio-politique, écologique – dans l’espérance de l’accomplissement du royaume de Dieu.

Un « serviteur » s’informe, considère et assume l’impact de ses actions. Alors ? Un catalogue de bonne conduite ? Oui, mais s’il est le fruit de l’Esprit de Dieu.

Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise/Dimanche-5-novembre

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 11 Nov - 19:57

dimanche 12 novembre 2017

saint Matthieu 25,1-13.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole :

« Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux.

Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes :

les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile,

tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile.

Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.

Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.”

Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe.

Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.”

Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.”

Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.

Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !”
Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.”

Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »


Veillez !

Les veillées sont faites pour durer.

Souvenons-nous des feux de camp de notre jeunesse.Nous ne souhaitions pas en voir la fin.

Et les soirées en famille ou entre amis peuvent durer.

Veiller n’est pas un mot à la mode aujourd’hui.

Nous sommes plutôt dans l’immédiateté que dans l’attente. La communication est immédiate par Internet et les réseaux sociaux.

Les files d’attentes semblent interminables.

Dans la vie de la foi, veiller suscite l’espérance, une des plus belles vertus.

Elle nous fait tendre à la sagesse et implique une progression de la qualité de la vie spirituelle.

Mais elle demande un réel investissement de notre part et, en fait, une décision de nous engager dans cette durée.

L’espérance provoque un enracinement de plus en plus profond dans la relation au Christ, source de vie et de lumière.

Nous passons notre vie à rechercher la sagesse qui conduit à Dieu, à travers l’intériorité, la spiritualité, la prière et à travers nos actes qui témoignent, explicitement ou non, de notre proximité du Christ.

La sagesse donne de discerner et de nous rapprocher du Christ et des autres.

L’espérance se construit jour après jour, fondée déjà sur notre conviction intime que le Christ est mort et ressuscité. C’est le fondement de la vie chrétienne.

L’Évangile redit, à travers la parabole des jeunes filles invitées à la noce, la nécessité de prévoir l’arrivée de l’Époux.

Il vient certes. Il est déjà là. Nous avons le désir profond de vivre avec lui, parfois avec nonchalance parce que nous aimons l’immédiat.

Dans la relation humaine et spirituelle, rien n’est immédiat. Tout se reçoit et se donne.

Père Tommy Scholtes, jésuite, Prions en Église Belgique

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 26 Nov - 10:43

dimanche 26 novembre 2017

Solennité du Christ Roi de l'Univers


ÉVANGILE DU JOUR

(Mt 25, 31-46)
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : ‘Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !’ Alors les justes lui répondront : ‘Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?’ Et le Roi leur répondra : ‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.’  Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : ‘Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.’ Alors ils répondront, eux aussi : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?’ Il leur répondra : ‘Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.’Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Voir et reconnaître

À l’écoute des lectures de ce jour, il est bien difficile de ne pas se sentir personnellement concerné. Serai-je compté parmi les brebis ou parmi les boucs, à l’heure du jugement ?

Chacun se questionne intérieurement.

Ce faisant, la culpabilité morbide qui sommeille en nous n’est pas loin.

Mais, plutôt que de comptabiliser les oeuvres de miséricorde que nous avons accomplies et de juger nous mêmes de notre salut personnel, il est bon de se rappeler que les Écritures saintes contiennent la parole révélatrice de Dieu.

Dieu se révèle, c’est-à-dire qu’il se communique lui même pour que nous soyons amenés à le reconnaître et à nous voir tels que nous sommes devant lui.

Voir et reconnaître ! Qu’ils aient pris soin des plus vulnérables ou qu’ils s’en soient détournés, les sujets des nations rassemblées n’ont pas vu. Ils n’ont pas vu que Dieu a élu domicile en chacun des plus petits. Ils ne l’ont reconnu ni dans le visage exsangue du malade accompagné, ni dans le migrant secouru ou abandonné sur le bord du chemin.

C’est pourtant dans la plus grande de ces fragilités que se révèle la royauté du Christ. Le roi de gloire est aux côtés de l’humanité oubliée, dans les fossés, aux périphéries de nos vies, là où l’amour a le pouvoir de sauver.

Si les lectures du jour disent avec force l’urgence des oeuvres de miséricorde, elles nous rappellent aussi que Dieu seul accueille en son royaume ceux qu’il a reconnus justes.

Renonçant à gagner notre salut, nous apprendrons à voir avec le regard du Christ et à agir en disciples. Alors nous lui appartiendrons.

Marie-Dominique Trébuchet, enseignante à l’Institut catholique de Paris

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise/Dimanche-26-novembre-2017




_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 9 Déc - 20:09

Dimanche 10 décembre 2017

Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Marc 1 : 1 à 8

« Rendez DROITS les SENTIERS du SEIGNEUR »

Commencement de l’Évangile de JÉSUS,
CHRIST, FILS de DIEU.
Il est écrit dans Isaïe, le Prophète :
Voici que J’envoie mon messager en avant de TOI,
pour ouvrir Ton CHEMIN.
Voix de celui qui crie dans le désert :
Préparez le CHEMIN du SEIGNEUR,
rendez DROITS ses SENTIERS.
Alors Jean, celui qui baptisait,
parut dans le désert.
Il proclamait un baptême de conversion
pour le pardon des péchés.

Toute la Judée, tous les habitants de Jérusalem
se rendaient auprès de lui,
et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain,
en reconnaissant publiquement leurs péchés.
Jean était vêtu de poil de chameau,
avec une ceinture de cuir autour des reins ;
il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Il proclamait :
« Voici venir derrière moi
CELUI qui est PLUS FORT que moi ;
je ne suis pas digne de m’abaisser
pour défaire la courroie de Ses Sandales.
Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau ;
LUI vous baptisera dans l’ESPRIT SAINT. »


Le Seigneur vient
Et alors, c’est pour quand ? Dans la deuxième lecture de ce dimanche, Pierre fait patienter les chrétiens de l’Église primitive pressés de voir accomplir la promesse du Seigneur.
En fait, soutient l’apôtre (2 P 3, 9), ce n’est pas le Seigneur qui tarde à revenir, mais eux-mêmes, les chrétiens, qui ne sont pas encore prêts à le recevoir.
Car le Seigneur attend d’être reçu par tous, au moment où toute la Création sera tournée vers lui. C’est cela qui hâte son retour glorieux.
Et l’apôtre rappelle à ses destinataires le psaume : « À tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit » (Ps 89 [90], 4).
Autrement dit, ce n’est pas le décompte des jours ni des heures qui mesure l’attente du retour du Seigneur, mais la sainteté et la piété avec lesquelles le croyant avance dans la vie. Autre temps, mais toujours une même attente.
La liturgie nous plonge dans l’Avent, temps d’attente et de préparation à la naissance de Jésus. Cependant, ainsi que nous l’affirmons dans chaque eucharistie, le Christ est venu, il est là et il reviendra.
Avec la résurrection du Christ, nous sommes entrés dans une autre dimension du temps et de l’espace. La liturgie nous permet de faire mémoire de la longue attente messianique et de la naissance du Fils de Dieu.
Et en même temps, de cultiver, avec toute l’Église, l’espérance d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle. Au moment de dresser la crèche, de lire et méditer l’Écriture, de poser un geste de solidarité et de partage, d’organiser la fête et de trouver les cadeaux à offrir…
rappelons nous : le Seigneur vient. Il compte sur nous pour hâter sa venue.
Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église
http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 30 Déc - 21:01

dimanche 31 décembre 2017


La Sainte Famille 

Texte de l'Évangile (Lc 2,22-40): Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi: Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur: un couple de tourterelles ou deux petites colombes.

Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C'était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d'Israël, et l'Esprit Saint était sur lui. L'Esprit lui avait révélé qu'il ne verrait pas la mort avant d'avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l'Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l'enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient. Syméon prit l'enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant: «Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s'en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples: lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël ton peuple». Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère: «Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. —Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée—. Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre».

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d'Aser. Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s'éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S'approchant d'eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l'enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu'ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L'enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.




COMMENTAIRE

«Les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur»

Abbé Joan Ant. MATEO i García
(La Fuliola, Lleida, Espagne)


Aujourd'hui, nous fêtons la Sainte Famille. Notre regard s'étend à tout ce qui entoure le centre de la crèche —Jésus— afin de contempler tout près de Lui, Marie et Joseph. Le Fils éternel du Père passe de sa famille éternelle à sa famille terrestre composée par Marie et Joseph. Quelle importance doit avoir une famille aux yeux de Dieu pour que ce soit la première chose qu'il procure à son Fils sur terre!

Jean Paul II, dans sa lettre apostolique Le Rosaire de la Vierge Marie, a fait remarquer à nouveau l'importance capitale de la famille comme base de l'Église et de la société humaine, et nous exhortait à prier pour la famille et à prier le Rosaire en famille afin de revitaliser cette institution. Si la famille va bien, la société et l'Église iront bien.

L'évangile nous dit que l'Enfant grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse. Jésus a ressenti la chaleur d'une famille qui se construisait à travers les relations réciproques de l'amour. Comme ce serait bon et profitable si nous nous engagions plus à construire notre famille!: en ayant plus d'esprit de sacrifice et de prière, avec amour réciproque avec une plus grande capacité pour comprendre et pardonner. Nous goûterions déjà —comme dans le foyer de Nazareth— le ciel et la terre! De nos jours, la reconstruction de la famille est une des tâches les plus urgentes. Les parents, comme le rappelle le Concile Vatican II, jouent un rôle irremplaçable: «Le rôle des parents est, en effet, de créer une atmosphère familiale, animée par l'amour et la piété envers Dieu et les hommes, qui favorise l'éducation intégrale, personnelle et sociale de leurs enfants». C'est dans le cercle de la famille que nous apprenons le plus important: à être des êtres humains.

Finalement, pour les chrétiens parler de la famille c'est parler de l'Église. L'évangéliste Saint Luc nous dit que les parents de Jésus l'amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. Cette offrande est une image de l'offrande du sacrifice du Fils au Père, fruit duquel sont nés les chrétiens. L'approfondissement de cette bienheureuse réalité nous ouvrira l'esprit à une plus grande fraternité et nous conduira à aimer l'Église encore plus.

http://evangeli.net/evangile/jour/2017-12-31

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 6 Jan - 19:18

Dimanche 7 janvier 2018

Épiphanie du Seigneur, Solennité

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,1-12.
[size=36]J
ésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem[/size]

et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l’orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »


En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui.


Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.
Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
‘Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël.’ »


Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;
puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »


Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.


Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.


Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.



Commentaire du jour
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre, copatronne de l'Europe
Vie cachée et Epiphanie (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 245)



[ltr]« Le Christ est notre paix : d'Israël et des païens il a fait un seul peuple ; par sa chair il a fait tomber le mur de la haine qui les séparait » (Ep 2,14) [/ltr]


[ltr]       Les personnes réunies autour de la crèche nous offrent déjà une image de l'Église et de son déploiement. Les représentants de l'ancienne lignée royale à qui était promis le Sauveur du monde et les représentants du peuple croyant font le lien entre l'ancienne et la nouvelle Alliance. Les rois du lointain Orient figurent les peuples païens qui devaient recevoir le salut de Juda (Jn 4,22). Ainsi, « l'Église issue des Juifs et des païens » est déjà présente ici.

      À la crèche, les rois mages sont les représentants des chercheurs de Dieu de tous pays et de toutes nations. La grâce les a conduits avant même qu'ils n'appartiennent à l'Église visible. [/ltr]



[ltr]Un pur désir de la vérité les habitait, qui ne s'en tenait pas aux limites des enseignements et des traditions de leurs pays. Parce que Dieu est vérité et qu'il veut se laisser trouver par ceux qui le cherchent de tout leur cœur (Jr 29,13), l'étoile devait tôt ou tard briller aux yeux de ces sages pour leur indiquer le chemin vers la vérité. C'est ainsi qu'ils se sont retrouvés devant la Vérité faite homme, qu'ils se prosternent en l'adorant et déposent à ses pieds leur couronne car, comparées à elle, toutes les richesses du monde ne sont qu'un peu de poussière. [/ltr]

http://levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=commentary&localdate=20180107

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 14 Jan - 18:09

Dimanche 14 janvier 2018

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,35-42.
[size=36]En ce temps-là, Jean le Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.
Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »
Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.
Se retournant, Jésus vit qu’ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi – ce qui veut dire : Maître –, où demeures-tu ? »
Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils allèrent donc, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C’était vers la dixième heure (environ quatre heures de l’après-midi).
André, le frère de Simon-Pierre, était l’un des deux disciples qui avaient entendu la parole de Jean et qui avaient suivi Jésus.
Il trouve d’abord Simon, son propre frère, et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » – ce qui veut dire : Christ.
André amena son frère à Jésus. Jésus posa son regard sur lui et dit : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Kèphas » – ce qui veut dire : Pierre.[/size]


COMMENTAIRE

Basile de Séleucie (?-v. 468), évêque
Sermon à la louange de saint André, 4  ; PG 28,1105 (trad. Orval rev.)



[ltr]« Nous avons trouvé le Messie »[/ltr]



[ltr]      Prenant Pierre avec lui, André conduit au Seigneur son frère selon la nature et le sang pour qu'il devienne disciple comme lui ; c'est le premier exploit d'André. Il fait croître le nombre des disciples ; il y introduit Pierre, en qui le Christ trouvera le chef de ses disciples. C'est si vrai que lorsque, plus tard, Pierre aura une conduite admirable, il la devra à ce qu'André avait semé. La louange adressée à l'un rejaillit également sur l'autre, car les biens de l'un appartiennent à l'autre, et l'un se glorifie des mérites de l'autre.

      Quelle joie Pierre a procurée à tous lorsqu'il a répondu tout de suite à la question du Seigneur, rompant le silence embarrassé des disciples ! ... Pierre seul a prononcé ces paroles : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16). Il parlait au nom de tous ; en une phrase, il proclamait le Sauveur et son dessein de salut. Comme cette proclamation s'accorde bien avec celle d'André ! Les paroles qu'André avait dites à Pierre lorsqu'il l'avait conduit au Christ –- « Nous avons trouvé le Messie » — le Père céleste les confirme lorsqu'il les inspire lui-même à Pierre (Mt 16,17) : « Tu es le Messie, le Christ, le fils du Dieu vivant. »


[/ltr]


_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 14 Jan - 18:14


_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 27 Jan - 21:35

Dimanche 28 janvier 2018

Évangile (Mc 1,21-28): Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier: «Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth? Es-tu venu pour nous perdre? Je sais fort bien qui tu es: le Saint, le Saint de Dieu». Jésus l'interpella vivement: «Silence ! Sors de cet homme». L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri. Saisis de frayeur, tous s'interrogeaient: «Qu'est-ce que cela veut dire? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent». Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.


COMMENTAIRE

«Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité!»

Abbé Jordi CASTELLET i Sala
(Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Espagne)

Aujourd'hui, le Christ nous adresse son cri énergique, sans doute et avec autorité: "Tais toi et sors de cet homme" (Mc 1,25). Il le dit aux esprits mauvais qui vivent en nous et qui ne nous laissent pas être libres, tels que Dieu nous a crées et voulus.

Vous avez peut-être remarqué que la première règle que les fondateurs des ordres religieux ont fixée dans la vie communautaire est le silence: dans une maison où on doit prier, le silence et la contemplation doivent régner. Comme le dit le proverbe: «le bien ne fait pas de bruit, le bruit ne fait pas de bien». C'est pour cela que le Christ ordonne à l'esprit du mal de se taire, car son obligation est de se rendre face à Celui qui est la Parole, qui «s'est fait chair, et a habité parmi nous» (Jn 1,14).

Mais il est certain qu'un sentiment de suffisance peut se mêler à l'admiration que nous éprouvons pour le Seigneur, de telle façon que nous arrivions à penser ce que Saint Augustin disait dans ses propres confessions: «Seigneur, rends-moi chaste, mais pas tout de suite». Car la tentation est forte de laisser notre propre conversion pour plus tard puisque maintenant elle ne cadre pas avec nos plans personnels.

L'appel à suivre Jésus-Christ sans concession est pour ici et maintenant, pour que son Règne qui a du mal à se faire un passage parmi nous devienne possible. Il connaît notre tiédeur, il sait que nous ne nous efforçons pas suffisamment pour suivre l'Evangile mais que nous voulons temporiser, aller comme ci comme ça, vivre sans rechigner et sans se presser.

Le mal ne peut pas cohabiter avec le bien. La vie sainte n'autorise pas le péché. «Nul ne peut servir deux seigneurs; car il haïra l'un et aimera l'autre» (Mt, 6,24) dit Jésus-Christ. Réfugions-nous dans l'arbre saint de la Croix afin que son ombre se projette sur notre vie, et laissons-Le nous consoler, nous faire comprendre le pourquoi de notre existence et nous concéder une vie digne d'Enfants de Dieu.

http://evangeli.net/evangile/jour/2018-01-28

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 3 Fév - 21:32

4 février 2018

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,29-39.
[size=36]E[/size]n ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.
Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.
Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »
Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.


COMMENTAIRE

aint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
Sermon 1 pour l'Avent, 7-8 (trad. Orval)



[ltr] « Jésus la prit par la main et la fit lever »[/ltr]


[ltr]       Quelle condescendance de Dieu qui nous cherche, et quelle dignité de l'homme ainsi recherché ! ... « Qu'est-ce donc que l'homme, Seigneur, pour en faire si grand cas, pour fixer sur lui ton attention ? » (Jb 7,17) Je voudrais bien savoir pourquoi Dieu a voulu venir lui-même à nous et pourquoi ce n'est pas plutôt nous qui sommes allés à lui. Car c'est notre intérêt qui est en cause. Ce n'est pas l'habitude des riches d'aller chez les pauvres, même quand ils ont l'intention de leur faire du bien. C'était à nous qu'il convenait d'aller vers Jésus. Mais un double obstacle nous en empêchait : nos yeux étaient aveugles et lui habite une lumière inaccessible ; nous gisions paralysés sur notre grabat, incapables d'atteindre la grandeur de Dieu. C'est pourquoi notre très bon Sauveur et le médecin de nos âmes est descendu de sa hauteur et a tempéré pour nos yeux malades l'éclat de sa gloire. Il s'est revêtu comme d'une lanterne, je veux dire de ce corps lumineux et pur de toute souillure qu'il a assumé. [/ltr]

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 7 Avr - 22:22

8 avril 2018




 



Deuxième dimanche de Pâques - Dimanche de la miséricorde


Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-31.
[size=36]C
’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.
Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »
Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »
Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.
Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. [/size]


COMMENTAIRE

La foi, une grâce de la Divine Miséricorde


La vision idyllique de la première communauté chrétienne nous fait percevoir que notre foi en Jésus se nourrit de la foi de l’Église et, en retour, elle nourrit la foi de l’Église. Notre foi en Jésus, qui nous fait participer à la communion de l’Église, a besoin, pour s’approfondir et pour grandir, de la fréquentation de nos frères. Dans sa résurrection, le Christ nous entraîne dans l’édification de son corps mystique qu’est l’Église. C’est d’un même mouvement que le corps singulier de Jésus de Nazareth reçoit la vie plus forte que la mort et que son corps mystique, l’Église, est formé, grandit et se déploie dans toute l’humanité. Le baptême, par notre agrégation au corps mystique du Christ et par le don de la foi, nous fait entrer dans
le mouvement de cette résurrection. Thomas nous est précieux : il nous conduit à comprendre que nous sommes bienheureux de mettre en Jésus notre foi alors que nous ne l’avons pas vu. Il a voulu vérifier le dire des apôtres ; ce faisant, son hésitation s’est révélée être de l’ordre du péché : avec ses doigts et sa main, il réitère la crucifixion du Seigneur. Et le Seigneur se livre à Thomas pour l’arracher à sa non-foi. La grâce de la foi est Divine Miséricorde. C’est une grâce de
l’amour miséricordieux de Dieu que, malgré nos péchés et l’endurcissement de notre coeur, malgré notre entêtement, nous puissions cependant croire en Jésus, croire qu’il est le Christ, le Fils de Dieu. Par notre foi, nous accueillons la vie que Dieu veut nous donner, la vie plus forte que le péché et plus forte que la mort.

Père Emmanuel Schwab, curé de la paroisse Saint-Léon (Paris)

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 15 Avr - 13:44

dimanche 15 avril

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 24,35-48.


En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit.
Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ?
Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. »
Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds.
Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? »
Ils lui présentèrent une part de poisson grillé
qu’il prit et mangea devant eux.
Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. »
Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures.
Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour,
et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem.
À vous d’en être les témoins. »



COMMENTAIRE

Surprenant Jésus Christ
« Pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre coeur ? »

Le Ressuscité interpelle ses disciples dans le deuil et la déception.

Des hommes et des femmes désorientés devant ce qui semble être effectivement la résurrection du Maître, là, présent parmi eux.

Ceux qui rentrent d’Emmaüs en ont fait l’expérience mais manifestement, ils retombent dans le piège. Pourquoi ces pensées ?

Non, le Ressuscité n’est pas un esprit. Il a un corps, ils peuvent le toucher, il mange.
Autre temps autres moeurs, l’état d’esprit des disciples d’aujourd’hui n’est pas le même.

Le monde virtuel nous a habitués à des morts qui se relèvent. L’intelligence artificielle repousse chaque fois plus loin les limites du vivant. La technologie fait tellement de miracles !

Et pour nous, qu’éveille en nous la Résurrection ?

doute ? crainte ? indifférence ? lassitude ?

Car certains parmi nous sont pris dans la routine : routine de la pratique, de la célébration des sacrements, de l’assiduité à des sermons.

Toujours pareil. Nous sommes trop habitués à rencontrer le Christ dans la liturgie, la prière, la pastorale, le service des pauvres… et parfois nous oublions qu’il nous cherche aussi ailleurs.

Le Christ nous surprend comme il a surpris ses disciples.

Le pape François, au début de son pontificat, nous a beaucoup interpellés sur notre capacité à nous laisser dérouter par Dieu, à le laisser entrer dans nos vies, à nous laisser bouleverser par sa présence.

Avons-nous encore un coeur blessé, capable de pleurer avec celui qui pleure, capable de se réjouir avec celui qui est dans la joie ?

Le Ressuscité nous rend vivants.

Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Égl

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 22 Avr - 5:44

dimanche 22 avril 2018











L'ÉVANGILE DU JOUR



« Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10, 11-18)



En ce temps-là, Jésus déclara : « Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis. 


Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui : s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse. 



Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui. 



Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, 



comme le Père me connaît, et que je connais le Père ; et je donne ma vie pour mes brebis. 



J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos : celles-là aussi, il faut que je les conduise. Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. 



Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. 



Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père. » 






MÉDITER AVEC LES CARMES









Jésus aimait à comparer ceux et celles qui venaient à lui à des brebis sans berger (Mc 6,34; Mt 9,32), égarées et retrouvées (Mt 18,12; Lc 15,3-7), ou encore à des brebis choisies, par opposition aux chèvres noires (Mt 26,32); et il se voyait lui-même comme le berger type, le berger modèle : le « bon berger ».


À ses yeux, le propre du vrai berger est qu'il est prêt à donner sa vie. C'est bien pourquoi, le soir du Jeudi Saint, sur la route de Gethsémani, Jésus, citant le prophète Zacharie (13,7), avertit ses disciples en disant : « Tous, vous allez tomber, car il est écrit : "Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées". Mais, une fois ressuscité, je vous précéderai en Galilée » (Mc 14,27-28. Mt 26,31).



Face au danger, Jésus ne fuira pas comme un mercenaire. Il mourra à son poste ; mais sa mort sera une victoire, et, de nouveau vivant, il rassemblera ses brebis un instant dispersées par le chagrin et le doute.
Même en dehors de ce moment d'héroïsme, Jésus conçoit son rôle d'une manière très personnalisée. Le vrai berger, en effet, « connaît ses brebis, et les brebis le connaissent », et cette réciprocité de connaissance est aussi une réciprocité d'amour, analogue à celle qui unit Jésus à son Père.



Jésus se décrit donc lui-même comme le Pasteur qui connaît toutes ses brebis et chacune par son nom. Toutes écoutent sa voix et reconnaissent sa voix.



Chacune est appelée, chacun reçoit son nom, chacune est conduite, mais parmi toutes. Il n'y a pas de laissées pour compte parmi les brebis de Jésus. Forte ou chétive, chacune aura, si elle le veut, « la vie en abondance ». Mais aucune ne pourra chercher la vie en dehors du troupeau.


Le troupeau de Jésus sera donc, pour chacune, le lieu de l'accueil et le lieu du devoir, le lieu de la liberté et le lieu de la responsabilité.


Assurée d'avoir tout son prix aux yeux du Pasteur, chaque brebis sera sans cesse réinsérée par lui dans le troupeau, le seul lieu où se trouvent celles qu'il aime, le seul lieu où l'on peut vivre quand on le suit et qu'on l'aime.



Un troisième trait du Bon Pasteur selon Jésus est qu'il est berger universel.



Certes, il repart tous les matins avec les brebis de l'enclos, mais il regarde sans cesse plus loin, vers d'autres brebis qui déjà lui appartiennent et qu'il veut, elles aussi, conduire à la vie.



Impossible, par conséquent, de réserver l'amour du pasteur aux seules brebis de l'enclos. On n'est digne de lui que si avec lui on regarde au loin, que si l'on fait place, en route et dans l'enclos, aux brebis inconnues dont il a dit le nom et qui sont accourues en écoutant sa voix.



Si l'on suit ce berger, il faut sans cesse accueillir, sans cesse apprendre d'autres noms, chemin faisant.



Si l'on aime ce berger, il faut le rejoindre dans le don de lui-même. Alors, dans les moments où l'on nous arrache notre liberté, notre honneur, notre temps, aux jours où il est dur d'aimer, de pardonner et de servir, le réflexe du Bon Berger nous rend la joie du premier jour :



« Ma vie, personne ne me la prend : c'est moi qui la donne ».



_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 29 Avr - 10:53

dimanche 29 avril 2018


"celui qui demeure en moi porte beaucoup de fruits" (Jn 15 1-Cool


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.

Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage.

Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite.
Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi.

Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent.

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous.
Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »


Rester branché sur Jésus

Rester « branché » ou « connecté» à Jésus : voilà comment, avec des mots contemporains, on pourrait traduire l’appel au « demeurez en moi » que Jésus lance dans l’Évangile.

On le sait : détachée du tronc et privée de sa sève nourricière, une branche ne peut que se dessécher.

Pour vivre, elle a besoin de rester attachée, collée, branchée à la source. C’est presque pareil pour nous, et c’est le Christ lui-même qui le dit : « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent » (Jn 15, 5-6).

On pourrait dire que toutes les paroles de Jésus, dans l’évangile de ce jour, s’organisent autour d’un seul mot : « demeurer » ; au sens de « vivre avec ».

Demeurez en moi, vivez avec moi. Il s’agit d’être vraiment attaché au Christ par la foi.

Croire en lui, c’est une conversion de toute une vie, c’est une communion permanente.

Pour demeurer en Jésus, trois moyens sont utiles :

la prière, la lecture de la parole de Dieu et un amour marqué par des actions concrètes et sincères.

La prière nous aide à maintenir l’Évangile en état de marche dans notre vie.

Dans la prière, on « s’entretient » avec Dieu et on se soutient les uns les autres.

La lecture de la parole de Dieu nous donne « d’habiter » en Dieu.

Enfin, Jésus est venu dans le monde pour nous aimer et nous aimer en vérité.

À notre tour, nous devons aimer, non pas en paroles et par des discours, mais par des actes et en vérité.


Père Jean-Paul Sagadou, assomptionniste, rédacteur en chef
Prions en Église Afrique

http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise/Dimanche-29-avril-2018

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 5 Mai - 19:28

dimanche 6 mai 2018

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,9-17.


En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour.

Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour.

Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. »

Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.

Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera.

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »


Dernières recommandations


« Demeurez dans mon amour. »

En nous disant cela, Jésus nous facilite la vie.


Toute grâce est un don gratuit, mais elle est aussi une exigence à cultiver.


L’amour nous est ainsi confié autant qu’il nous est donné.


À travers l’amour, nous recevons notre joie de vivre mais également la responsabilité de participer au bonheur de l’autre.


Nous vivons le bonheur de l’enfant de se sentir aimé, mais aussi la soif de grandir et d’être conduits sur des chemins nouveaux.


Patiemment, le Christ nous indique les routes qui mènent au Père. Pour nous rapprocher de lui, l’Esprit Saint nous offre la grâce d’expérimenter son amour pour chacun et en Église.


Le moment de la séparation est souvent l’occasion de se dire l’essentiel.

Avant de se quitter, deux amis se livrent davantage en quelques mots.


Avant de prendre congé, un malade trouve soudain le courage de confier au médecin la véritable raison de sa visite.


Avant de monter au ciel, Jésus explique à ses disciples le sens de son amour et la raison de sa venue.


Son désir est de nous élever jusqu’au Père. Le chemin qu’il nous propose est celui d’une vie donnée aux autres.


Son message est si clair qu’il nous arrive de l’oublier.


Tellement simple qu’il nous est parfois difficile de le vivre. Les premiers chrétiens ont vite compris qu’il n’existait pas de frontières à l’amour de Dieu.


L’Esprit Saint se donne aux croyants, mais il rejoint aussi les païens.


Ce que Jésus commande avant de partir est le fruit de son amour.


Nos réponses commencent par cette expérience de l’amour divin.


Ne perdons pas le fil de notre foi. N’oublions pas d’aimer et de nous laisser aimer.

Père Vincent Leclercq, assomptionniste

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 13 Mai - 5:46

dimanche 13 mai




« Qu’ils soient un, comme nous-mêmes » (Jn 17, 11b-19)



En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi : « Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.


Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. 



Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. 



Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. 



Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. 



Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. 



Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. 



De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. 



Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »





COMMENTAIRE

Naissance de la fraternité 

Entre l’Ascension et la Pentecôte, nous voici dans un temps particulier d’absence : Jésus ressuscité n’apparaît plus à ses disciples pour les relever de leurs peurs et l’Esprit Saint n’est pas encore descendu sur eux pour embraser le témoignage de l’Église naissante.

Notre foi ordinaire habite parfois cet entredeux : nous avons bien été réconfortés par le Christ, mais nous n’avons pas vraiment d’élan pour en témoigner.
Ce temps n’est pourtant pas aussi vide qu’il y paraît.

Il est d’ailleurs pour les Apôtres l’occasion de refaire leur unité.

Le vide, c’est plutôt la place laissée par Judas qui, ayant trahi Jésus, était entré dans un désespoir absolu.

L’apôtre Pierre en renouvelle le titulaire afin de retrouver l’unité des Douze et signifier la plénitude du peuple élu.

La mémoire de Jésus est bien vivante : il s’agit de continuer le ministère confié. L’Église commence à se construire : Pierre définit des critères, tandis que d’autres sélectionnent les candidats.

L’Esprit aussi est là, incognito, qui désigne à travers le tirage au sort celui des deux que le Seigneur choisit.

L’élection de Matthias n’est donc pas un passage à vide, mais bien la pleine activité d’un peuple naissant qui demeure en Dieu.

La lecture des Actes fait alors résonner par deux fois le mot « frères ».

Il surgit de la relation filiale que Jésus partage avec chacun. Unis dans le nom du Père et du Fils, les disciples sont sanctifiés par la vérité de leur propre fraternité.

Ce n’est pas encore l’élan de Pentecôte, mais c’est déjà la joie : joie d’être gardé du Mauvais et d’appartenir à ce monde vers lequel Jésus est parti. Joie véritable de notre fraternité.
Père Nicolas Tarralle, assomptionniste

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Serviteur44
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 40
Localisation : Sur le chemin, tentant de repérer les signes du GR du sentier le moins fréquenté ...
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 20 Mai - 6:57

Bonjour,

Dimanche 20 MAI :

L'ÉVANGILE DU JOUR

« L’Esprit de vérité vous conduira » (Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
Et vous aussi, vous allez rendre témoignage, car vous êtes avec moi depuis le commencement.
J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.
Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière.
En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même : mais ce qu’il aura entendu, il le dira ; et ce qui va venir, il vous le fera connaître.
Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître.
Tout ce que possède le Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : L’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. »

Commentaire :

Vivre en homme nouveau :

« Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. »
(Gn 2, 7).
À cette lumière, nous pouvons relire le chemin de recréation et de salut que Dieu nous a fait parcourir dans ces quatre-vingt seize jours qui nous ont fait passer de la mémoire de notre état de poussière au don de l’Esprit Saint.
Au coeur de ce chemin, la Pâque du Seigneur : sa mort et sa résurrection.
La liturgie nous a fait entrer dans ce mystère pour que nous puissions vivre un vrai renouveau de notre vie humaine.
Par notre union au Ressuscité, il nous faut continuer d’apprendre à nous « défaire de l’homme ancien » (Ep 4, 22 ; Col 3, 9) en le « fixant à la croix avec le Christ » (Rm 6, 6) pour « marcher sous la conduite de l’Esprit Saint » (Ga 5, 16).
C’est ce que l’Église demandait dans sa prière hier, samedi : « Au terme de ces fêtes pascales, accorde-nous, Dieu tout-puissant, de garder la Pâque de ton Fils présente dans toute notre vie. »
La fête de la Pentecôte ne vient pas seulement clore un temps liturgique.
Elle nous renouvelle dans l’accueil du don de l’Esprit Saint afin que nous vivions désormais de manière plus résolue notre état d’homme nouveau.
L’Esprit Saint, Esprit de vérité, nous fait cheminer dans la vérité tout entière pour que nous voyons toujours mieux ce qui est à convertir dans nos vies, comment mieux aimer Dieu et notre prochain et comment porter le fruit de l’Esprit dont parle l’Apôtre.

« Ô Esprit Saint, lumière bienheureuse, viens remplir jusqu’à l’intime le coeur de tous tes fidèles. »

Père Emmanuel Schwab, curé de la paroisse Saint-Léon, Paris (XVe)

Source : http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
"ta mesure sera Ma mesure !"
(Cf Mc 4, 21-25 / Mt 7,2)
De l'instant dépend l'éternité ...



Chaîne Chrétienne Youtube Serviteur44 : https://www.youtube.com/channel/UCgUngzK2J2kXx1SIGkIoA1g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notredamedesperance.com/fr/page01.html
Serviteur44
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 40
Localisation : Sur le chemin, tentant de repérer les signes du GR du sentier le moins fréquenté ...
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 27 Mai - 10:18

Bonjour,

Dimanche 20 Mai

L'ÉVANGILE DU JOUR :

« Baptisez-les »
(Mt 28, 16-20)

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

Il n’est pas n’importe quel dieu :

Impossible de définir Dieu ! Mais la solennité d’aujourd’hui permet de balbutier son originalité et de se rappeler comment il se laisse connaître. Car le Dieu auquel nous croyons n’est pas n’importe quel dieu. Il se révèle dans sa relation entre le Père et le Fils, relation tellement intense qu’elle constitue elle-même une personne : l’Esprit. Dieu est Trinité. Et en créant l’homme et la femme à son image, Dieu les plonge dans cette relation vivifiante et essentielle. Relation que l’Esprit scelle par le baptême, dévoilant à ceux-ci leur identité de fils et de fille de Dieu. Plus qu’une élaboration théologique, la Trinité de Dieu s’inscrit dans notre humanité et la transforme. Désormais, notre vision du monde et de nous-mêmes porte la marque de cette relation originelle en dehors de laquelle toute forme de vie est une illusion. Car l’amour de Dieu et l’amour des autres nous sont nécessaires pour atteindre notre véritable identité d’enfant de Dieu. Le pape François nous presse d’assumer dans notre propre existence « le dynamisme trinitaire » que Dieu a imprimé en nous depuis sa création. « Tout est lié, nous rappelle-t-il, et cela nous invite à mûrir une spiritualité de la solidarité globale qui jaillit du mystère de la Trinité » (Laudato si, § 240). Dieu Trinité nous convie à l’amour. Pas simplement au respect, à la tolérance, à la bienveillance ni à la générosité…. Mais nous sommes aussi envoyés pour aimer à la manière dont Dieu Père, Fils et Esprit aime.

Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église

Source : http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
"ta mesure sera Ma mesure !"
(Cf Mc 4, 21-25 / Mt 7,2)
De l'instant dépend l'éternité ...



Chaîne Chrétienne Youtube Serviteur44 : https://www.youtube.com/channel/UCgUngzK2J2kXx1SIGkIoA1g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notredamedesperance.com/fr/page01.html
Serviteur44
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 40
Localisation : Sur le chemin, tentant de repérer les signes du GR du sentier le moins fréquenté ...
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 24 Juin - 13:46

Bonjour,

L'ÉVANGILE DU JOUR :

« Son nom est Jean »
(Lc 1, 57-66.80)

Quand fut accompli le temps où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait montré la grandeur de sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle. Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. » On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! » On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler. Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné. À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu. La crainte saisit alors tous les gens du voisinage et, dans toute la région montagneuse de Judée, on racontait tous ces événements. Tous ceux qui les apprenaient les conservaient dans leur cœur et disaient : « Que sera donc cet enfant ? » En effet, la main du Seigneur était avec lui. L’enfant grandissait et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il se fit connaître à Israël.

Jean Baptiste, un nouveau feu :

En ce 24 juin, deux éléments particuliers marquent la fête de saint Jean Baptiste : de manière bien inhabituelle, nous fêtons Jean Baptiste en faisant mémoire de sa nativité et non de sa mort – c’est un premier élément d’importance. Et, seconde particularité, nous savons que la Saint-Jean a en quelque sorte christianisé une fête d’origine païenne liée au solstice d’été. Nous avons là deux indices théologiques signifiants pour le croyant aujourd’hui, par lesquels l’Église énonce quelque chose de sa foi au Christ. La naissance de Jean ouvre une ère nouvelle, celle du Christ, que désigne son nom même : « Le Seigneur fait grâce. » Ce que l’Ange du Seigneur avait demandé à Zacharie (Lc 1, 13), est en définitive accompli par Élisabeth dans la foi : nommer l’enfant, croire à l’incroyable, à Dieu qui vient dans l’histoire des hommes faire grâce en son Fils Jésus. Le Verbe se fait chair, la Parole s’incarne. Jean est nommé par celle qui a cru dans la parole efficace de Dieu et son nom est confirmé par celui qui a peiné à croire. Nous, qui fêtons cette naissance aujourd’hui, sommes appelés à croire, à dire notre foi en énonçant le nom qui annonce la transformation du monde en Jésus. Fêter Jean Baptiste, c’est en effet reconnaître que les temps nouveaux s’inaugurent dans l’annonce et que chacun est appelé à participer à l’avènement du Royaume. Au tout début de l’été dans l’hémisphère nord, la fête chrétienne est venue s’inscrire dans une tradition de joie et de lumière. En celui qui l’annonce, Jean, l’Église célèbre Dieu qui fait grâce, lumière venue dans le monde (Jn 3, 19). En fêtant la nativité de saint Jean Baptiste, nous nous rappelons que nous sommes appelés à naître de nouveau, en nous laissant renouveler par la grâce.
Maride-Dominique Trébuchet,
directrice de l’IE R (Institut catholique de Paris)

_________________
"ta mesure sera Ma mesure !"
(Cf Mc 4, 21-25 / Mt 7,2)
De l'instant dépend l'éternité ...



Chaîne Chrétienne Youtube Serviteur44 : https://www.youtube.com/channel/UCgUngzK2J2kXx1SIGkIoA1g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notredamedesperance.com/fr/page01.html
Serviteur44
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 40
Localisation : Sur le chemin, tentant de repérer les signes du GR du sentier le moins fréquenté ...
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 1 Juil - 7:08

Le 01/07/18 : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » (Mc 5, 21-43)


L'ÉVANGILE DU JOUR :

« Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » (Mc 5, 21-43)
En ce temps-là, Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord de la mer. Arrive un des chefs de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait. Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans… – elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans avoir la moindre amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré – … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait en effet : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui répondirent : « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : “Qui m’a touché ?” » Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait cela. Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Jésus lui dit alors : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre, le chef de synagogue, pour dire à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. » Il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. » Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec lui ; puis il pénètre là où reposait l’enfant. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher – elle avait en effet douze ans. Ils furent frappés d’une grande stupeur. Et Jésus leur ordonna fermement de ne le faire savoir à personne ; puis il leur dit de la faire manger.

Heureux les coeurs purs…

Que s’est-il passé dans la tête de Pierre, Jacques et Jean lors de l’épisode rapporté dans l’évangile d’aujourd’hui ? Qu’est-ce que cette « grande stupeur » dont parle saint Marc ? Certes, une prise de conscience : Jésus est puissant. La maladie d’une femme exclue socialement et la mort d’une fille de douze ans sont mises en échec par ce Maître adulé des foules. Il guérit des malades, chasse des démons, pardonne les péchés et rend la vie aux morts. Mais, plus encore, la stupeur des disciples réveille chez nous, lecteurs, un goût d’expérience de foi. Non seulement avec leur tête mais avec leur coeur, ces trois proches de Jésus réalisent que celui-ci est la vie. Comment en serait-il autrement ? Nous le savons, cette révélation aussi fulgurante qu’éphémère n’a pas donné aux disciples la pleine clairvoyance sur le mystère et la mission du Christ. Pas plus qu’elle ne leur a épargné ni peurs, ni doutes, ni reniements. Mais cet instant compte dans l’interrogation essentielle de ces hommes qui ont tout quitté pour suivre Jésus : « Qui est-il ? » L’Évangile nous apprend que seul un coeur pur peut voir Dieu. C’est le coeur de la femme persuadée d’être sauvée par le simple fait de toucher le vêtement de Jésus. C’est le coeur de Jaïre meurtri par le décès de sa fille et dont Jésus est le dernier recours. Car Jésus est Dieu et ils l’ont reconnu. La femme guérie et le père comblé ouvrent les yeux des témoins de la scène. Leur pureté est aussi contagieuse que leur bonheur. Pierre, Jacques et Jean découvrent ainsi leur propre coeur pur. Frappés de grande stupeur, ils voient Dieu.
Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église

_________________
"ta mesure sera Ma mesure !"
(Cf Mc 4, 21-25 / Mt 7,2)
De l'instant dépend l'éternité ...



Chaîne Chrétienne Youtube Serviteur44 : https://www.youtube.com/channel/UCgUngzK2J2kXx1SIGkIoA1g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notredamedesperance.com/fr/page01.html
Espérance

avatar

Nombre de messages : 1505
Age : 72
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 09/05/2011

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Sam 14 Juil - 19:57


Evangile & méditation
15 juillet 2018 - Saint Bonaventure

 
Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 6, 7-13)


En ce temps-là, Jésus appela les Douze ; alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.
 
 
L'Eglise est le vrai "site de rencontre" – Pape François


Les disciples sont ceux qui apprennent à vivre dans la confiance de l’amitié de Jésus. L’Évangile nous parle de ce fait d’être disciple. Il nous présente la carte d’identité du chrétien, sa lettre de présentation, ses lettres de Créances.

Jésus appelle ses disciples et il les envoie en leur donnant des règles claires, précises. Il les place face à des défis avec une série d’attitudes, de comportements qu’ils doivent avoir. Et elles ne sont pas rares les fois où ceux-ci peuvent nous paraître exagérés ou absurdes ; des attitudes qu’il serait plus facile de lire symboliquement ou “spirituellement”. Mais Jésus est bien clair. Il ne leur dit pas : « Faites comme si » ou « faites ce que vous pouvez ».

Rappelons-nous ensemble ces recommandations : « Ne prenez rien pour la route, mais seulement un bâton ; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie… Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y » (cf. Mc 6, 8-11). Cela semblerait quelque chose d’impossible.

Nous pourrions nous concentrer sur les paroles ‘‘pain’’, ‘‘argent’’, ‘‘sac’’, ‘‘bâtons’’, ‘‘sandales’’, ‘‘tunique’’. Et ce serait légitime. Mais il me semble qu’il y a une parole-clé, qui pourrait passer inaperçue face à la force de celles que je viens d’énumérer. Une parole centrale dans la spiritualité chrétienne, dans l’expérience du fait d’être disciple : l’hospitalité. Jésus, en bon maître, pédagogue, les envoie pour vivre l’hospitalité. Il leur dit : « Restez là où l’on vous accueillera ». Il les envoie pour apprendre une des caractéristiques fondamentales de la communauté croyante. Nous pourrions dire que le chrétien est celui qui a appris à recevoir, qui a appris à accueillir.

Jésus ne les envoie pas comme des puissants, comme des propriétaires, des chefs, ou bien munis de lois, de règles ; au contraire, il leur indique que le chemin du chrétien est simplement de transformer le cœur. Le sien, et aider à transformer celui des autres. Apprendre à vivre d’une autre manière, avec une autre loi, sous une autre norme. C’est passer de la logique de l’égoïsme, de la fermeture, de l’affrontement, de la division, de la supériorité, à la logique de la vie, de la gratuité, de l’amour. De la logique de la domination, de l’oppression, de la manipulation, à la logique de l’accueil, du recevoir et de la sollicitude.

Ce sont deux logiques qui sont en jeu, deux manières d’affronter la vie et d’affronter la mission.

Que de fois ne pensons-nous la mission sur la base de projets ou de programmes ! Que de fois n’imaginons-nous pas l’évangélisation grâce à des milliers de stratégies, de tactiques, de manœuvres, de stratagèmes, cherchant à convertir les personnes avec nos argumentations ! Aujourd’hui, le Seigneur nous le dit très clairement : dans la logique de l’Évangile, on ne convainc pas avec les arguments, les stratégies, les tactiques, mais simplement en apprenant à accueillir, à héberger.

L’Église est la mère au cœur ouvert qui sait accueillir, recevoir, spécialement celui qui a besoin de plus de soin, celui qui est en plus grande difficulté. L’Église, telle que Jésus la veut, est la maison de l’hospitalité. Et que de bien pouvons-nous faire si nous acceptons d’apprendre ce langage de l’hospitalité, ce langage de l’hébergement et de l’accueil ! Que de blessures, que de désespoirs peuvent être soignées dans une maison où l’on peut se sentir accueilli ! C’est pourquoi il faut avoir les portes ouvertes, surtout les portes du cœur.

Hospitalité envers l’affamé, envers l’assoiffé, envers l’étranger, envers celui qui est nu, envers le malade, envers le prisonnier (cf. Mt 25, 34-37), envers le lépreux, envers le paralytique. Hospitalité envers celui qui ne pense pas comme nous, envers celui qui n’a pas la foi ou l’a perdue. Et parfois, par notre faute. Hospitalité envers le persécuté, envers le chômeur. Hospitalité envers les cultures différentes, dont cette terre paraguayenne est si riche. Hospitalité envers le pécheur, parce que chacun de nous l’est aussi.

De cette façon, Jésus nous ouvre à une logique nouvelle. Un horizon plein de vie, de beauté, de vérité, de plénitude. Dieu ne ferme jamais les horizons, Dieu n’est jamais passif devant la vie, il n’est jamais passif face à la souffrance de ses enfants. Dieu ne se laisse jamais vaincre en générosité. C’est pourquoi, il nous envoie son Fils, il le donne, il le livre, il le partage ; afin que nous apprenions le chemin de la fraternité, le chemin du don. C’est un horizon absolument nouveau, c’est une parole nouvelle pour tant de situations d’exclusion, de désagrégation, de fermeture, d’isolement. C’est une parole qui rompt le silence de la solitude.

Et quand nous serons fatigués ou que la mission d’évangéliser deviendra difficile, il est bien de rappeler que la vie que Jésus nous propose répond aux nécessités les plus profondes des personnes, parce que nous avons tous été créés pour l’amitié avec Jésus et pour l’amour fraternel (cf. Evangelii gaudium n. 265).

Une chose est certaine : nous ne pouvons obliger personne à nous recevoir, à nous offrir l’hospitalité ; c’est certain et cela fait partie de notre pauvreté et de notre liberté. Mais il est aussi certain que personne ne peut nous obliger à ne pas être accueillants, hospitaliers envers la vie de notre peuple. Personne ne peut nous demander de ne pas accueillir et embrasser la vie de nos frères, surtout la vie de ceux qui ont perdu l’espérance et le goût de vivre. Comme il est beau d’imaginer nos paroisses, nos communautés, nos chapelles où se trouvent les chrétiens, non avec les portes fermées mais comme de vrais centres de rencontre entre nous et Dieu. Comme des lieux d’hospitalité et d’accueil.
 

_________________
La foi que j'aime le mieux, dit Dieu, c'est l'Espérance.
Charles Péguy
Revenir en haut Aller en bas
Serviteur44
Modérateurs
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 40
Localisation : Sur le chemin, tentant de repérer les signes du GR du sentier le moins fréquenté ...
Date d'inscription : 16/06/2012

MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   Dim 29 Juil - 8:54

Bonjour,

Dimanche 29 juillet 2018

En ce temps-là, Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée, le lac de Tibériade. Une grande foule le suivait, parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait sur les malades. Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples. Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche. Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Il disait cela pour le mettre à l’épreuve, car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire. Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun reçoive un peu de pain. » Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons, mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! » Jésus dit : « Faites asseoir les gens. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. Alors Jésus prit les pains et, après avoir rendu grâce, il les distribua aux convives ; il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient. Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux en surplus, pour que rien ne se perde. » Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge, restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture. À la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C’est vraiment lui le Prophète annoncé, celui qui vient dans le monde. » Mais Jésus savait qu’ils allaient l’enlever pour faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.

Attentif aux besoins de nos frères :

Jésus passe sur l’autre rive. Il souhaite profiter d’un moment tranquille avec ses disciples et s’unir au Père dans la prière. Lui aussi avait parfois besoin de repos. Mais la foule l’a suivi. Son attention se porte alors sur une question pratique révélant son immense bonté : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? » Interrogés, les disciples répondent de façon mitigée. Philippe chiffre la dépense et écarte d’emblée la proposition. André comprend mieux la sollicitude de Jésus. Il fait remarquer qu’un jeune garçon a quelque chose à partager. Mais tout cela est encore insuffisant. Le problème que pose Jésus n’a pas pour but d’humilier ceux qu’il a choisis et qui ont décidé de tout quitter pour le suivre, mais de les rendre plus attentifs aux besoins de leurs frères. Ils n’ont pas à se sentir coupables mais responsables les uns des autres. Jésus ne veut pas non plus que ses disciples se découragent. Alors, il leur apprend progressivement à compter sur lui et avec lui, à accomplir leur mission. Jésus ne quitte pas le Père lorsqu’il se penche sur les besoins de l’homme. Il lui obéit au contraire et nous dévoile le vrai visage de Dieu. En contemplant le Christ dans l’Esprit, Paul comprend qu’il n’y a qu’« un seul Dieu et Père de tous ». Même en vacances, le Seigneur prend soin de nous. Il nous invite à lâcher prise et à lui faire confiance. Notre Dieu est le maître de l’impossible. Aucun de nos besoins ne lui est étranger. Son amour et sa grâce sont pour nous une source inépuisable de paix. Reposons-nous en lui.

Père Vincent Leclercq, assomptionniste


Source :
http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise

_________________
"ta mesure sera Ma mesure !"
(Cf Mc 4, 21-25 / Mt 7,2)
De l'instant dépend l'éternité ...



Chaîne Chrétienne Youtube Serviteur44 : https://www.youtube.com/channel/UCgUngzK2J2kXx1SIGkIoA1g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.notredamedesperance.com/fr/page01.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangile du dimanche et commentaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangile du dimanche et commentaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» commentaire de l'Evangile du jour
» Evangile écouté (audio) et son commentaire
» l'Evangile au quotidien
» Méditation du jour : Evangile de St Marc 7,24-30
» « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » Saint Jean,15, 9-17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communion de prière AGAPE  :: Echanges autour de la prière :: Rosaires, neuvaines, textes de prières, audios, vidéos...-
Sauter vers: